CINQUIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA SLHDR

La cinquième assemblée générale de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue le samedi 18 mai 2019 au lycée Victor-Duruy.

Membres présents : Bernard Barral, Patrick Besnier, Grégory Bouak, François Broche, Damien Gonnessat, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Jean-Louis Meunier, Henry de Paysac, Bernard Quiriny et Géraud Sajust de Bergues.

Membres excusés et/ou représentés : Elodie Dufour, Franck Javourez, Michael Lugan, Gilbert Michler, Mireille Newman, Marc Piguet, Joan Rosasco, Bernard Roukhomovsky, Virginie Roukhomovsky, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

Le secrétaire, Pierre Lachasse, a d’abord présenté le rapport moral de l’exercice écoulé. Il s’est appliqué à présenter l’actualité de l’association, les diverses activités réalisées autour de Régnier et les projets. Sur le plan de l’association, signalons la démission de notre trésorier, Patrick Besnier, qui sera remplacé dans cette fonction par Julien Schuh, déjà trésorier adjoint. Sur celui des activités, relevons quelques nouvelles publications : l’édition Besnier de L’Altana chez Bartillat en poche et L’Amour et le Plaisir à la Part commune présenté par Franck Javourez. Jean-François Perrin publie dans La Revue d’Histoire littéraire de la France (2019, n° 1) un article sur La Double Maîtresse intitulé « La Scène de réminiscence comme instrument compositionnel ». Il est aussi question de Régnier dans les souvenirs d’Anne de Lacretelle, Tout un monde. Jacques de Lacretelle et ses amis (éditions de Fallois, 2019). Moins sérieux, mais sans doute plus médiatique, le film de Lou Jeunet, Curiosa, revient sur le trio Henri-Marie-Louÿs, tourné pour une large part à la bibliothèque de l’Arsenal. Jean-Louis Meunier nous en a présenté un compte-rendu riche en couleurs et objectif. Pour revenir à des choses plus savantes, rappelons les colloques et journées d’études consacrés entièrement ou partiellement à Régnier : Le Musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926) avec la communication de Franck Javourez, « Imaginer le visage absent de la déesse », au Louvre avec Henri de Régnier » (Louvre, 20 juin 2018) ; Du style des idées : Nationalisme et Littérature (1870-1920) avec la communication d’Elodie Dufour, « Henri de Régnier, l’imposteur. Français, mais pas nationaliste : un autre investissement imaginaire du style classique dans les années 1890-1920 » (Esch-sur-Alzette, 28-29 juin 2018) ; Une édition numérique des Cahiers d’Henri de Régnier. Pourquoi ? Comment ? (Grenoble, 28-29 novembre 2018). Le travail de l’équipe des Cahiers autour de Bernard Roukhomovsky se poursuit en effet activement et fera l’objet d’un premier bilan lors du colloque qui sera organisé à l’Institut du 19 au 21 novembre 2020.

La visibilité de notre société est surtout sensible grâce à notre revue, Tel qu’en songe. Le numéro 5 sera consacré aux journées d’études de novembre 2018 sur les Cahiers avec plusieurs articles et la rubrique Varia. L’assemblée générale a beaucoup discuté des deux possibilités qui semblent se présenter pour le numéro 6. D’un côté, une livraison consacrée à Régnier et le théâtre. De l’autre, le projet de contribuer à la Revue d’études proustiennes de Luc Fraisse consacrée au premier semestre 2020 à Régnier et Proust. Quoi qu’il en soit, notre revue a été acquise par la Médiathèque de Honfleur, la ville natale du poète, qui s’est procurée les quatre premiers numéros. On s’en félicite et on attend des nouvelles de Paray-le-Monial.

En ce qui concerne le rapport financier présenté par Patrick Besnier, nous sommes satisfaits de le savoir en équilibre grâce à la fidélité de nos membres qui ne doivent pas relâcher leur soutien. Au cours de l’exercice 2018, les dépenses dues à la fabrication et à l’envoi de Tel qu’en songe se montent à 834, 80 euros et les recettes à 850 euros : 650 euros d’adhésions et 200 euros de ventes au numéro. Faites le calcul ! Depuis le début 2019, l’apport des adhésions permettent d’envisager l’année avec sérénité.

Les deux rapports ont été votés à l’unanimité.

P. L.

« Sa silhouette de peuplier défeuillé »…

Michel Bulteau a donné pour titre Le Club des longues moustaches à son magnifique petit livre sur Régnier, Jaloux, Vaudoyer & co, mais c’est Paul Morand qui a inventé l’expression, dans un article des Nouvelles littéraires du 11 mars 1971. Cet article était introuvable : le voici repris dans Bains de mer, bains de rêve et autres voyages, gros volume (1050 pages) de la collection « Bouquins » où Olivier Aubertin a rassemblé plusieurs livres de Morand sur ses pérégrinations à travers le globe (Rien que la Terre, La Route des Indes, Bains de mer, bains de rêve, etc.), ainsi que de nombreux textes et articles jamais réunis en recueil, notamment des papiers de la Revue des voyages de Jean-Paul Caracalla, ou des préfaces à divers volumes. On court, au rythme effréné de la prose morandienne, de l’Orient des années 1920 aux plages portugaises des années 1960, en passant par Londres, l’Europe centrale, les Amériques, Paris et, bien sûr, Venise, dans une courte section où figurent nos « longues moustaches ». Morand y raconte qu’il possède plusieurs livres de Régnier dédicacés à son père, qu’il a lu très jeune La Cité des eaux et les Esquisses vénitiennes, et qu’il n’imaginait pas, alors, que Régnier apporterait au Mercure de France sa première nouvelle. « Personne ne portait le monocle avec autant de hauteur que Henri de Régnier, écrit-il encore, tête rejetée en arrière ; le sien était une sorte d’oeil de bœuf creusé dans le drôme de son crâne poli, pareil à une sixième coupole de Saint-Marc ». C’est dans ce papier, aussi, qu’on trouve sa fameuse description de la « silhouette de peuplier défeuillé par l’automne » de Régnier… Ce dernier n’aurait sûrement pas détesté les belles pages de Morand sur Venise (encore qu’il eût tiqué, peut-être, devant « Venice, Venise, Venedig and Venezia », texte de 1927 où Morand déclare superbement n’aimer pas « la Venise morte d’hier » et lui préférer la Venise bruyante et encombrée de bateaux à moteurs d’aujourd’hui, celle qui « ressemble à Palm Beach » !) ; et il aurait sans doute souri devant ce trait noté dans « Carnet de Venise » : « Jadis, le Gazettino de Venise publiait la liste des gens tombés à l’eau dans la journée ; cette rubrique a été supprimée. Choit-on moins ? »

B.Q.

Bains de mer, bains de rêve et autres voyages, de Paul Morand (édité par Olivier Aubertin et préfacé par Nicolas d’Estienne d’Orves, Robert Laffont, « Bouquins », 1050 p., 32 €)

https://www.lisez.com/livre-grand-format/bains-de-mer-bains-de-reve/9782221215470