3ème ASSEMBLEE GENERALE

TROISIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA  SOCIETE DES LECTEURS D’HENRI DE REGNIER

Lycée Victor-Duruy, samedi 13 mai 2017

20 membres étaient présents : Hélène Albagnac, Valérie Bajou, Bernard Barral, Renaud Collard, Elodie Dufour-Magot, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Henry de Paysac, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh, Didier Van Moere et Bertrand Vibert.

8 membres avaient donné leur procuration : Jean-Louis Backès, Patrick Besnier, Grégory Bouak, Jean-Marc Canonge, Anne-Marie Decottignies, Luc Fraisse, Marc Piguet et Nathalie Prince.

Bertrand Vibert, président de la SLDHR, a ouvert l’assemblée générale à 10 heures. Il a procédé au bilan moral de l’exercice écoulé, se réjouissant de voir notre effectif stabilisé à 56 adhérents.  Il a évoqué notre principale activité, la publication de notre revue, Tel qu’en songe, dont le n° 2 était consacré à la réception de l’oeuvre de Régnier en France et à l’étranger. Certains membres ont souhaité en voir l’encrage renforcé. Sur le plan des travaux sur notre auteur, Bertrand Vibert a rappelé les soutenances de thèse de Frank Javourez et de HDR  de Bernard Roukhomovsky, la première portant sur le libertinage, la seconde sur  l’écriture aphoristique. Frank Javourez, très actif, a également publié les éditions critiques de La Double Maîtresse et du Bon Plaisir chez Siren éditions et il prépare la publication  enrichie de sa thèse, Libertinage et Erotisme pour les classiques Garnier. Bernard Roukhomovsky publiera, quant à lui, l’édition critique de Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités, soit l’ensemble de l’oeuvre aphoristique de Régnier, aux classiques Garnier.

Pierre Lachasse a ensuite présenté le bilan financier en l’absence du trésorier Patrick Besnier, souffrant. Les comptes sont en équilibre et l’année 2016 s’achève avec 40 euros d’excédent. La société ne vit qu’avec l’aide des adhérents et les frais de composition, d’impression et de port de Tel qu’en songe sont  juste couverts par leurs cotisations.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité.

Bertrand Vibert a ensuite repris la parole pour présenter le n° 3 de Tel qu’en songe qui publiera les actes de la journée d’études organisée à l’université du Maine le 24 mars dernier par Nathalie Prince, Patrick Besnier et lui-même. Cette journée était consacrée à deux romans de Régnier, La Double Maîtresse et Le Passé vivant, qui ont chacun donné lieu à quatre communications.

Puis ce fut le tour des perspectives.  Plusieurs travaux sont en cours : la thèse d’Elodie Dufour sur le classicisme dont la soutenance aura lieu à Grenoble en novembre, une édition par Pierre Lachasse de la Correspondance entre Régnier et Edmond Jaloux et, à long terme, l’édition scientifique des Cahiers pilotée par Bernard Roukhmovsky et à laquelle collaborent plusieurs de nos membres. Pour les autres projets, aucune décision n’est encore prise. On songe toujours à une journée à Versailles et le sujet du n° 4 de Tel qu’en songe n’est pas encore fixé, même si plusieurs idées ont été énoncées : suite de la réception, études sur La Pécheresse, sur les écrits de Jeunesse, les illustrateurs de l’oeuvre, les voyages…? Bertrand Vibert a rappelé enfin l’existence de notre site et l’opportunité de créer une rubrique bibliophilique qui serait confiée à Damien Gonnessat.

Pour finir, la parole a été confié à Bernard Roukhomovsky qui a présenté son édition critique de Choses et autres. Par-ci, par-là... suivi de Donc… et de Demi-Vérités. Cet ouvrage prolonge son travail d’habilitation et annonce celui de l’édition scientifique des Cahiers qu’il dirige.

La séance a été levée à 12 heures et s’est poursuivie pour une bonne partie d’entre nous autour d’un repas convivial.

Pierre LACHASSE

Henri de Régnier au Colloque « Changer de style »

Dans le cadre du colloque « Changer de style » : écritures évolutives au XXe et XXIe siècles (31 mai-1er juin 2017), Elodie Dufour-Magot évoquera Henri de Régnier dans une communication intitulée « Henri de Régnier, moderne, classique, moderne classique? ». Le programme du colloque peut être consulté ici: http://www.chcsc.uvsq.fr/centre-d-histoire-culturelle-des-societes-contemporaines/langue-fr/actualites/colloques/changer-de-style-ecritures-evolutives-aux-xxe-et-xxie-siecles-395804.kjsp