RÉGNIER CRITIQUE : LE RETOUR ?

Ce n’est pas certes pas d’abord pour son activité de critique qu’Henri de Régnier a laissé un souvenir dans l’histoire littéraire. Il est d’autant plus frappant de voir revenir son nom en ce domaine.

Brièvement d’abord, au dos de la réédition d’un roman de Drieu la Rochelle, Drôle de voyage, datant de 1933. Après un résumé, l’éditeur a choisi deux citations pour appâter le lecteur de 2016, l’une de Bernard Frank et l’autre, concise, de Régnier : « Le meilleur roman de l’auteur de Blèche et du Feu follet ». Dans son feuilleton du Figaro du 15 août 1933 Régnier a effectivement rendu compte de deux livres : La Réponse du Seigneur d’Alphonse de Châteaubriant (qui le faisait penser à l’Axël de Villiers de l’Isle-Adam) – et Drôle de voyage. Il apprécie le roman de Drieu, mais son éloge est plus nuancé que ne le laisse entendre cette citation en forme de slogan.

Plus remarquable encore, la réédition du Saint-Cendre de Maurice Maindron. Paru en 1898 aux éditions de la Revue blanche et dédié à Heredia, ce solide roman historique se situe à l’époque des guerres de religion. Maindron, on s’en souvient, était l’époux d’Hélène de Heredia. Pour les membres de la SLHDR, l’intérêt se trouve dans la préface choisie par l’éditeur, constituée par le bel article de Régnier sur son beau-frère, texte recueilli en 1933 dans De mon temps…

Pierre Drieu la Rochelle, Drôle de voyage, Le Castor astral.Maurice Maindron, Saint-Cendre, Éditions de l’Arbre vengeur (reprise d’une édition illustrée de 1943).

P. B.