Archives de catégorie : Billets

Assemblée générale des lecteurs de Régnier le 3 octobre

Chers amis lecteurs d’Henri de Régnier, nous vous invitons à participer à notre cinquième Assemblée générale qui se déroulera

le samedi 3 Octobre 2020 de 10 h à 12 h (accueil de 9 h 30 à 10 h)

au Lycée Victor-Duruy, 33 boulevard des Invalides, 75007 PARIS

(métro Saint-François-Xavier, bus 28, 82, 86, 92)

Ordre du jour :

1 Bilan moral

2 Bilan financier

3 Tel qu’en songe dont la sixième livraison sera consacrée à Régnier et le théâtre

4 Les Cahiers d’Henri de Régnier, le projet ENCHRE et le colloque de l’Institut

4 La Société des lecteurs d’Henri de Régnier et le Comité de Liaison CL 19

5 Questions diverses

Après l’Assemblée générale, ceux qui le souhaitent se réuniront autour d’un déjeuner dans un restaurant du quartier encore à choisir.

 

Le secrétaire, Pierre LACHASSE

Régnier soigné par Pozzi

Henri de Régnier fait deux brèves apparitions dans le nouveau livre de Julian Barnes, le célèbre romancier anglais, à paraître en septembre lors de la rentrée littéraire : L’homme en rouge évoque le docteur Samuel Pozzi, chirurgien, pionnier de la gynécologie française, homme du monde et amateur d’art et de littérature, qui fréquenta au début du XXe siècle les mêmes milieux que Régnier. C’est Pozzi, notamment, qui soigna la main blessée de Montesquiou après son fameux duel contre Régnier, épisode bien connu qu’évoque Barnes. Plus qu’une biographie de Pozzi à proprement parler (voir celle de Claude Vanderpooten, parue chez in Fine en 1992 – ou le livre de Jean-Philippe Brial Fontelive, Les Pozzi, une famille d’exception, paru en 2019 chez Esprit de Pays), L’homme en rouge (qui tire son titre du tableau de John Sargent, où le magnifique Dr Pozzi pose en robe de chambre écarlate) tient de la promenade dans les milieux mondains – et médicaux – du Paris fin de siècle, avec une visite chez les vedettes du temps, Sarah Bernhardt, Montesquiou, Barbey d’Aurevilly, Huysmans, etc. Un livre loin d’être désagréable, même si le connaisseur de la période n’apprend rien qu’il ne sache déjà, et même si la composition du livre (rédigé en paragraphes courts, disposés sans ordre apparent, ni chronologique, ni thématique, d’où des coq-à-l’âne incessants) peut irriter. Il s’enchantera en revanche de trouver de nombreuses illustrations, issues notamment des cartes « Félix Potin », photos de célébrités glissées à l’époque dans les plaquettes de chocolat, dont celle de Régnier…

B.Q.

« L’homme en rouge » de Julien Barnes (traduit de l’anglais par Jean-Pierre Aoustin, Mercure de France, 294 p., 23,80 €, en librairie le 10 septembre 2020).

 

Bon anniversaire!

Henri de Régnier s’est éteint le 23 mai 1936. « Pourquoi, lorsqu’un homme est mort, ne célébrons-nous plus l’anniversaire de sa naissance ? Célébrer l’anniversaire de sa mort, c’est déjà célébrer une autre naissance. » écrit Maurice Maeterlinck dans Le Sablier paru précisément en 1936.

Voici la tombe du poète dans la 86e section du Père Lachaise :

 

le suicide suprême de marcel prévost

Marcel Prévost (1862-1941) revient. Cet éminent confrère de Régnier à l’Académie possède une œuvre sensible, riche et prolifique, qui enthousiasme ses lecteurs. Nous inaugurons un nouveau cycle critique de Régnier autour de l’oeuvre de Marcel Prévost avec l’annonce de la réédition de très belles nouvelles, due aux bons soins d’Élodie Dufour, dans la collection « La Petite Part » aux éditions de La Part commune.

Le cadeau idéal en ces temps d’épidémies: autant se suicider « suprêmement »!

 

La quatrième de Couverture:

Figure associée aux premiers efforts féministes, Marcel Prévost est avant tout un conteur brillant. Cette sélection de nouvelles donne l’idée de la riche palette avec laquelle il peint aussi bien, et d’une main de maître, les servantes espiègles et les politiciens rusés, les épouses légères et les martyrs de l’amour, les marraines aguerries et les philosophes désabusés. Féroce et cynique ici, tendre et souriant là, Prévost guide le lecteur à travers une galerie de piquants portraits, du plus sublime au plus grimaçant – tous portraits de caractère, propres à ravir les amateurs de curiosités humaines.

 

 

 

Un amoureux de Régnier : Alain Bonnand

Parmi les nombreux écrivains qu’évoque amoureusement Alain Bonnand dans son livre récemment paru, La Valse seconde (Albert Caraco, Henri Calet, René Fallet…), il y a Henri de Régnier, qui l’enchante : le Régnier des Cahiers, tout comme celui des romans (avec une préférence, semble-t-il, pour Les Vacances d’un jeune homme sage) et celui des contes (Couleur du temps). Régnier n’aurait pas été insensible, du reste, à la forme originale et au ton volontiers sarcastique de ce joli livre rose qui mélange des aphorismes, des notations, des extraits, des remarques au fil des jours, des courriers (à l’éditeur Roland Jaccard, à l’écrivain David Di Nota…), en petits blocs d’une ou deux phrases maximum – comme des textos littéraires, si l’on veut. Du même auteur paraît aussi Arthur Cauquin au Yémen, badinage sensuel par ordinateur interposé, à l’époque (2006) où expédier dans l’univers numérique des vidéos privées n’était pas si dangereux qu’aujourd’hui.

B.Q.

« La Valse seconde » (La Bibliothèque, 170 p., 16 €) et « Arthur Cauquin au Yémen » (Serge Safran éditeur, 220 p., 17,90 €) d’Alain Bonnand.

 

La Garçonnière du poète

L’élection de Régnier à l’Académie française le 9 février 1911 lui a valu l’intérêt de la presse. Dans le numéro d’Excelsior daté du même jour, Albert Acremant raconte sa rencontre avec le poète sous le titre de « M. Henri de Régnier tel qu’on le voit et tel qu’il est ». Le dernier paragraphe révèle qu’il avait une garçonnière:

« M. Henri de Régnier aime ses livres. Il les chérit tant qu’il conserve tous ceux qui lui sont adressés. Son appartement est trop petit pour les contenir. Il a donc loué, rue du Bouquet-de-Longchamp, une mansarde où il les loge. C’est ce qu’il appelle sa garçonnière. Il avoue d’ailleurs que, lorsqu’il a besoin d’un volume qui s’y trouve, il le cherche en vain dans la poussière et finit toujours par devoir l’acheter ».

La rue du Bouquet-de-Longchamp donne dans la rue Boissière; Régnier n’avait donc que quelques pas à faire pour retrouver ses livres et la poussière.

P. B.

La scène de réminiscence comme instrument compositionnel dans la Double Maîtresse

« La scène de réminiscence comme instrument compositionnel : La Double Maîtresse d’Henri de Régnier » par Jean-François Perrin.

 

  • Revue: Revue d’Histoire littéraire de la France
    1 – 2019, 119e année – n° 1
    . varia
  • Auteur: Perrin (Jean-François)
  • Résumé: Chez les grands romanciers, la scène de mémoire affective participe d’une chaîne donnant accès à l’histoire intérieure, secrète, voire inconsciente, des personnages. C’est ce qu’avait compris Proust lecteur de La Double Maîtresse où les séquences de mémoire affective structurent la composition générale en tant que péripéties, rimes compositionnelles et échangeur temporels.
  • Pages: 103 à 112
  • Voir le site de l’éditeur : https://classiques-garnier.com/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-1-2019-119e-annee-n-1-varia-la-scene-de-reminiscence-comme-instrument-compositionnel.html

 

parution de tel qu’en songe n°5 (novembre 2019)

Le cinquième bulletin de la Société vient de paraître. Il contient un dossier thématique consacré aux Cahiers de Régnier.

TEL QU’EN SONGE N°5
CAHIERS HENRI DE RÉGNIER

publiés par la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier

SOMMAIRE

Éditorial……………………………………………………………………..    p. 7

Dossier : À la lumière des Cahiers
François Broche : Retour sur la première édition des Cahiers p. 13
Pierre Lachasse : La lettre et le cahier……………………………………..p. 25
Patrick Besnier : L’apport des Cahiers à la biographie…………..p. 43
Marc Béghin : Quel possible usage des Cahiers pour une édition critique des œuvres de Régnier ? L’exemple du Trèfle noir…….p. 53

Varia
Bernard Quiriny : Entretien avec Lou Jeunet…………………..p. 97

Vincent Gogibu : Henri de Régnier et Frédéric Mistral……… p. 75

Lucien d’Azay : Henri de Régnier et les fantômes à Venise …p. 83

Échos, ……………………………………………………………p. 97


Bernard Quiriny : Promenade……………………………………………..p. 101

Edmond Jaloux Correspondance avec Henri et Marie de Régnier (1896-1939)

Histoire ­d’une amitié et ­d’une éducation littéraires, cet ouvrage s’ajoute aux volumes de correspondance déjà publiés, le cinquième pour Régnier, le second pour Jaloux, après celui de ses lettres à Gide avec lequel il forme un diptyque.

Cette édition, due à la maîtrise coutumière de Pierre Lachasse, est sortie en librairie le 20 novembre dernier.

https://classiques-garnier.com/images/Vignette/PlaMS02b.png

L’ouvrage et son sommaire sur le site de l’éditeur:

https://classiques-garnier.com/correspondance-avec-henri-et-marie-de-regnier-1896-1939.html

 

 

Régnier, Proust et l’Amérique latine

La grande année proustienne s’achève – 2019, centenaire du Goncourt d’A l’ombre des jeunes filles en fleurs – sur un torrent de parutions proustiennes où, naturellement, on croise quelquefois Régnier. Exemple dans Proust latino, une intéressante étude de l’universitaire (il enseigne à Princeton) Rubén Gallo, qui étudie Proust au prisme inattendu de ses rapports avec l’Amérique latine et avec des Sud-Américains, quatre en particulier : Reynaldo Hahn le Vénézuélien, Gabriel de Yturri l’Argentin, José-Maria de Heredia le Cubain et Ramon Fernandez, né en France mais Mexicain. C’est dans le chapitre sur Heredia qu’on croise notre Régnier, fugacement – c’est surtout de Marie de Heredia qu’il est question, rapport à la fameuse « Académie canaque » dont elle fut reine, et dont Proust fut membre. Cette belle étude proustienne au prisme des pays chauds reconstitue tout un monde qu’a connu Régnier, ainsi qu’une atmosphère politique et historique, autour d’événements comme le scandale de Panama ou l’affaire Dreyfus, propre à captiver tous les lecteurs qu’intéresse cette époque.

B.Q.

 

« Proust latino » de Rubén Gallo (traduit de l’anglais par Cécile Magné, Buchet-Chastel, 300 p., 22 €)

http://www.buchetchastel.fr/proust-latino-ruben-gallo-9782283031247

 

Henri de Régnier, témoin de son temps – ANTHOLOGIE

 

La vie d’Henri de Régnier est indissociable de celle des milieux littéraires qu’il a côtoyés dès sa prime jeunesse. Les 144 textes de cet auteur réunis ici portent sur la littérature de son temps ; échelonnés entre 1887 et 1936, ils offrent un riche panorama d’un demi-siècle de vie littéraire.

https://classiques-garnier.com/images/Vignette/CiiMS02b.png

L’anthologie de Christophe Imperiali sur le site de Classiques Garnier:

https://classiques-garnier.com/henri-de-regnier-temoin-de-son-temps-anthologie.html

 

 

 

 

Les Écrits de Vincent d’Indy

Il n’est pas question d’Henri de Régnier dans le volume des Écrits de Vincent d’Indy, le premier d’une série de trois, qui vient de paraître aux éditions Actes Sud/Palazzetto Bru Zane.  

https://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782330123680.jpg

Mais il est enfin temps de pouvoir lire les écrits de cet immense compositeur, incontournable et magnifique, qui fait honneur à son époque. Gilles Saint Arroman, l’éditeur scientifique de ce volume remarquable, nous offre ses écrits dans leur presque intégralité, ne reprenant pas les monographies célèbres sur Beethoven, Franck et Wagner. En revanche, nous lisons avec profit et sans réserves tous les textes parus dans la presse de l’époque qui n’avaient jusqu’ici jamais été rassemblés.

Régnier a longtemps côtoyé d’Indy notamment dans le salon de Robert de Bonnières, voisin des d’Indy et des Duparc au 7 avenue de Villars. Régnier rapporte du reste dans ses Cahiers, en mars 1917, d’étonnantes révélations sur le musicien : « Marthe et son mari sont venus, puis Photiadès, qui me conte de curieuses histoires sur d’Indy. Il a pour maîtresse un modèle nommé Rosine et se fait photographier avec elle faisant l’amour. Les clichés existent. Il a emmené cette fille chez lui et en Italie. Il a 66 ans. » Mais point de photographies suggestives dans ce premier volume des écrits qui se lisent très bien sans !

Le livre sur les sites des éditeurs :

https://www.actes-sud.fr/catalogue/musique/ecrits-de-vincent-dindy-volume-1

Écrits de Vincent d’Indy Vol. 1 : 1877-1903

Gilles Saint Arroman sur France Musique :

https://www.francemusique.fr/emissions/sous-la-couverture/avec-gilles-saint-arroman-ecrits-de-vincent-d-indy-1877-1903-coedition-actes-sud-palazzetto-bru-zane-75825

Fervaal, le grand opéra wagnérien du compositeur, a été redonné avec une très belle distribution cet été au festival de Radio-France Occitanie-Montpellier – à réécouter sans modération sur le site de France Musique :

https://www.francemusique.fr/emissions/le-concert-du-soir/le-concert-du-soir-du-mercredi-24-juillet-2019-74420

 

Les ensablés parlent de Régnier

Beaucoup de choses inexactes dans ce compte rendu, et surtout la perspective en est fausse. S’il fallait recourir à l’évocation fort peu intéressante, concernant l’Altana, des déboires conjugaux de Régnier partout ressassés ad nauseamil était inutile de reprendre les considérations de Robert Fleury, et mieux valait s’appuyer sur la biographie moderne, scientifique et non romancée de Patrick Besnier (Fayard, 2015), par ailleurs éditeur non mentionné du présent ouvrage. Mais présenter longuement, et complaisamment, LAltana à la lumière de Marie de Régnier fausse tout. On s’étonne aussi que, dans un compte rendu passablement long, on ne trouve rien, ni sur la genèse, ni sur le projet, ni sur l’organisation profonde du livre en tant que tel (dont on rappellera au passage que le dernier chapitre s’intitule « La Maison du souvenir ») : bref presque rien qui permette vraiment de le comprendre et de l’apprécier pour ce qu’il a de singulier comme œuvre littéraire.
Qu’Antoine Cardinale se rassure : Il n’existe pas de «  Société des amis d’Henri de Régnier » , mais bien une «  Société des lecteurs d’Henri de Régnier ». Or la lecture critique est d’abord une affaire d’exactitude. C’est au moins en tout cas ce à quoi s’essaie Tel qu’en Songe, la revue annuelle de la Société.
 
B.V.
 

À lire donc:

https://www.actualitte.com/article/livres/les-ensables-l-altana-ou-la-vie-venitienne-1928-de-henri-de-regnier/96641

 

Appel à communications autour des cahiers

Autour d’une édition : les Cahiers d’Henri de Régnier

Institut de France – salle Hugot – 19-21 novembre 2020

Colloque organisé dans le cadre du programme ENCHRE

Édition numérique des Cahiers d’Henri de Régnier

par l’UMR 5316 LITT&ARTS (Université Grenoble Alpes)

en partenariat avec l’ITEM (Équipe Valéry), l’Institut de France

et la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier

à l’occasion de l’inauguration du site de l’édition numérique

sous le haut patronage de Monsieur Xavier Darcos, Chancelier de l’Institut

 

appel à communications

Figure de proue du Symbolisme, tout à la fois poète, romancier, essayiste, critique, mais aussi diariste, Henri de Régnier (1864-1936), écrivain à l’œuvre considérable et célèbre en son temps, fut bientôt presque oublié après sa mort, en partie pour avoir été une des figures officielles de la IIIRépublique – il fut notamment académicien. Un temps relégué au rang d’écrivain aimable, mais daté et pour tout dire mineur, Régnier jouit pourtant d’un renouveau des études critiques favorisé par plusieurs publications et manifestations, dont le colloque qui lui a été consacré en 2013 (Henri de Régnier tel qu’en lui-même enfin ?, Grenoble). Désormais, on s’attache donc à lire pour lui-même cet écrivain beaucoup plus divers, riche et profond qu’on a pu le croire, et méritant mieux, en particulier, que le statut d’un devancier qui serait devenu, au prix de quelques plagiats par anticipation, un simple épigone de Marcel Proust.

À cet égard, les milliers de notes rédigées au fil des jours par Henri de Régnier, un demi-siècle durant (1887-1936), dans ses Cahiers, forment une œuvre à part entière et d’une richesse exceptionnelle. En les mettant au jour, l’édition procurée par François Broche et David J. Niederauer (Pygmalion, 2002) a contribué au regain d’intérêt dont bénéficie l’écrivain depuis quelques années. Dans le même temps, elle a fourni un gisement précieux d’indications sur la vie littéraire et mondaine de l’époque (abondamment mis à contribution, par exemple, par Hélène Martin-Fugier dans son enquête sur Les salons de la iiie République ou par Gordon Millan dans sa reconstitution des « Mardis » de Stéphane Mallarmé).

Cependant, ce continent longtemps enseveli demeure encore très largement inexploré. De là le projet d’une édition numérique des Cahiers d’Henri de Régnier (auxquels on a pris le parti d’ajouter ses carnets de voyage et calepins divers). Développé au sein de l’axe 1 (Nouvelles philologies et Humanités numériques) de l’UMR LITT&ARTS (Université Grenoble Alpes) et du consortium CAHIER (https://cahier.hypotheses.org/enchre), en partenariat avec la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier et l’Institut de France, ce projet vise à mettre à la disposition du public (notamment des chercheurs) une transcription entièrement révisée et complétée (consultable au choix dans une version diplomatique et/ou dans une version linéarisée et corrigée), assortie d’un paratexte critique et d’outils de recherche élaborés en fonction des multiples aspects (biographique, historique, littéraire…) qui font l’intérêt cette écriture de soi à soi, et comme telle non destinée à la publication.

Tout comme les deux journées d’étude auxquelles il fait suite (Grenoble, 28-29 novembre 2018), le colloque Autour d’une édition : les Cahiers d’Henri de Régnier, qui donnera lieu à l’inauguration du site de l’édition numérique, répond à la volonté d’adosser ce projet (dans sa double dimension philologique et technologique) à un programme de recherches susceptibles d’en établir la pertinence scientifique, d’en orienter la conception et d’en accompagner la mise en œuvre, mais aussi – par un effet de mutuelle interaction – de s’en nourrir en retour. Seront privilégiés, dans cette optique, les axes d’étude que les journées grenobloises, au point de contact entre l’approche éditoriale et l’analyse critique, ont permis d’esquisser.

L’histoire des Cahiers. Nous connaissons les Cahiers non comme une œuvre en devenir, mais figés sous la forme de 11 volumes reliés, répartis entre les collections de la BnF et celles de la Bibliothèque de l’Institut. La description matérielle de ces manuscrits – y compris celle des lacérations qui, ajoutées à la perte des trois premiers cahiers, en affectent l’intégrité –, fournit des jalons pour tenter d’en retracer l’histoire : histoire qui n’est pas seulement celle de leur écriture, mais celle aussi des relectures et reclassements a posteriori, des interventions rétrospectives, voire posthumes, dont ils ont fait l’objet. Elle est celle également de la relation complexe que Régnier, au fil des ans, entretient avec ses Cahiers et des usages successifs qu’il leur assigne : aussi s’en explique-t-il en de nombreux endroits – affleurements remarquables d’un métadiscours qui mérite examen.

Le genre des Cahiers. Rien de plus incertain que le statut de cet objet singulier que la critique, à l’instar de l’auteur, désigne indifféremment sous les noms de « Cahiers » et de « Journal », qui semble tenir alternativement – voire simultanément – du journal intime, du zibaldone ou du cahier d’esquisses, du recueil d’anecdotes et de bons mots dans la tradition des anas, ou encore du livre de pensées détachées à la manière des moralistes, et demeure pourtant foncièrement irréductible à telle ou telle de ces catégories. De fait, si les Cahiers ressortissent au régime de l’écriture diaristique, ils ne répondent pas en tout point à la norme du journal intime, dès lors que, comme le résume Bertrand Vibert, « Régnier n’y raconte pas sa vie » (au moins sur un mode factuel, et si l’on met à part « le compte de [s]es dîners en ville »). Cette impureté générique fournit-elle la clé d’une poétique des Cahiers – voire du genre des Cahiers ?

La matrice d’une œuvre. Si les Cahiers sont assurément bien davantage qu’un avant-texte – et tout autre chose au fond –, ils n’en constituent pas moins, à plus d’un titre, une manière de laboratoire. Des enquêtes, même partielles, mais précieuses pour une étude génétique des œuvres publiées du vivant de l’auteur, permettront de mettre en évidence ce qu’elles empruntent à cette matière première : du réemploi le mieux établi à l’écho le plus atténué, une typologie fine distinguera notamment entre les réutilisations programmées (immédiates ou différées, à l’identique ou non) et les recyclages tardifs. Et ceci vaut également pour ce qui concerne l’abondante œuvre critique de Régnier, que l’on gagnera à rapprocher de ces pages nombreuses, dans les Cahiers, où s’élabore, par fragments, ce qu’il faut bien nommer une esthétique – littéraire, picturale, musicale.

Ces perspectives – qui se recoupent en plus d’un point – ne sont nullement exclusives d’autres approches possibles, lesquelles pourront s’inscrire ou non dans le champ des études sur Régnier. Les interventions portant sur des corpus comparables seront en effet susceptibles de donner lieu à des confrontations très éclairantes, en particulier lorsque ceux-ci font l’objet (à l’instar des Cahiers de Valéry par exemple) d’un projet d’édition numérique.

Bibliographie

Henri de Régnier, Les Cahiers inédits, édition de David J. Niederauer et François Broche, Paris, Pygmalion/Gérard Watelet, 2002.

Bertrand Vibert, « Les Cahiers d’Henri de Régnier ou le laboratoire du songe », dans Les Journaux d’écrivains : enjeux génériques et éditoriaux, sous la direction de Cécile Meynard, Bern, Peter Lang, 2012, p. 163-177.

– Henri de Régnier, tel qu’en lui-même enfin ? sous la direction de Bertrand Vibert, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2014.

Une sélection des communications prononcées lors des journées d’étude de Grenoble (28-29/11/2018) est publiée dans le n° 5 de la revue Tel qu’en songe (Cahiers de la SLHDR), 2019, à paraître.

Sur les Cahiers, voir également Henri de Régnier, Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités, édition critique par Bernard Roukhomovsky, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque du xixe siècle », 2018, p. 397-308.

Les propositions de communication – titre, présentation (2.000 signes maximum) – accompagnées d’une brève bio-bibliographie (statut/fonction, établissement de rattachement, publications principales) doivent être adressées par courriel, avant le 15 mars 2020, à :

bernard.roukhomovsky@univ-grenoble-alpes.fr

elodiedufour@gmail.com

Comité scientifique

Sophie Basch, Sorbonne Université

Françoise Bérard, directeur de la Bibliothèque de l’Institut

André Guyaux, Sorbonne Université

Claire Lesage, conservateur à la Bibliothèque de l’Arsenal (BnF)

Bertrand Marchal, Sorbonne Université

Bertrand Vibert, Université Grenoble Alpes

Michel Viegnes, Université de Fribourg (Suisse)

Comité d’organisation

Jessica Desclaux, Université catholique de Louvain

Élodie Dufour, UMR Litt&Arts (Université Grenoble Alpes/CNRS)

Franz Johansson, Sorbonne Université/ITEM

Bernard Roukhomovsky, UMR Litt&Arts (Université Grenoble Alpes/CNRS)