Archives de catégorie : Billets

Henri de Régnier Érotisme et libertinage

De l’avant-garde symboliste à l’Académie, de la poésie au roman en passant par le conte et la critique, la carrière de Régnier dessine un arc dont ce livre entend montrer l’unité et la cohérence profonde. Sous l’apparente hétérogénéité de l’œuvre, les figures et les motifs font retour. Le libertin décline ses avatars donjuanesques et casanoviens. Les fruits offrent au désir une large gamme d’appâts que la musique complète de ses délices variés. Mais la riche sensualité qui imprègne l’œuvre n’est pas seulement une constante thématique : elle fournit une clef qui ouvre l’accès à l’univers de l’écrivain. En épiant le secret des images et des résonances, ce livre donne à comprendre comment, d’une érotique, Régnier fait une véritable poétique.

À paraître le 24 mars 2021!

https://classiques-garnier.com/new/FjzMS01

les vœux du président

Chers lecteurs d’Henri de Régnier,
 
J’adresse à tous et à chacun(e) des vœux de grande santé, au seuil de cette nouvelle année qui a au moins le mérite de se savoir incertaine.
 
En ce qui concerne Régnier, l’année sera marquée par la préparation et la publication du numéro 6 de Tel qu’en Songe  consacré au théâtre, mais aussi par l’important Colloque d’ENCHRE qui, après avoir été reporté, aura lieu les 10-11-12 juin à l’Institut de France, colloque qui verra l’inauguration en ligne du site de l’édition numérique des Cahiers.
Cela fait un riche programme pour l’association, qui est partenaire du colloque et y investit une part importante de ses forces.
 
À titre de sujet de méditation, voici ce qu’écrivait Régnier il y a tout juste cent ans (transcription littérale du manuscrit) :
 
Samedi 10 Janvier.
L’année a recommencé et cette année c’est ma cinquante sixième..
je n’ai rien écrit sur ces feuillets durant ces dix premiers jour [sic], mais j’ai l’intention de moins négliger ces notes, d’ailleurs bien inutiles, car je ne les relirai peut être jamais et qui intéressent-elles ? mais puisque mon métier est d’écrire.
 
Pour tous  les amphisbènes,  en somme… ceux qui avancent et reculent en même temps (du nom du roman paru sous ce titre en 1912), et qui, comme le prouve assez Régnier, tracent quand même un chemin qui en vaut la peine.  Mais l’humour morose d’un écrivain sur sa pratique est-il jamais malséant ?

 

Bertrand Vibert
Président de la SLHDR
(Société des Lecteurs d’Henri de Régnier)

le confort moderne de rené boylesve

Illustre collègue de Régnier à l’Académie, René Boylesve (1867-1926) a été également son ami intime durant des années. Les éditions La Part commune réédite aujourd’hui Le Confort moderne, présenté par Élodie Dufour, dans sa collection « La Petite Part ».

Ce récit, qui semble anticiper Les Choses de Georges Perec, nous entraîne dans un vertige d’objets, premières automobiles, produits d’une ingénierie prodigue, mobilier fonctionnel, luxe inutile, gadgets, gâchis.
Dans ce tableau de la vie moderne, la presse même n’est pas épargnée, en sa boulimie de nouveautés. À travers le portrait d’un jeune homme de son temps, étourdi par le « progrès », ce « fanal obscur » que dénonçait déjà Baudelaire, Boylesve fait le portrait de la conscience moderne, frappée de vanité dès sa naissance.
Cette nouvelle est d’un tour bien français, c’est-à-dire que le drame y est rapporté d’un ton souriant, avec une dignité affectant la désinvolture. C’est avec une acuité de moraliste classique que Boylesve témoigne de la crise morale que traverse le début du XXe siècle, crise de laquelle il n’est pas certain que nous soyons sortis aujourd’hui.
En somme, ce récit, qui sait pourtant éviter les conclusions péremptoires et la satire univoque, tend à notre époque un miroir dans lequel elle a peut-être intérêt à se mirer. Il s’offre à nos méditations, à l’heure où une certaine modernité, triomphante au début du siècle dernier, commence à inspirer doutes et réserves, en cet autre début de siècle.

 

Revue d’études proustiennes – régnier et Proust

Il a été précisé lors de l’assemblée générale qui a eu lieu le 3 octobre dernier que les Lecteurs d’Henri de Régnier recevraient, en guise de bulletin annuel, le numéro 11 de la Revue d’études proustiennes, consacré à Régnier et Proust.

Nous rappelons que seuls les membres à jour de cotisation 2020 recevront ce numéro. Afin de procéder à une commande groupée à tarif préférentiel, il a été décidé que celle-ci serait effectuée après le 25 octobre 2020. Nous saurons gré à tous nos fidèles abonnés d’avoir l’obligeance de bien vouloir régler leur cotisation avant cette date.

Dans le plus grand respect des règles sanitaires en vigueur, nos abonnés recevront leur exemplaire par voie postale, avant la fin de l’année, il faut l’espérer.

 

SIXIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA slhdr

SIXIÈME ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES LECTEURS D’HENRI DE RÉGNIER (SLHDR)

Paris, Lycée Victor-Duruy, samedi 3 octobre 2020

La sixième assemblée générale ordinaire de la SLHDR s’est déroulée au Lycée Victor-Duruy, Paris VIIe, de 10 h à 12 h.

12 personnes étaient présentes : Patrick Besnier, Grégory Bouak, Damien Gonnessat, Franck Javourez, Pierre Lachasse, Christophe Langlois, Adeline Leguy, Gilbert Michler, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

14 membres, empêchés, avaient donné leur procuration : Bernard Barral, Marc Béghin, François Broche, Christophe Carrère, Anne-Marie Decottignies, Vincent Gogibu, Nelly Houdement, Liana Nissim, Marc Piguet, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Virginie Roukhomovsky, Gabriel Vibert et Michel Viegnes.

            Nous saluons le retour de Bertrand Vibert, président de la SLHDR, qui, après deux ans d’absence pour raisons de santé, a ouvert la séance en accueillant chaleureusement le petit nombre d’adhérents présents. Il a présenté le bilan moral d’activité en centrant son propos sur les dossiers essentiels qui témoignent de la vie de l’association : notre revue Tel qu’en songe, le projet ENCHRE, notre site Internet et notre implication dans le CL19.

            Pour cette année, la Revue d’études proustiennes, qui consacre une livraison aux relations entre Régnier et Proust, sous la direction de Franck Javourez, se substitue à Tel qu’en songe. Elle sera adressée à nos adhérents à jour de cotisation selon des modalités qui seront précisées plus bas. En 2021, Tel qu’en songe n° 6 sera consacré aux rapports de Régnier avec le théâtre selon trois axes : l’écrivain de théâtre, le critique dramatique et la théâtralité dans ses œuvres narratives. Pour l’année suivante, nous songeons à un numéro sur les préfaces données par Régnier à ses œuvres et aux œuvres des autres. Dans tous les cas, la participation n’est pas réservée au seul bureau et la contribution de chacun est la bienvenue. Sur le plan matériel, des aménagements de présentation, par exemple l’inscription du titre du dossier sur la première de couverture et du sommaire sur la quatrième, peuvent être envisagés. Sur un plan plus fondamental, nous souhaitons que le comité de rédaction relise l’ensemble des textes proposés, y compris les varia, afin d’éviter que ne subsistent des erreurs de détail, voire des contre-vérités factuelles.

            Le projet ENCHRE, sous la responsabilité de Bernard Roukhomovsky, se développe et trouve sa voie grâce aux efforts conjoints d’une équipe dévouée. Le travail sur les cahiers IV et V, qui sert en quelque sorte de patron à l’ensemble, est en voie d’achèvement : il réunit la transcription (fac-simile et transcriptions semi-diplomatiques et linéarisées donnés en simultanée), le paratexte (notices générales et annotations contextuelles) et la présentation (notices liminaires) du texte. Le travail sur le cahier VI est déjà en chantier. Une chronologie et une bibliographie ont également été rédigées. Mais l’ensemble ne pourra pas être connu avant le colloque international de l’Institut, fixé aux 10, 11 et 12 juin 2021, qui sera l’occasion de son inauguration publique officielle.

            Notre site Internet continue d’être alimenté grâce à Franck Javourez qui publie chaque mois de nouveaux textes et à Julien Schuh qui le supervise sur le plan technique. Il assure la visibilité de la SLHDR, c’est pourquoi nous sollicitons la vigilance de chacun pour y collaborer en diffusant toute actualité concernant Régnier dont il aurait connaissance.

            Enfin, le renforcement des liens entre la SLHDR et le CL19, qui a mission de fédérer les petites associations centrées sur l’étude et la diffusion des écrivains du tournant du siècle, ouvre d’intéressantes perspectives. Vincent Gogibu doit défendre ces positions à l’AG du CL19 qui aura lieu le 14 novembre prochain par zoom. Il s’agit de créer une banque de sujets de master pour les étudiants et d’ouvrir une boite à idées en concert avec les universités.

            Ensuite, notre trésorier Julien Schuh a présenté son rapport financier. Nous transférons le compte entre deux agences du Crédit mutuel afin de mutualiser les accès, le compte de la Société des amis d’Alfred Jarry étant dans la même agence. Nous pourrons aussi avoir accès aux comptes en ligne. Le Crédit mutuel attend encore la signature de documents par notre président pour finaliser ce transfert. L’assemblée générale vote à l’unanimité pour autoriser Julien Schuh et son adjoint, Patrick Besnier, à obtenir des procurations pour agir sur les comptes au nom du président. Les dépenses de 2019 s’élèvent à 785, 86 euros. À la date du 1er juin 2020, nous avions 834, 99 euros en caisse. Nous ne vivons que grâce aux cotisations de nos adhérents, toujours lentes à nous parvenir et plus que jamais indispensables au moment où nous devons régler la facture de Garnier.

            La Revue d’études proustiennes ne pourra, en effet, être servie qu’aux membres à jour de cotisation. La livraison nous est concédée à prix d’auteur, soit 27 euros (contre 39 au prix de vente), auxquels il faudra ajouter le coût de l’envoi. Nous invitons les retardataires à nous faire parvenir leur cotisation et à nous indiquer la manière préférentielle dont il souhaite recevoir le volume (envoi postal ou retrait direct à la librairie Garnier) avant le 25 octobre. Après cette date, Garnier nous fournira un devis.

            Avant de se séparer, l’assemblée générale a voté à l’unanimité le rapport moral, le rapport financier et la reconduction du bureau dans son intégralité.

Pierre Lachasse

 

Régnier soigné par Pozzi

Henri de Régnier fait deux brèves apparitions dans le nouveau livre de Julian Barnes, le célèbre romancier anglais, à paraître en septembre lors de la rentrée littéraire : L’homme en rouge évoque le docteur Samuel Pozzi, chirurgien, pionnier de la gynécologie française, homme du monde et amateur d’art et de littérature, qui fréquenta au début du XXe siècle les mêmes milieux que Régnier. C’est Pozzi, notamment, qui soigna la main blessée de Montesquiou après son fameux duel contre Régnier, épisode bien connu qu’évoque Barnes. Plus qu’une biographie de Pozzi à proprement parler (voir celle de Claude Vanderpooten, parue chez in Fine en 1992 – ou le livre de Jean-Philippe Brial Fontelive, Les Pozzi, une famille d’exception, paru en 2019 chez Esprit de Pays), L’homme en rouge (qui tire son titre du tableau de John Sargent, où le magnifique Dr Pozzi pose en robe de chambre écarlate) tient de la promenade dans les milieux mondains – et médicaux – du Paris fin de siècle, avec une visite chez les vedettes du temps, Sarah Bernhardt, Montesquiou, Barbey d’Aurevilly, Huysmans, etc. Un livre loin d’être désagréable, même si le connaisseur de la période n’apprend rien qu’il ne sache déjà, et même si la composition du livre (rédigé en paragraphes courts, disposés sans ordre apparent, ni chronologique, ni thématique, d’où des coq-à-l’âne incessants) peut irriter. Il s’enchantera en revanche de trouver de nombreuses illustrations, issues notamment des cartes « Félix Potin », photos de célébrités glissées à l’époque dans les plaquettes de chocolat, dont celle de Régnier…

B.Q.

« L’homme en rouge » de Julien Barnes (traduit de l’anglais par Jean-Pierre Aoustin, Mercure de France, 294 p., 23,80 €, en librairie le 10 septembre 2020).

 

Bon anniversaire!

Henri de Régnier s’est éteint le 23 mai 1936. « Pourquoi, lorsqu’un homme est mort, ne célébrons-nous plus l’anniversaire de sa naissance ? Célébrer l’anniversaire de sa mort, c’est déjà célébrer une autre naissance. » écrit Maurice Maeterlinck dans Le Sablier paru précisément en 1936.

Voici la tombe du poète dans la 86e section du Père Lachaise :

 

le suicide suprême de marcel prévost

Marcel Prévost (1862-1941) revient. Cet éminent confrère de Régnier à l’Académie possède une œuvre sensible, riche et prolifique, qui enthousiasme ses lecteurs. Nous inaugurons un nouveau cycle critique de Régnier autour de l’oeuvre de Marcel Prévost avec l’annonce de la réédition de très belles nouvelles, due aux bons soins d’Élodie Dufour, dans la collection « La Petite Part » aux éditions de La Part commune.

Le cadeau idéal en ces temps d’épidémies: autant se suicider « suprêmement »!

 

La quatrième de Couverture:

Figure associée aux premiers efforts féministes, Marcel Prévost est avant tout un conteur brillant. Cette sélection de nouvelles donne l’idée de la riche palette avec laquelle il peint aussi bien, et d’une main de maître, les servantes espiègles et les politiciens rusés, les épouses légères et les martyrs de l’amour, les marraines aguerries et les philosophes désabusés. Féroce et cynique ici, tendre et souriant là, Prévost guide le lecteur à travers une galerie de piquants portraits, du plus sublime au plus grimaçant – tous portraits de caractère, propres à ravir les amateurs de curiosités humaines.

 

 

 

Un amoureux de Régnier : Alain Bonnand

Parmi les nombreux écrivains qu’évoque amoureusement Alain Bonnand dans son livre récemment paru, La Valse seconde (Albert Caraco, Henri Calet, René Fallet…), il y a Henri de Régnier, qui l’enchante : le Régnier des Cahiers, tout comme celui des romans (avec une préférence, semble-t-il, pour Les Vacances d’un jeune homme sage) et celui des contes (Couleur du temps). Régnier n’aurait pas été insensible, du reste, à la forme originale et au ton volontiers sarcastique de ce joli livre rose qui mélange des aphorismes, des notations, des extraits, des remarques au fil des jours, des courriers (à l’éditeur Roland Jaccard, à l’écrivain David Di Nota…), en petits blocs d’une ou deux phrases maximum – comme des textos littéraires, si l’on veut. Du même auteur paraît aussi Arthur Cauquin au Yémen, badinage sensuel par ordinateur interposé, à l’époque (2006) où expédier dans l’univers numérique des vidéos privées n’était pas si dangereux qu’aujourd’hui.

B.Q.

« La Valse seconde » (La Bibliothèque, 170 p., 16 €) et « Arthur Cauquin au Yémen » (Serge Safran éditeur, 220 p., 17,90 €) d’Alain Bonnand.

 

La Garçonnière du poète

L’élection de Régnier à l’Académie française le 9 février 1911 lui a valu l’intérêt de la presse. Dans le numéro d’Excelsior daté du même jour, Albert Acremant raconte sa rencontre avec le poète sous le titre de « M. Henri de Régnier tel qu’on le voit et tel qu’il est ». Le dernier paragraphe révèle qu’il avait une garçonnière:

« M. Henri de Régnier aime ses livres. Il les chérit tant qu’il conserve tous ceux qui lui sont adressés. Son appartement est trop petit pour les contenir. Il a donc loué, rue du Bouquet-de-Longchamp, une mansarde où il les loge. C’est ce qu’il appelle sa garçonnière. Il avoue d’ailleurs que, lorsqu’il a besoin d’un volume qui s’y trouve, il le cherche en vain dans la poussière et finit toujours par devoir l’acheter ».

La rue du Bouquet-de-Longchamp donne dans la rue Boissière; Régnier n’avait donc que quelques pas à faire pour retrouver ses livres et la poussière.

P. B.

La scène de réminiscence comme instrument compositionnel dans la Double Maîtresse

« La scène de réminiscence comme instrument compositionnel : La Double Maîtresse d’Henri de Régnier » par Jean-François Perrin.

 

  • Revue: Revue d’Histoire littéraire de la France
    1 – 2019, 119e année – n° 1
    . varia
  • Auteur: Perrin (Jean-François)
  • Résumé: Chez les grands romanciers, la scène de mémoire affective participe d’une chaîne donnant accès à l’histoire intérieure, secrète, voire inconsciente, des personnages. C’est ce qu’avait compris Proust lecteur de La Double Maîtresse où les séquences de mémoire affective structurent la composition générale en tant que péripéties, rimes compositionnelles et échangeur temporels.
  • Pages: 103 à 112
  • Voir le site de l’éditeur : https://classiques-garnier.com/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-1-2019-119e-annee-n-1-varia-la-scene-de-reminiscence-comme-instrument-compositionnel.html

 

parution de tel qu’en songe n°5 (novembre 2019)

Le cinquième bulletin de la Société vient de paraître. Il contient un dossier thématique consacré aux Cahiers de Régnier.

TEL QU’EN SONGE N°5
CAHIERS HENRI DE RÉGNIER

publiés par la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier

SOMMAIRE

Éditorial……………………………………………………………………..    p. 7

Dossier : À la lumière des Cahiers
François Broche : Retour sur la première édition des Cahiers p. 13
Pierre Lachasse : La lettre et le cahier……………………………………..p. 25
Patrick Besnier : L’apport des Cahiers à la biographie…………..p. 43
Marc Béghin : Quel possible usage des Cahiers pour une édition critique des œuvres de Régnier ? L’exemple du Trèfle noir…….p. 53

Varia
Bernard Quiriny : Entretien avec Lou Jeunet…………………..p. 97

Vincent Gogibu : Henri de Régnier et Frédéric Mistral……… p. 75

Lucien d’Azay : Henri de Régnier et les fantômes à Venise …p. 83

Échos, ……………………………………………………………p. 97


Bernard Quiriny : Promenade……………………………………………..p. 101

Edmond Jaloux Correspondance avec Henri et Marie de Régnier (1896-1939)

Histoire ­d’une amitié et ­d’une éducation littéraires, cet ouvrage s’ajoute aux volumes de correspondance déjà publiés, le cinquième pour Régnier, le second pour Jaloux, après celui de ses lettres à Gide avec lequel il forme un diptyque.

Cette édition, due à la maîtrise coutumière de Pierre Lachasse, est sortie en librairie le 20 novembre dernier.

https://classiques-garnier.com/images/Vignette/PlaMS02b.png

L’ouvrage et son sommaire sur le site de l’éditeur:

https://classiques-garnier.com/correspondance-avec-henri-et-marie-de-regnier-1896-1939.html

 

 

Régnier, Proust et l’Amérique latine

La grande année proustienne s’achève – 2019, centenaire du Goncourt d’A l’ombre des jeunes filles en fleurs – sur un torrent de parutions proustiennes où, naturellement, on croise quelquefois Régnier. Exemple dans Proust latino, une intéressante étude de l’universitaire (il enseigne à Princeton) Rubén Gallo, qui étudie Proust au prisme inattendu de ses rapports avec l’Amérique latine et avec des Sud-Américains, quatre en particulier : Reynaldo Hahn le Vénézuélien, Gabriel de Yturri l’Argentin, José-Maria de Heredia le Cubain et Ramon Fernandez, né en France mais Mexicain. C’est dans le chapitre sur Heredia qu’on croise notre Régnier, fugacement – c’est surtout de Marie de Heredia qu’il est question, rapport à la fameuse « Académie canaque » dont elle fut reine, et dont Proust fut membre. Cette belle étude proustienne au prisme des pays chauds reconstitue tout un monde qu’a connu Régnier, ainsi qu’une atmosphère politique et historique, autour d’événements comme le scandale de Panama ou l’affaire Dreyfus, propre à captiver tous les lecteurs qu’intéresse cette époque.

B.Q.

 

« Proust latino » de Rubén Gallo (traduit de l’anglais par Cécile Magné, Buchet-Chastel, 300 p., 22 €)

http://www.buchetchastel.fr/proust-latino-ruben-gallo-9782283031247