Archives de catégorie : Éditions des œuvres d’Henri de Régnier

Il s’agit des éditions des œuvres de Régnier postérieures à 2014, date de la publication des actes du premier colloque consacré à Henri de Régnier, lesquels comportent une bibliographie.
Cette rubrique inclut les correspondances.

Edmond Jaloux Correspondance avec Henri et Marie de Régnier (1896-1939)

Histoire ­d’une amitié et ­d’une éducation littéraires, cet ouvrage s’ajoute aux volumes de correspondance déjà publiés, le cinquième pour Régnier, le second pour Jaloux, après celui de ses lettres à Gide avec lequel il forme un diptyque.

Cette édition, due à la maîtrise coutumière de Pierre Lachasse, est sortie en librairie le 20 novembre dernier.

https://classiques-garnier.com/images/Vignette/PlaMS02b.png

L’ouvrage et son sommaire sur le site de l’éditeur:

https://classiques-garnier.com/correspondance-avec-henri-et-marie-de-regnier-1896-1939.html

 

 

Henri de Régnier, témoin de son temps – ANTHOLOGIE

 

La vie d’Henri de Régnier est indissociable de celle des milieux littéraires qu’il a côtoyés dès sa prime jeunesse. Les 144 textes de cet auteur réunis ici portent sur la littérature de son temps ; échelonnés entre 1887 et 1936, ils offrent un riche panorama d’un demi-siècle de vie littéraire.

https://classiques-garnier.com/images/Vignette/CiiMS02b.png

L’anthologie de Christophe Imperiali sur le site de Classiques Garnier:

https://classiques-garnier.com/henri-de-regnier-temoin-de-son-temps-anthologie.html

 

 

 

 

Parution de Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités

Henri de Régnier, Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités.

Édition de Bernard Roukhomovsky.
Préface de Bertrand Vibert.
Classiques Garnier (Bibliothèque du xixe siècle, n° 54).

Sortie désormais de l’oubli, l’œuvre d’Henri de Régnier bénéficie depuis plusieurs années d’un indéniable regain de curiosité. La présente édition voudrait en faire redécouvrir une facette encore largement négligée. On y trouvera trois petits recueils de pensées détachées – dont le premier, Choses et autres, n’a connu qu’une diffusion confidentielle. En les donnant à lire dans le mouvement de leur genèse à partir des cahiers intimes de l’auteur, on se propose d’en réévaluer l’intérêt : il s’agit moins d’y mettre au jour un aspect marginal de son art que d’y reconnaître, au contraire, la plume d’un écrivain qui, sans cesser jamais d’être lui-même – c’est-à-dire poète – doit quelque chose à l’influence des moralistes.

Parution le 30 mai 2018.

 

Pour plus d’informations:

RkyMS01_publicite

REGNIER_Flyer

Henri de Régnier – Il Ricordo

En décembre 2017, quatre contes de Régnier ont été publiés en italien aux éditions Via del Vento dans la traduction d’Angela Calaprice sous le titre Il Ricordo. Pour plus de précisions, on peut consulter le site de l’éditeur:

http://www.viadelvento.it/catalogo/scheda.php?libro=253

Une recension de l’ouvrage, due au talent de Silvia Rovera, est publiée sur ce site dans la rubrique « Bibliographies ».

Henri de Régnier, Histoires incertaines, préf. de Bernard Quiriny, estampes de James Whistler, coll. « L’Éveilleur »

Henri de Régnier, Histoires incertaines, préf. de Bernard Quiriny, estampes de James Whistler, coll. « L’Éveilleur », mars 2017, 206 p.

Ce recueil original de 1919 réunit trois nouvelles, « L’entrevue », « Le pavillon fermé », « Marceline ou la punition fantastique », qui comptent  parmi les chefs-d’œuvre vénitiens de d’auteur, et parmi les chefs d’œuvre du genre : ils atteignent à une poésie parfois fantastique que l’auteur appelait « le songe ». Cela n’exclut pourtant ni l’esprit, ni l’humour.

Dans la préface, Bernard Quiriny récuse avec beaucoup de justesse cette sorte de facilité qui amène à confondre un certain goût du passé avec une attitude misonéiste, voire réactionnaire : « Les bons esprits progressistes, majoritaires de nos jours, comprennent mal cette tournure d’esprit, qu’ils confondent avec du conservatisme. Ça n’a pourtant rien à voir. L’amour du passé n’est pas une déploration du présent ; c’est un sentiment esthétique, une façon d’appréhender le monde. » (p. 11)

Il faut donc  se réjouir de voir cette belle réédition contribuer à faire sortir Régnier du cercle des connaisseurs.

B. V.