Archives de catégorie : Billets

Reynaldo, la musique retrouvée

Il vous reste un peu plus d’un mois pour vous précipiter au Musée de l’Opéra de Vichy et y découvrir une très belle exposition consacrée à Reynaldo Hahn. En face d’une robe de Fortuny, se trouve une vitrine consacrée à Venise à côté de laquelle nous retrouvons  une citation de L’Altana et dans laquelle se trouvent les deux volumes du Mercure de France. Incontournable Régnier ?

Régnier en visite chez la comtesse

Henri de Régnier passe à deux ou trois reprises, comme personnage secondaire et comme témoin, dans la petite biographie d’Anna de Noailles que publie ces jours-ci Frédéric Martinez. Spécialiste de la Belle époque, auteur de livres sur Toulet, Liszt, Delacroix ou Monet (mais aussi, autre registre et autre époque, Kennedy et Jimi Hendrix !), ainsi que d’un excellent recueil de nouvelles (L’Amérique), Martinez a puisé dans les Cahiers, où Régnier relate quelques rencontres avec la Comtesse, ainsi que dans ses lettres à Mme Bulteau. Il y donne son avis – de plus en plus hostile – sur Barrès et sur l’interminable liaison de ce dernier avec Anna, qui la rendra si folle et si malheureuse (« Barrès la tuera », écrit-il à Mme Bulteau), morceau de bravoure de ce petit livre joliment écrit et bien ramassé (chapitres très courts, 350 pages notes comprises), suivant les canons de la collection « Folio biographies » pour laquelle il a été conçu.

B.Q.

Journées d’étude du 28 et 29 novembre 2018

Les 28 et 29 novembre prochains se dérouleront à l’Université Grenoble Alpes deux journées d’études consacrées à l’édition numérique des Cahiers et Carnets d’Henri de Régnier. Elles constituent le premier volet d’un cycle de journées qui seront tenues tous les deux ans autour de cette édition.

Le descriptif de cette édition numérique est disponible sur la page du Consortium CAHIER:

Le programme des journées d’étude de novembre (qui comprend les informations pratiques) peut être consulté ici:


QUATRIEME ASSEMBLEE GENERALE

La quatrième assemblée générale de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue au Lycée Victor-Duruy, le 2 juin 2018.

14 membres étaient présents : Patrick Besnier, Grégory Bouak, Aurélie Briquet, François Broche, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Silvia Rovera et Géraud Sajust de Bergues.

10 membres étaient représentés : Hélène Albagnac, Jean-Louis Backès, Bernard Barral, Jean-Marc Canonge, Anne-Marie Decottignies, Elodie Dufour, Christiane Javourez, Adeline Leguy-Pringault, Marc Piguet et Julien Schuh.

Frank Javourez, vice-président, a ouvert la séance à 10 heures devant un auditoire certes clairsemé, en raison de la grève des chemins de fer, mais fervent et assez nombreux pour valider les votes. Il remercie d’abord Philippe Tournier, proviseur du lycée Victor-Duruy, qui nous accueille à nouveau dans son prestigieux établissement, et excuse ensuite l’absence du président Bertrand Vibert, souffrant, en lui souhaitant au nom de tous de recouvrer au plus tôt la santé. Puis il enchaîne sur le bilan moral de l’année écoulée. Il rappelle la brillante soutenance de thèse d’Elodie Dufour (Université de Grenoble-Alpes, 24 novembre 2017), consacrée à la représentation et à l’imaginaire classiques chez Henri de Régnier, Anatole France et René Boylesve, et la réédition en mars 2017 des Histoires incertaines, chez L’Eveilleur (Bordeaux), préfacée par Bernard Quiriny. Il annonce aussi la parution, le 30 mai 2018, aux Classiques Garnier de l’importante édition critique de Choses et autres, par Bernard Roukhomovsky, qui réunit toute l’oeuvre aphoristique de Régnier. Dans les mois qui viennent, doivent paraître la réédition de L’Amour et le Plaisir à la Part commune (Rennes) et les actes de la journée d’études sur Proust et Versailles (octobre 2017) prévus à l’automne prochain chez Hermann. Rappelons que Frank Javourez a participé à cette journée en abordant la question sous l’angle de Régnier.

Patrick Besnier présente à son tour le bilan financier. La fabrication et l’envoi de Tel qu’en songe n° 3 ont coûté très cher, car nous n’avons jamais reçu le subvention qui nous avait été promise à l’occasion de la journée d’études du Mans. Nous ne pouvons vivre que grâce aux cotisations des adhérents et nous comptons à la date de juin 2018 à peine 1000 euros en caisse, ce qui ne suffit pas tout à fait pour financer le prochain numéro. Aussi demandons-nous à tous les retardataires de penser au bon fonctionnement de la SLHDR et de s’acquitter au plus tôt de leur oubli. Nous avons aussi décidé quelques mesures drastiques : un volume moins épais, une réduction du tirage et une économie sur le coût de la maquette. L’assemblée générale s’est montrée attentive au sujet et a exprimé par le voix de quelques-uns de ses membres des idées intéressantes qu’il s’agit de creuser.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité.

La dernière partie de la séance a été consacrée aux perspectives. Le numéro 4 de Tel qu’en songe sera une anthologie d’articles de Régnier sur l’Histoire. Pierre Lachasse, qui s’en est chargé, a présenté les raisons de son choix, en tout 19 textes révélateurs de  l’intérêt porté à l’Histoire par l’auteur du Passé vivant. Il est bon que, d’une année à l’autre, notre revue se diversifie et alterne essais critiques consacrés à l’oeuvre et textes méconnus ou inédits de l’auteur. De même elle doit accueillir de nouveaux collaborateurs et ne pas se limiter au cercle étroit des happy few. Parmi les autres perspectives, la plus importante concerne la préparation de l’édition numérique des Cahiers qui réunit maintenant 14 collaborateurs. Une journée d’études consacrée au pourquoi et au comment de cette édition se déroulera à l’université de Grenoble-Alpes les 28 et 29 novembre prochain. Ses travaux, qui bénéficient d’une subvention, feront l’objet du n° 5 de Tel qu’en songe. Signalons enfin la participation de Frank Javourez le 20 juin prochain à la journée d’études « Le Musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926) », qui aura lieu au Hall Napoléon. Il parlera des visites de Régnier au Louvre : « Imaginer le visage absent de la déesse ».

Le dernier point abordé concerne la vie du site dont le nombre de visiteurs oscille, semble-t-il, entre 400 et 500 personnes par mois. Le tourbillonnant Frank Javourez en est le fécond animateur et il invite chacun à y collaborer, ne serait-ce que pour y rédiger des résumés des oeuvres de Régnier.

Avant de nous séparer, une bonne douzaine d’entre nous se sont retrouvés au Domaine de Lintillac, 20 rue Rousselet, juste face à l’immeuble où s’éteignit Barbey d’Aurevilly. En somme, d’une année à l’autre, nous sommes passés des Humbles aux Diaboliques

P. L.

A Versailles avec Régnier

Le 27 août 2018 seront publiés aux éditions Hermann, les actes de la journée consacrée à Proust et Versailles, sous la direction de Luc Fraisse, dans lesquels nous retrouverons Régnier dans les jardins des rois de France, « du songe au souvenir ».

L’offre de souscription, valable jusqu’au 27 août, est disponible ici:

Proust_et_Versailles

 

« Je suis très ami de Régnier… »

Les lecteurs de la Correspondance de Proust savent combien souvient y apparaît Régnier, à qui Proust a écrit, et qu’il a cité à ses correspondants comme l’une de ses influences en littérature – jusque dans les détails, comme le format et la typographie de son livre qu’il voudrait proches de ceux de la Double maîtresse… On ne s’étonnera pas que Régnier apparaisse – certes fugacement, et sans qu’il soit jamais le sujet principal – dans la correspondance de Proust avec Louis de Robert (1871-1937), l’auteur du Roman d’un malade, qui conseilla et soutint Proust au moment décisif où ce dernier cherchait un éditeur pour Swann. Publiée initialement par Robert en 1926 dans un petit livre intitulé Comment débuta Marcel Proust, cette correspondance est rééditée aujourd’hui par l’Eveilleur, avec une préface de Jérôme Bastianelli. On y voit Proust se réclamer de son amitié avec Régnier afin de persuader Robert de prendre langue pour lui avec Ollendorff (« Je suis très ami d’Hermant, de Barrès, de Régnier »)… Ces lettres intéresseront directement les admirateurs de Proust, indirectement ceux de Régnier ; elles permettent en tous cas de se replonger dans les coulisses de l’industrie littéraire des années 1910 qu’a connue Régnier, et ressuscitent le nom bien oublié de Louis de Robert, à qui son amitié et ses services offerts à Proust avaient valu le surnom de « premier ami de Swann ».

B.Q.

« Comment débuta Marcel Proust », de Louis de Robert (L’Eveilleur, 130 p., 9,50 €)

Parution de Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités

Henri de Régnier, Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités.

Édition de Bernard Roukhomovsky.
Préface de Bertrand Vibert.
Classiques Garnier (Bibliothèque du xixe siècle, n° 54).

Sortie désormais de l’oubli, l’œuvre d’Henri de Régnier bénéficie depuis plusieurs années d’un indéniable regain de curiosité. La présente édition voudrait en faire redécouvrir une facette encore largement négligée. On y trouvera trois petits recueils de pensées détachées – dont le premier, Choses et autres, n’a connu qu’une diffusion confidentielle. En les donnant à lire dans le mouvement de leur genèse à partir des cahiers intimes de l’auteur, on se propose d’en réévaluer l’intérêt : il s’agit moins d’y mettre au jour un aspect marginal de son art que d’y reconnaître, au contraire, la plume d’un écrivain qui, sans cesser jamais d’être lui-même – c’est-à-dire poète – doit quelque chose à l’influence des moralistes.

Parution le 30 mai 2018.

 

Pour plus d’informations:

RkyMS01_publicite

REGNIER_Flyer

D’Henri à Fernand

Les lecteurs de Régnier connaissent bien le nom des frères Julien et Fernand Ochsé : ils sont en particulier au centre d’un des plus séduisants chapitres de L’Altana, « Les Folles journées du palais Carminati ». Ils apportaient une aimable fantaisie dans la vie en apparence plutôt austère de Régnier, et le nom de celui-ci apparaît régulièrement dans le nouveau livre de Benoît Duteurtre qui s’attache à la vie de Fernand Ochsé, « inépuisable touche-à-tout », organisateur de fêtes, décorateur de théâtre, compositeur, poète. Ochsé a été un animateur de la vie mondaine et artistique des années avant la guerre de 1914 et pendant la décennie suivante. Proche de Proust, de Reynaldo Hahn ou du jeune Arthur Honegger, curieux des avant-gardes, Fernand jouissait d’une fortune familiale qui lui laissait toute liberté de n’en faire qu’à sa tête, de transformer la maison familiale de Neuilly en musée de la Beauté. Excellent connaisseur de la musique (et surtout de la musique « légère » de cette période), Benoît Duteurtre a rassemblé des textes et des témoignages qui font revivre le monde de ce personnage résolument mineur, ce qui en fait et le charme et la limite. Il raconte son existence dans une forme très libre, entre l’essai personnel et la biographie classique, délibérément non « universitaire ». Il est ainsi parfois conduit à la facilité de dialogues inventés, ce qu’on lui pardonne vite – mais on regrettera tout de même l’absence d’un index.

Le titre surprend d’abord, puis il place tout le livre dans son ombre. Le sens en est double : les Ochsé étaient juifs ; réfugié à Cannes pendant la guerre, Fernand Ochsé a été déporté dans le dernier convoi vers Auschwitz, le 31 juillet 1944. Et cette mort de Fernand Ochsé est aussi celle d’un monde de culture, de grâce et de légèreté.

P. B.
Benoît Duteurtre, La Mort de Fernand Ochsé, Fayard, 2018, 296 p., 19 €.

D’Henri à Henry, et d’Henry à Fanny

On croise fugacement Henri de Régnier dans deux livres récents, le premier de Frédéric Vitoux sur le poète Henry J.-M. Levet, l’autre de Sylvain-Christian David sur Fanny Zaessinger. Le premier, né comme Jean de Tinan en 1874 et mort tuberculeux en 1905, est connu pour sa carrière express de diplomate et pour ses somptueuses Cartes postales, onze poèmes modernistes aux saveurs d’exotisme qu’ont publiés Léon-Paul Fargue et Valery Larbaud après sa mort. Fasciné depuis sa jeunesse par cette figure énigmatique et filante, Vitoux lui consacre un portrait qui est, aussi, un autoportrait en creux, et une plongée dans le monde des cafés et petites revues des années 1890 que fréquentait Régnier, plusieurs fois cité. Fanny Zaessinger, elle, fut comédienne au Théâtre de l’œuvre de Lugné-Poe, et fréquenta tous les cercles littéraires de l’époque. On croise sans cesse son nom dans les journaux, les correspondances, et jusque dans des poèmes que leurs auteurs lui dédient. Spécialiste de Jarry, Sylvain-Christian David est parti à sa recherche à travers la presse et la littérature, reconstituant dans son livre admirablement documenté un univers bohème et littéraire où, à côté de Tinan, Gide, Jarry, Levet ou du peintre Léandre, on croise deux ou trois fois Régnier. L’histoire ne dit pas si Régnier a connu personnellement Levet ni Fanny Zaessinger (ni l’un ni l’autre n’apparaissent dans l’index de son Journal), mais on peut se plaire à penser qu’il les a forcément rencontrés dans les fumées d’un café, ou dans les coulisses de l’œuvre, au milieu des années 1890. Ne manquez pas ces deux livres captivants, à la tonalité très différente, mais qui, chacun à sa manière, font revivre la même époque, les mêmes personnages et les mêmes lieux, tels des machines à remonter le temps.

B.Q.
« L’Express de Bénarès. A la recherche d’Henry J.-M. Levet » de Frédéric Vitoux (Fayard, 264 p., 19 €)
« Fanny. Histoire de Fanny Zaessinger, qui disparut » de Sylvain-Christian David (Editions du Sandre, 330 p., 22 €)

 

Régnier dans le Club des Longues moustaches

Paru pour la première fois en 1988 chez Quai Voltaire, honoré à l’époque du prix Oscar-Wilde, réédité en 2006 au Rocher, Le Club des longues moustaches de Michel Bulteau était devenu introuvable, ou à peu près. Il reparaît aujourd’hui en poche dans la belle collection « Petite vermillon » de La Table Ronde, pour le plus grand plaisir des lecteurs de Régnier. Ces derniers savent en effet que les « longues moustaches » du titre sont une expression de Paul Morand dans Venises pour désigner quelques écrivains français des années 1920, amoureux de la Sérénissime, qui s’y retrouvaient souvent : Henriot, Jaloux, Vaudoyer et bien sûr Régnier, leur aîné et maître. Bulteau se promène à travers leur vie et leur œuvre avec la désinvolture érudite qu’on lui connaît, s’autorisant aussi quelques incursions du côté d’autres écrivains cousins, tels Charles du Bos et Francis de Miomandre. Il est question de Venise, bien sûr, du passé, du XVIIIe siècle, de la mélancolie, des bibelots, de la Provence et de l’Italie, tous thèmes et décors chers à l’auteur du Passé vivant et à ses lecteurs. Ces derniers ne manqueront pas de lire, s’ils ne l’ont jamais fait, ce petit joyau d’essai littéraire, et de l’offrir autour d’eux comme une invitation à découvrir Régnier et son époque.

B.Q.
Le Club des longues moustaches de Michel Bulteau, La Table Ronde, coll. « La Petite Vermillon », 208 p., 7,30 €.

 

Régnier classique?

Élodie Dufour a soutenu le 24 novembre 2017 une thèse intitulée: Comment peut-on être classique au tournant des XIXe et XXe siècles ? Ces travaux, réalisés sous la direction de M. Bertrand Vibert, portent sur la représentation du classicisme à l’articulation des XIXe et XXe siècles. Ils prennent appui sur un corpus de récits d’Ancien Régime emprunté à l’œuvre d’Henri de Régnier, d’Anatole France et de René Boylesve, auteurs souvent jugés passéistes par la postérité. Au croisement des études littéraires et linguistiques, cette thèse interroge la paradoxale démarche d’auteurs qui, en pleine modernité, ont délibérément continué d’entretenir des liens avec le classicisme – avec toute la plasticité que recèle la notion –, un classicisme revenu au goût du jour certes, mais dont ils adaptent la formule et qui n’est ni celui de Paul Valéry, ni celui de la NRF, ni celui des maurrassiens. Un questionnement sur le classicisme, la modernité, la contemporanéité, l’héritage, la transmission et la postérité sous-tend donc ces travaux. Car au XXe siècle qui s’ouvrait sur les avant-gardes, miser sur le classicisme pour lutter contre « l’obsolescence programmée » de la littérature était sans doute une erreur d’appréciation à moyen terme. Mais avec un siècle de recul, il semble que notre relation aux avant-gardes soit en train de changer, qu’une certaine valeur patrimoniale du classicisme résiste aux sirènes tapageuses de la nouveauté absolue, et qu’il existe un espace original de création pour des écrivains qui se veulent aussi des passeurs.

Henri de Régnier par Jean de Gourmont

La Nouvelle Imprimerie Gourmontienne (n°8 – Automne 2017), revue publiée par le Cercle des Amateurs de Remy de Gourmont, a eu l’heureuse initiative de republier l’article de Jean de Gourmont, « Henri de Régnier, poète », initialement paru dans L’Ermitage du 15 août 1905. Cet article annonce la monographie bien connue, Henri de Régnier et son oeuvre, que le même Jean de Gourmont publie aux éditions du Mercure de France en 1908.