Archives de catégorie : Billets

CINQUIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA SLHDR

La cinquième assemblée générale de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue le samedi 18 mai 2019 au lycée Victor-Duruy.

Membres présents : Bernard Barral, Patrick Besnier, Grégory Bouak, François Broche, Damien Gonnessat, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Jean-Louis Meunier, Henry de Paysac, Bernard Quiriny et Géraud Sajust de Bergues.

Membres excusés et/ou représentés : Elodie Dufour, Franck Javourez, Michael Lugan, Gilbert Michler, Mireille Newman, Marc Piguet, Joan Rosasco, Bernard Roukhomovsky, Virginie Roukhomovsky, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

Le secrétaire, Pierre Lachasse, a d’abord présenté le rapport moral de l’exercice écoulé. Il s’est appliqué à présenter l’actualité de l’association, les diverses activités réalisées autour de Régnier et les projets. Sur le plan de l’association, signalons la démission de notre trésorier, Patrick Besnier, qui sera remplacé dans cette fonction par Julien Schuh, déjà trésorier adjoint. Sur celui des activités, relevons quelques nouvelles publications : l’édition Besnier de L’Altana chez Bartillat en poche et L’Amour et le Plaisir à la Part commune présenté par Franck Javourez. Jean-François Perrin publie dans La Revue d’Histoire littéraire de la France (2019, n° 1) un article sur La Double Maîtresse intitulé “La Scène de réminiscence comme instrument compositionnel”. Il est aussi question de Régnier dans les souvenirs d’Anne de Lacretelle, Tout un monde. Jacques de Lacretelle et ses amis (éditions de Fallois, 2019). Moins sérieux, mais sans doute plus médiatique, le film de Lou Jeunet, Curiosa, revient sur le trio Henri-Marie-Louÿs, tourné pour une large part à la bibliothèque de l’Arsenal. Jean-Louis Meunier nous en a présenté un compte-rendu riche en couleurs et objectif. Pour revenir à des choses plus savantes, rappelons les colloques et journées d’études consacrés entièrement ou partiellement à Régnier : Le Musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926) avec la communication de Franck Javourez, “Imaginer le visage absent de la déesse”, au Louvre avec Henri de Régnier” (Louvre, 20 juin 2018) ; Du style des idées : Nationalisme et Littérature (1870-1920) avec la communication d’Elodie Dufour, “Henri de Régnier, l’imposteur. Français, mais pas nationaliste : un autre investissement imaginaire du style classique dans les années 1890-1920” (Esch-sur-Alzette, 28-29 juin 2018) ; Une édition numérique des Cahiers d’Henri de Régnier. Pourquoi ? Comment ? (Grenoble, 28-29 novembre 2018). Le travail de l’équipe des Cahiers autour de Bernard Roukhomovsky se poursuit en effet activement et fera l’objet d’un premier bilan lors du colloque qui sera organisé à l’Institut du 19 au 21 novembre 2020.

La visibilité de notre société est surtout sensible grâce à notre revue, Tel qu’en songe. Le numéro 5 sera consacré aux journées d’études de novembre 2018 sur les Cahiers avec plusieurs articles et la rubrique Varia. L’assemblée générale a beaucoup discuté des deux possibilités qui semblent se présenter pour le numéro 6. D’un côté, une livraison consacrée à Régnier et le théâtre. De l’autre, le projet de contribuer à la Revue d’études proustiennes de Luc Fraisse consacrée au premier semestre 2020 à Régnier et Proust. Quoi qu’il en soit, notre revue a été acquise par la Médiathèque de Honfleur, la ville natale du poète, qui s’est procurée les quatre premiers numéros. On s’en félicite et on attend des nouvelles de Paray-le-Monial.

En ce qui concerne le rapport financier présenté par Patrick Besnier, nous sommes satisfaits de le savoir en équilibre grâce à la fidélité de nos membres qui ne doivent pas relâcher leur soutien. Au cours de l’exercice 2018, les dépenses dues à la fabrication et à l’envoi de Tel qu’en songe se montent à 834, 80 euros et les recettes à 850 euros : 650 euros d’adhésions et 200 euros de ventes au numéro. Faites le calcul ! Depuis le début 2019, l’apport des adhésions permettent d’envisager l’année avec sérénité.

Les deux rapports ont été votés à l’unanimité.

P. L.

« Sa silhouette de peuplier défeuillé »…

Michel Bulteau a donné pour titre Le Club des longues moustaches à son magnifique petit livre sur Régnier, Jaloux, Vaudoyer & co, mais c’est Paul Morand qui a inventé l’expression, dans un article des Nouvelles littéraires du 11 mars 1971. Cet article était introuvable : le voici repris dans Bains de mer, bains de rêve et autres voyages, gros volume (1050 pages) de la collection « Bouquins » où Olivier Aubertin a rassemblé plusieurs livres de Morand sur ses pérégrinations à travers le globe (Rien que la Terre, La Route des Indes, Bains de mer, bains de rêve, etc.), ainsi que de nombreux textes et articles jamais réunis en recueil, notamment des papiers de la Revue des voyages de Jean-Paul Caracalla, ou des préfaces à divers volumes. On court, au rythme effréné de la prose morandienne, de l’Orient des années 1920 aux plages portugaises des années 1960, en passant par Londres, l’Europe centrale, les Amériques, Paris et, bien sûr, Venise, dans une courte section où figurent nos « longues moustaches ». Morand y raconte qu’il possède plusieurs livres de Régnier dédicacés à son père, qu’il a lu très jeune La Cité des eaux et les Esquisses vénitiennes, et qu’il n’imaginait pas, alors, que Régnier apporterait au Mercure de France sa première nouvelle. « Personne ne portait le monocle avec autant de hauteur que Henri de Régnier, écrit-il encore, tête rejetée en arrière ; le sien était une sorte d’oeil de bœuf creusé dans le drôme de son crâne poli, pareil à une sixième coupole de Saint-Marc ». C’est dans ce papier, aussi, qu’on trouve sa fameuse description de la « silhouette de peuplier défeuillé par l’automne » de Régnier… Ce dernier n’aurait sûrement pas détesté les belles pages de Morand sur Venise (encore qu’il eût tiqué, peut-être, devant « Venice, Venise, Venedig and Venezia », texte de 1927 où Morand déclare superbement n’aimer pas « la Venise morte d’hier » et lui préférer la Venise bruyante et encombrée de bateaux à moteurs d’aujourd’hui, celle qui « ressemble à Palm Beach » !) ; et il aurait sans doute souri devant ce trait noté dans « Carnet de Venise » : « Jadis, le Gazettino de Venise publiait la liste des gens tombés à l’eau dans la journée ; cette rubrique a été supprimée. Choit-on moins ? »

B.Q.

Bains de mer, bains de rêve et autres voyages, de Paul Morand (édité par Olivier Aubertin et préfacé par Nicolas d’Estienne d’Orves, Robert Laffont, « Bouquins », 1050 p., 32 €)

https://www.lisez.com/livre-grand-format/bains-de-mer-bains-de-reve/9782221215470

l’ALTANA EN POCHE

En 2009, Patrick Besnier nous offrait une toute nouvelle édition de L’Altana ou la vie vénitienne avec une présentation autrement plus fine que celle de l’édition précédente du Mercure de France. Dix ans plus tard, les éditions Bartillat ont l’heureuse idée de la rendre disponible dans leur collection “Omnia poche”.

Il n’y a désormais plus aucune excuse pour ne pas acquérir cette oeuvre indispensable!


Henri de Régnier au cinéma

Benjamin Lavernhe, de la Comédie-Française, interprète Henri de Régnier dans Curiosa, le long-métrage de Lou Jeunet consacré à la liaison entre Marie de Régnier et Pierre Louÿs. Quand la fiction se nourrit d’une légende tenace…

La sortie du film est prévue pour le 3 avril 2019 et la bande annonce est visible ici :

L’égoïste est celui qui ne pense pas à Régnier

Il est question de Régnier dans le nouvel livre de Dominique Noguez, Encore une citation, monsieur le bourreau ! (Albin Michel), où il s’interroge sur la source d’une série de citations célèbres (exercice auquel il s’était déjà livré dans La Véritable origine des plus beaux aphorismes). Ne serait-ce pas à Régnier, en effet, qu’on doit la fameuse formule : « L’égoïste, c’est celui qui ne pense pas à moi », utilisée en 1929 dans les « histoires de femmes » de Lui ou Les Femmes et l’amour ? Après enquête, Noguez conclut qu’elle trouve plutôt son origine dans certaines répliques de Labiche, qui sans doute ont été colportées, et que Régnier a pu entendre – même si Régnier lui a donné sa formulation la plus incisive et percutante, en « excellent auteur d’aphorismes » qu’il était. La phrase sera aussi attribuée à Feydeau ; elle figurera en épigraphe de la revue L’Egoïste lancée en 1977 par Nicole Wisniak, sans nom d’auteur ; et les amateurs de comédie française se souviennent peut-être de l’avoir entendue dans la bouche du maître d’école Coluche, dans le film du même nom réalisé par Claude Berri en 1981…

B.Q.

Daudet contre régnier

L’hostilité réciproque entre Henri de Régnier et les écrivains d’Action française (grimés par Régnier dans ses romans en « Ventres Saint-gris »…) est connue. On ne sera donc pas surpris de recroiser Régnier dans le beau volume d’Ecrits d’exil (1927-1928) de Daudet publié aujourd’hui chez Séguier (où avait déjà paru voici deux ans une sélection de portraits sous le titre Ecrivains et artistes), anthologie de textes tirés de quatre volumes écrits durant son séjour forcé à Bruxelles (La Ronde de nuit, Les Horreurs de la guerre, Melancholia et Les Pèlerins d’Emmaüs), avec une préface de Sébastien Lapaque. Dans ses « Remarques sur les modes », texte issu de Melancholia, Daudet écrit : « La prétention à l’archaïsme est, en littérature, intolérable. On ne sait dans quelle catégorie du suranné classer les romans automatiques et vaucansoniens d’Abel Hermant et ces mornes grivoiseries de l’impuissance qu’assemble péniblement Henri de Régnier. Cela rappelle les tableaux en cheveux des salons de nos grands-parents. » Eclat de la formule, incompréhension complète entre Daudet et Régnier, que tout oppose apparemment – le tempérament, la vision du monde, l’énergie, l’humeur. On n’en lira pas moins avec beaucoup d’intérêt les pages passionnantes de Daudet sur Hugo, Baudelaire et Montaigne, ainsi que ses « aphorismes sur la polémique et l’invective », sports dont il fut si bon praticien.

B.Q.

Une entrevue italienne

L’Italie est-elle la nouvelle patrie d’Henri de Régnier ? Après la traduction par Angela Calaprice de quatre contes sous le titre Il Ricordo (chez l’éditeur pisan Via del Vento), Albino Crovetto traduit aujourd’hui L’Entrevue (L’incontro) chez l’éditeur turinois Robin. Cette belle édition, qui comprend une préface du critique Luigi Sasso et une notice bio-bibliographique, est agrémentée sur le rabat de couverture d’une caricature de Régnier par Sem et, en regard de la page de titre intérieure, de l’incontournable portrait de Régnier par Vallotton (malheureusement orthographié « Valloton » !) – sans compter, sur la quatrième de couverture, une photo de Régnier à la cigarette et au monocle, méditatif et grave. Les régnériens italolophones qui auront la curiosité de faire un tour dans la « Biblioteca del Vascello », nom de la collection où paraît L’incontro, vérifieront qu’il s’y trouve en bonne compagnie, au milieu de textes signés – pour ne citer que des Français – Schwob, Mirbeau ou Judith Gautier.

B.Q.

L’Incontro sur le site de l’éditeur – http://www.robinedizioni.it/nuovo/l-incontro

Pour la fin de l’année

Encore deux publications à signaler pour cette fin d’année – pour ceux à qui il reste de l’argent et qui ont encore des cadeaux à faire! L’écrivain, musicien et photographe Francesco Maria Colombo a publié en mai 2018 un roman sur Marie de Régnier intitulé Il tuo sguardo nero, aux éditions Ponte Alle grazie à Milan.

http://img.illibraio.it/images/9788833310367_0_170_255_0.jpg

On peut consulter ici le site de l’auteur: http://francescomariacolombo.com/

Et la page concernant le roman sur le site de l’éditeur: http://www.ponteallegrazie.it/scheda.asp?editore=Ponte%20alle%20Grazie&idlibro=9499&titolo=Il+tuo+sguardo+nero

Enfin, les éditions La Part Commune ont réédité la “nouvelle galante” de Régnier : L’ Amour et le Plaisir. Un vrai remède (économique de surcroît) contre la morosité!

Le site de l’éditeur: http://www.lapartcommune.com/dhtml/home.php

Reynaldo, la musique retrouvée

Il vous reste un peu plus d’un mois pour vous précipiter au Musée de l’Opéra de Vichy et y découvrir une très belle exposition consacrée à Reynaldo Hahn. En face d’une robe de Fortuny, se trouve une vitrine consacrée à Venise à côté de laquelle nous retrouvons  une citation de L’Altana et dans laquelle se trouvent les deux volumes du Mercure de France. Incontournable Régnier ?

Régnier en visite chez la comtesse

Henri de Régnier passe à deux ou trois reprises, comme personnage secondaire et comme témoin, dans la petite biographie d’Anna de Noailles que publie ces jours-ci Frédéric Martinez. Spécialiste de la Belle époque, auteur de livres sur Toulet, Liszt, Delacroix ou Monet (mais aussi, autre registre et autre époque, Kennedy et Jimi Hendrix !), ainsi que d’un excellent recueil de nouvelles (L’Amérique), Martinez a puisé dans les Cahiers, où Régnier relate quelques rencontres avec la Comtesse, ainsi que dans ses lettres à Mme Bulteau. Il y donne son avis – de plus en plus hostile – sur Barrès et sur l’interminable liaison de ce dernier avec Anna, qui la rendra si folle et si malheureuse (« Barrès la tuera », écrit-il à Mme Bulteau), morceau de bravoure de ce petit livre joliment écrit et bien ramassé (chapitres très courts, 350 pages notes comprises), suivant les canons de la collection « Folio biographies » pour laquelle il a été conçu.

B.Q.

Journées d’étude du 28 et 29 novembre 2018

Les 28 et 29 novembre prochains se dérouleront à l’Université Grenoble Alpes deux journées d’études consacrées à l’édition numérique des Cahiers et Carnets d’Henri de Régnier. Elles constituent le premier volet d’un cycle de journées qui seront tenues tous les deux ans autour de cette édition.

Le descriptif de cette édition numérique est disponible sur la page du Consortium CAHIER:

Le programme des journées d’étude de novembre (qui comprend les informations pratiques) peut être consulté ici:


QUATRIEME ASSEMBLEE GENERALE

La quatrième assemblée générale de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue au Lycée Victor-Duruy, le 2 juin 2018.

14 membres étaient présents : Patrick Besnier, Grégory Bouak, Aurélie Briquet, François Broche, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Silvia Rovera et Géraud Sajust de Bergues.

10 membres étaient représentés : Hélène Albagnac, Jean-Louis Backès, Bernard Barral, Jean-Marc Canonge, Anne-Marie Decottignies, Elodie Dufour, Christiane Javourez, Adeline Leguy-Pringault, Marc Piguet et Julien Schuh.

Frank Javourez, vice-président, a ouvert la séance à 10 heures devant un auditoire certes clairsemé, en raison de la grève des chemins de fer, mais fervent et assez nombreux pour valider les votes. Il remercie d’abord Philippe Tournier, proviseur du lycée Victor-Duruy, qui nous accueille à nouveau dans son prestigieux établissement, et excuse ensuite l’absence du président Bertrand Vibert, souffrant, en lui souhaitant au nom de tous de recouvrer au plus tôt la santé. Puis il enchaîne sur le bilan moral de l’année écoulée. Il rappelle la brillante soutenance de thèse d’Elodie Dufour (Université de Grenoble-Alpes, 24 novembre 2017), consacrée à la représentation et à l’imaginaire classiques chez Henri de Régnier, Anatole France et René Boylesve, et la réédition en mars 2017 des Histoires incertaines, chez L’Eveilleur (Bordeaux), préfacée par Bernard Quiriny. Il annonce aussi la parution, le 30 mai 2018, aux Classiques Garnier de l’importante édition critique de Choses et autres, par Bernard Roukhomovsky, qui réunit toute l’oeuvre aphoristique de Régnier. Dans les mois qui viennent, doivent paraître la réédition de L’Amour et le Plaisir à la Part commune (Rennes) et les actes de la journée d’études sur Proust et Versailles (octobre 2017) prévus à l’automne prochain chez Hermann. Rappelons que Frank Javourez a participé à cette journée en abordant la question sous l’angle de Régnier.

Patrick Besnier présente à son tour le bilan financier. La fabrication et l’envoi de Tel qu’en songe n° 3 ont coûté très cher, car nous n’avons jamais reçu le subvention qui nous avait été promise à l’occasion de la journée d’études du Mans. Nous ne pouvons vivre que grâce aux cotisations des adhérents et nous comptons à la date de juin 2018 à peine 1000 euros en caisse, ce qui ne suffit pas tout à fait pour financer le prochain numéro. Aussi demandons-nous à tous les retardataires de penser au bon fonctionnement de la SLHDR et de s’acquitter au plus tôt de leur oubli. Nous avons aussi décidé quelques mesures drastiques : un volume moins épais, une réduction du tirage et une économie sur le coût de la maquette. L’assemblée générale s’est montrée attentive au sujet et a exprimé par le voix de quelques-uns de ses membres des idées intéressantes qu’il s’agit de creuser.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité.

La dernière partie de la séance a été consacrée aux perspectives. Le numéro 4 de Tel qu’en songe sera une anthologie d’articles de Régnier sur l’Histoire. Pierre Lachasse, qui s’en est chargé, a présenté les raisons de son choix, en tout 19 textes révélateurs de  l’intérêt porté à l’Histoire par l’auteur du Passé vivant. Il est bon que, d’une année à l’autre, notre revue se diversifie et alterne essais critiques consacrés à l’oeuvre et textes méconnus ou inédits de l’auteur. De même elle doit accueillir de nouveaux collaborateurs et ne pas se limiter au cercle étroit des happy few. Parmi les autres perspectives, la plus importante concerne la préparation de l’édition numérique des Cahiers qui réunit maintenant 14 collaborateurs. Une journée d’études consacrée au pourquoi et au comment de cette édition se déroulera à l’université de Grenoble-Alpes les 28 et 29 novembre prochain. Ses travaux, qui bénéficient d’une subvention, feront l’objet du n° 5 de Tel qu’en songe. Signalons enfin la participation de Frank Javourez le 20 juin prochain à la journée d’études “Le Musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926)”, qui aura lieu au Hall Napoléon. Il parlera des visites de Régnier au Louvre : “Imaginer le visage absent de la déesse”.

Le dernier point abordé concerne la vie du site dont le nombre de visiteurs oscille, semble-t-il, entre 400 et 500 personnes par mois. Le tourbillonnant Frank Javourez en est le fécond animateur et il invite chacun à y collaborer, ne serait-ce que pour y rédiger des résumés des oeuvres de Régnier.

Avant de nous séparer, une bonne douzaine d’entre nous se sont retrouvés au Domaine de Lintillac, 20 rue Rousselet, juste face à l’immeuble où s’éteignit Barbey d’Aurevilly. En somme, d’une année à l’autre, nous sommes passés des Humbles aux Diaboliques

P. L.