Archives de catégorie : Billets

D’Henri à Henry, et d’Henry à Fanny

On croise fugacement Henri de Régnier dans deux livres récents, le premier de Frédéric Vitoux sur le poète Henry J.-M. Levet, l’autre de Sylvain-Christian David sur Fanny Zaessinger. Le premier, né comme Jean de Tinan en 1874 et mort tuberculeux en 1905, est connu pour sa carrière express de diplomate et pour ses somptueuses Cartes postales, onze poèmes modernistes aux saveurs d’exotisme qu’ont publiés Léon-Paul Fargue et Valery Larbaud après sa mort. Fasciné depuis sa jeunesse par cette figure énigmatique et filante, Vitoux lui consacre un portrait qui est, aussi, un autoportrait en creux, et une plongée dans le monde des cafés et petites revues des années 1890 que fréquentait Régnier, plusieurs fois cité. Fanny Zaessinger, elle, fut comédienne au Théâtre de l’œuvre de Lugné-Poe, et fréquenta tous les cercles littéraires de l’époque. On croise sans cesse son nom dans les journaux, les correspondances, et jusque dans des poèmes que leurs auteurs lui dédient. Spécialiste de Jarry, Sylvain-Christian David est parti à sa recherche à travers la presse et la littérature, reconstituant dans son livre admirablement documenté un univers bohème et littéraire où, à côté de Tinan, Gide, Jarry, Levet ou du peintre Léandre, on croise deux ou trois fois Régnier. L’histoire ne dit pas si Régnier a connu personnellement Levet ni Fanny Zaessinger (ni l’un ni l’autre n’apparaissent dans l’index de son Journal), mais on peut se plaire à penser qu’il les a forcément rencontrés dans les fumées d’un café, ou dans les coulisses de l’œuvre, au milieu des années 1890. Ne manquez pas ces deux livres captivants, à la tonalité très différente, mais qui, chacun à sa manière, font revivre la même époque, les mêmes personnages et les mêmes lieux, tels des machines à remonter le temps.

B.Q.
« L’Express de Bénarès. A la recherche d’Henry J.-M. Levet » de Frédéric Vitoux (Fayard, 264 p., 19 €)
« Fanny. Histoire de Fanny Zaessinger, qui disparut » de Sylvain-Christian David (Editions du Sandre, 330 p., 22 €)

 

Régnier dans le Club des Longues moustaches

Paru pour la première fois en 1988 chez Quai Voltaire, honoré à l’époque du prix Oscar-Wilde, réédité en 2006 au Rocher, Le Club des longues moustaches de Michel Bulteau était devenu introuvable, ou à peu près. Il reparaît aujourd’hui en poche dans la belle collection « Petite vermillon » de La Table Ronde, pour le plus grand plaisir des lecteurs de Régnier. Ces derniers savent en effet que les « longues moustaches » du titre sont une expression de Paul Morand dans Venises pour désigner quelques écrivains français des années 1920, amoureux de la Sérénissime, qui s’y retrouvaient souvent : Henriot, Jaloux, Vaudoyer et bien sûr Régnier, leur aîné et maître. Bulteau se promène à travers leur vie et leur œuvre avec la désinvolture érudite qu’on lui connaît, s’autorisant aussi quelques incursions du côté d’autres écrivains cousins, tels Charles du Bos et Francis de Miomandre. Il est question de Venise, bien sûr, du passé, du XVIIIe siècle, de la mélancolie, des bibelots, de la Provence et de l’Italie, tous thèmes et décors chers à l’auteur du Passé vivant et à ses lecteurs. Ces derniers ne manqueront pas de lire, s’ils ne l’ont jamais fait, ce petit joyau d’essai littéraire, et de l’offrir autour d’eux comme une invitation à découvrir Régnier et son époque.

B.Q.

 

Le Club des longues moustaches de Michel Bulteau, La Table Ronde, coll. « La Petite Vermillon », 208 p., 7,30 €.

 

Régnier classique?

Élodie Dufour a soutenu le 24 novembre 2017 une thèse intitulée: Comment peut-on être classique au tournant des XIXe et XXe siècles ? Ces travaux, réalisés sous la direction de M. Bertrand Vibert, portent sur la représentation du classicisme à l’articulation des XIXe et XXe siècles. Ils prennent appui sur un corpus de récits d’Ancien Régime emprunté à l’œuvre d’Henri de Régnier, d’Anatole France et de René Boylesve, auteurs souvent jugés passéistes par la postérité. Au croisement des études littéraires et linguistiques, cette thèse interroge la paradoxale démarche d’auteurs qui, en pleine modernité, ont délibérément continué d’entretenir des liens avec le classicisme – avec toute la plasticité que recèle la notion –, un classicisme revenu au goût du jour certes, mais dont ils adaptent la formule et qui n’est ni celui de Paul Valéry, ni celui de la NRF, ni celui des maurrassiens. Un questionnement sur le classicisme, la modernité, la contemporanéité, l’héritage, la transmission et la postérité sous-tend donc ces travaux. Car au XXe siècle qui s’ouvrait sur les avant-gardes, miser sur le classicisme pour lutter contre « l’obsolescence programmée » de la littérature était sans doute une erreur d’appréciation à moyen terme. Mais avec un siècle de recul, il semble que notre relation aux avant-gardes soit en train de changer, qu’une certaine valeur patrimoniale du classicisme résiste aux sirènes tapageuses de la nouveauté absolue, et qu’il existe un espace original de création pour des écrivains qui se veulent aussi des passeurs.

Henri de Régnier par Jean de Gourmont

La Nouvelle Imprimerie Gourmontienne (n°8 – Automne 2017), revue publiée par le Cercle des Amateurs de Remy de Gourmont, a eu l’heureuse initiative de republier l’article de Jean de Gourmont, « Henri de Régnier, poète », initialement paru dans L’Ermitage du 15 août 1905. Cet article annonce la monographie bien connue, Henri de Régnier et son oeuvre, que le même Jean de Gourmont publie aux éditions du Mercure de France en 1908.

Henri de Régnier et Versailles

Il sera question du Versailles d’Henri de Régnier lors de la journée d’études intitulée « Proust et Versailles », le 20 octobre 2017, à l’auditorium du château de Versailles. Pour consulter le programme: https://chateauversailles-recherche.fr/francais/colloques-et-journees-d-etudes/colloques-et-journees-d-etudes-2017/proust-et-versailles.html

 

3ème ASSEMBLEE GENERALE

TROISIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA  SOCIETE DES LECTEURS D’HENRI DE REGNIER

Lycée Victor-Duruy, samedi 13 mai 2017

20 membres étaient présents : Hélène Albagnac, Valérie Bajou, Bernard Barral, Renaud Collard, Elodie Dufour-Magot, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Henry de Paysac, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh, Didier Van Moere et Bertrand Vibert.

8 membres avaient donné leur procuration : Jean-Louis Backès, Patrick Besnier, Grégory Bouak, Jean-Marc Canonge, Anne-Marie Decottignies, Luc Fraisse, Marc Piguet et Nathalie Prince.

Bertrand Vibert, président de la SLDHR, a ouvert l’assemblée générale à 10 heures. Il a procédé au bilan moral de l’exercice écoulé, se réjouissant de voir notre effectif stabilisé à 56 adhérents.  Il a évoqué notre principale activité, la publication de notre revue, Tel qu’en songe, dont le n° 2 était consacré à la réception de l’oeuvre de Régnier en France et à l’étranger. Certains membres ont souhaité en voir l’encrage renforcé. Sur le plan des travaux sur notre auteur, Bertrand Vibert a rappelé les soutenances de thèse de Frank Javourez et de HDR  de Bernard Roukhomovsky, la première portant sur le libertinage, la seconde sur  l’écriture aphoristique. Frank Javourez, très actif, a également publié les éditions critiques de La Double Maîtresse et du Bon Plaisir chez Siren éditions et il prépare la publication  enrichie de sa thèse, Libertinage et Erotisme pour les classiques Garnier. Bernard Roukhomovsky publiera, quant à lui, l’édition critique de Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités, soit l’ensemble de l’oeuvre aphoristique de Régnier, aux classiques Garnier.

Pierre Lachasse a ensuite présenté le bilan financier en l’absence du trésorier Patrick Besnier, souffrant. Les comptes sont en équilibre et l’année 2016 s’achève avec 40 euros d’excédent. La société ne vit qu’avec l’aide des adhérents et les frais de composition, d’impression et de port de Tel qu’en songe sont  juste couverts par leurs cotisations.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité.

Bertrand Vibert a ensuite repris la parole pour présenter le n° 3 de Tel qu’en songe qui publiera les actes de la journée d’études organisée à l’université du Maine le 24 mars dernier par Nathalie Prince, Patrick Besnier et lui-même. Cette journée était consacrée à deux romans de Régnier, La Double Maîtresse et Le Passé vivant, qui ont chacun donné lieu à quatre communications.

Puis ce fut le tour des perspectives.  Plusieurs travaux sont en cours : la thèse d’Elodie Dufour sur le classicisme dont la soutenance aura lieu à Grenoble en novembre, une édition par Pierre Lachasse de la Correspondance entre Régnier et Edmond Jaloux et, à long terme, l’édition scientifique des Cahiers pilotée par Bernard Roukhmovsky et à laquelle collaborent plusieurs de nos membres. Pour les autres projets, aucune décision n’est encore prise. On songe toujours à une journée à Versailles et le sujet du n° 4 de Tel qu’en songe n’est pas encore fixé, même si plusieurs idées ont été énoncées : suite de la réception, études sur La Pécheresse, sur les écrits de Jeunesse, les illustrateurs de l’oeuvre, les voyages…? Bertrand Vibert a rappelé enfin l’existence de notre site et l’opportunité de créer une rubrique bibliophilique qui serait confiée à Damien Gonnessat.

Pour finir, la parole a été confié à Bernard Roukhomovsky qui a présenté son édition critique de Choses et autres. Par-ci, par-là... suivi de Donc… et de Demi-Vérités. Cet ouvrage prolonge son travail d’habilitation et annonce celui de l’édition scientifique des Cahiers qu’il dirige.

La séance a été levée à 12 heures et s’est poursuivie pour une bonne partie d’entre nous autour d’un repas convivial.

Pierre LACHASSE

Henri de Régnier au Colloque « Changer de style »

Dans le cadre du colloque « Changer de style » : écritures évolutives au XXe et XXIe siècles (31 mai-1er juin 2017), Elodie Dufour-Magot évoquera Henri de Régnier dans une communication intitulée « Henri de Régnier, moderne, classique, moderne classique? ». Le programme du colloque peut être consulté ici: http://www.chcsc.uvsq.fr/centre-d-histoire-culturelle-des-societes-contemporaines/langue-fr/actualites/colloques/changer-de-style-ecritures-evolutives-aux-xxe-et-xxie-siecles-395804.kjsp

 

RÉGNIER CRITIQUE : LE RETOUR ?

Ce n’est pas certes pas d’abord pour son activité de critique qu’Henri de Régnier a laissé un souvenir dans l’histoire littéraire. Il est d’autant plus frappant de voir revenir son nom en ce domaine.

Brièvement d’abord, au dos de la réédition d’un roman de Drieu la Rochelle, Drôle de voyage, datant de 1933. Après un résumé, l’éditeur a choisi deux citations pour appâter le lecteur de 2016, l’une de Bernard Frank et l’autre, concise, de Régnier : « Le meilleur roman de l’auteur de Blèche et du Feu follet ». Dans son feuilleton du Figaro du 15 août 1933 Régnier a effectivement rendu compte de deux livres : La Réponse du Seigneur d’Alphonse de Châteaubriant (qui le faisait penser à l’Axël de Villiers de l’Isle-Adam) – et Drôle de voyage. Il apprécie le roman de Drieu, mais son éloge est plus nuancé que ne le laisse entendre cette citation en forme de slogan.

Plus remarquable encore, la réédition du Saint-Cendre de Maurice Maindron. Paru en 1898 aux éditions de la Revue blanche et dédié à Heredia, ce solide roman historique se situe à l’époque des guerres de religion. Maindron, on s’en souvient, était l’époux d’Hélène de Heredia. Pour les membres de la SLHDR, l’intérêt se trouve dans la préface choisie par l’éditeur, constituée par le bel article de Régnier sur son beau-frère, texte recueilli en 1933 dans De mon temps…

Pierre Drieu la Rochelle, Drôle de voyage, Le Castor astral.Maurice Maindron, Saint-Cendre, Éditions de l’Arbre vengeur (reprise d’une édition illustrée de 1943).

P. B.

Soutenance d’Habilitation à diriger les recherches de Bernard Roukhomovsky

Bernard Roukhomovsky, membre de la SLHDR,  soutiendra son HDR sur le sujet suivant :

LE SILLAGE MORALISTE (XVIIe-XXe SIÈCLES)

De La Rochefoucauld à Henri de Régnier : allers et retours

Samedi 10 décembre à 14 heures, Université Grenoble Alpes, Maison des Langues et des Cultures – Salle Jacques Cartier – 1141, Avenue Centrale – Domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères

Accès (prévoir 30 minutes en tout depuis la gare de Grenoble) : tramway B direction Bibliothèques Universitaires ; puis 1 minute à pied vers la gauche sur l’avenue perpendiculaire au tramway (premier bâtiment)

Cette HDR prolonge les travaux antérieurs, consacrés d’une part aux moralistes du Grand Siècle et des Lumières (d’abord à l’esthétique de La Bruyère, ensuite à l’incidence des questions d’optique et des savoirs du corps sur le discours moral xviisiècle-xviiisiècle), de l’autre à la poétique des formes brèves et du discours discontinu (abordée dans une perspective diachronique et sur la longue durée).

Elle comporte un inédit qui s’inscrit dans ce double sillage. Il s’agit d’une édition critique (à paraître chez Garnier) de trois recueils de pensées détachées tardivement publiés par Henri de Régnier (Choses et autres [1925], Donc… [1927], Demi-vérités [1928]). Largement tirés des cahiers intimes de l’auteur (demeurés inédits de son vivant), ces textes ont fait l’objet d’une étude génétique (rendue possible par la mise au jour de leurs états successifs), mais aussi d’une analyse des résonances intertextuelles tant internes qu’externes, à travers lesquelles on reconnaît la plume d’un écrivain nourri de l’histoire, des représentations et de la littérature de l’âge classique, et singulièrement de la lecture des moralistes.

Ce travail ouvre la voie à la mise en chantier – dans le cadre de l’axe « Nouvelles philologies et humanités numériques » de l’UMR LITT&ARTS – d’une édition scientifique des Cahiers : projet de longue haleine qui intéresse le domaine des études sur l’œuvre de Régnier (dont lesdits Cahiers constituent la matrice), mais aussi, parmi d’autres perspectives, la poétique des genres, d’autant que l’écriture au fil des jours du diariste et le genre des pensées détachées y sont dans un rapport de fécondation réciproque.

Le jury sera composé de :

Monsieur Jean-Louis BACKÈS (Université Paris-Sorbonne)

Madame Dominique BERTRAND (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

Monsieur Patrick BESNIER (Université du Maine)

Madame Aurélia GAILLARD (Université Michel de Montaigne, Bordeaux)

Madame Christine NOILLE (Université Grenoble Alpes)

Monsieur Bertrand VIBERT (Université Grenoble Alpes), garant

Autres journées du patrimoine 2016 : Abbaye de Blanche Couronne

L’Abbaye de Blanche Couronne sera exceptionnellement ouverte pour les journées du patrimoine samedi après-midi et dimanche 16 et 17 septembre (visites guidées). En cours de restauration depuis 1978, elle a vu son accès réduit, puis interdit par arrêté préfectoral en 2015. C’est donc une occasion unique qui est offerte cette année au public.

Rappelons que l’ancienne abbaye, qui fut la propriété du peintre Auguste Toulmouche entre 1871 et 1917, a accueilli de nombreux artistes, notamment Heredia et sa famille. Elle est à ce titre un lieu de villégiature de Régnier. Il y séjourna notamment en août 1895, durant ses fiançailles avec Marie. Celles-ci faisaient de Régnier le rival « heureux » de Pierre Louÿs : sur l’épisode du mariage de Régnier,  voir P. Besnier, Henri de Régnier, De Mallarmé à l’Art déco, Fayard, 2015, p. 178-182.

A. P.-L. et B. V.

http://www.abbaye-blanche-couronne.com