Bibliographies : autour de et sur Henri de Régnier

Parutions 2018

Henri de Régnier, Il Ricordo e altri racconti inediti, éd. présentée par Angela Calaprice, Via del Vento, Pistoia, coll. “ocra gialla”, n° 72, 2017, 43 p., 4 €

 

Pour le lecteur italien désireux de se plonger dans un univers singulier où des personnages solitaires promènent leurs désirs et leurs souvenirs, Il Ricordo e altri racconti inediti, traduit par Angela Calaprice, est une occasion rêvée. Joli petit ouvrage à la portée de toutes les bourses, ce recueil nous introduit dans le monde d’Henri de Régnier par une couverture ocre où figure une xylographie de Pietro Parigi (1892- 1990) qui représente un homme perdu dans ses songes au milieu d’un bosquet.

Nous sommes invités à suivre son exemple et à nous plonger dans les contrées insolites où nous emmènent les quatre contes du récit, trois (« Il ricordo », « Il mistero di Fontefrède » et « Il ritorno dei re magi ») tirés des Bonheurs perdus (Mercure de France, 1924) et un (« Il segreto della felicità ») des Contes de France et d’Italie (Crès, 1912). Ainsi, nous pouvons parcourir d’abord le Sud de la France des villes thermales (« Il ricordo ») et des châteaux abandonnés (« Il mistero di Fontefrède ») et terminer notre périple dans l’Orient fabuleux des Rois Mages (« Il ritorno dei Re Magi ») et des califes (« Il segreto della felicità »). À travers ce vagabondage nous trouverons des personnages hantés par le souvenir d’un ancien bonheur ou préoccupés par un futur incertain. Il est question d’amour, dans ces contes de Régnier, de l’amour difficile et tourmenté qui fait sombrer Monsieur de Salude dans une innocente folie et qui pousse M. de Marvoisin à se venger de l’abandon de sa femme par un acte mystérieux et une mise en scène symbolique. Mais il est aussi question de pouvoir, celui sur lequel s’interrogent les trois rois mages de retour dans leurs pays après avoir rendu visite à l’enfant Jésus, et celui d’Akbar et d’Ali, délivrés de la tyrannie de leur père, le calife Hassan, mais pas pour autant plus heureux. Ces deux thèmes s’enchevêtrent, car tout amour est aussi une question de pouvoir et tout pouvoir une question de séduction.

Cette séduction est aussi celle que l’écriture de Régnier exerce sur le lecteur, car la traductrice a pris soin d’en conserver les parallélismes et les symétries, les paragraphes s’enchaînant l’un à l’autre par des rappels sémantiques et le souci d’un style à la lisière entre classicisme et modernité. De même, Angela Calaprice a réussi à préserver la fluidité de la période et le sentiment d’attente qui anime ces contes, soit en simplifiant certaines tournures, soit en postposant ou antéposant quelques mots ou propositions, comme on peut le lire dans ce passage tiré de « Il mistero di Fontefrède » (p. 10) : « Stavano distesi sul palco due corpi, uno vestito con un costume da pastorella, l’altro con un abito da Arlecchino ». (« Vêtus, l’un d’un costume de bergère, l’autre d’un habit d’arlequin, deux corps étaient étendus sur le plateau [de la scène] »). Il en résulte une prose qui conserve l’élégance de Régnier et une puissance évocatrice à même de rendre les mouvements d’une âme dans toutes les nuances de ses rêveries.

Silvia Rovera

____

Parutions 2017

En Espagne d’Henri de Régnier, préface de Patrick Besnier, édition établie, présentée et annotée par Carlota Vicens-Pujol, Berne, Peter Lang, 2017, 196 p.

Il faut saluer le projet d’éditer une partie méconnue des écrits de voyage d’Henri de Régnier, ceux qu’il a consacrés à l’Espagne. On connaît l’autre tropisme méditerranéen de Régnier, celui des Escales en méditerranée (1931), et surtout son attachement indéfectible à Venise dont porte notamment témoignage L’Altana, ou la vie vénitienne (1928). Mais l’Espagne, pays d’art, d’histoire et de souvenirs littéraires le hante également, et cette édition est l’occasion bienvenue d’en réévaluer la portée dans l’imaginaire de l’écrivain.

Celle-ci rassemble les quatre importantes livraisons d’un feuilleton publié dans La Revue des Deux Mondes entre novembre 1933 et octobre 1935, c’est-à-dire dans les toutes dernières années de la vie de Régnier, lequel devait disparaître l’année suivante. Or le statut de ces textes engage à les lire de façon particulière. La première livraison, certes, n’est qu’une approche de l’Espagne et renvoie à un séjour dans le sud-ouest de la France entre 1918 et 1922, c’est-à-dire plus de dix ans avant la publication, qui eut lieu le 1er novembre 1933. Mais, en matière littéraire, pour un écrivain qui, selon ses propres mots, ne « jouit[t] jamais qu’en souvenir », le mixte d’imagination et de mémoire peut suppléer l’expérience réelle. Il en va tout autrement  des deux autres livraisons. Issues de voyages effectués en Espagne au printemps et à l’automne 1930, elles sont publiées respectivement le 1er juin et le 15 août 1934, et enfin le 1er octobre 1935. Cette fois, la maturation du souvenir n’a pas opéré de la même façon, Régnier ayant surtout mis en forme des notes prises à chaud. L’état non définitif du texte ainsi que l’âge et l’état de santé dégradé de l’écrivain peuvent expliquer que, contrairement à son habitude, il n’ait pas recueilli ces textes en volume. À preuve supplémentaire, l’existence d’un texte inédit portant sur un dernier voyage effectué en 1932, que cette édition livre pour la première fois au public. L’édition apporte donc une plus value indéniable pour la connaissance de l’écrivain.

Si la préface tout comme l’introduction insistent sur le caractère moins abouti de ces textes que d’autres récits de voyage de Régnier, il n’en s’agit pas moins de textes d’un écrivain, avec ses goûts et son regard singuliers, et nullement dénués d’intérêt. Les amateurs de récits de voyage, les curieux de ce qui concerne les richesses artistiques des cités espagnoles, et bien sûr les lecteurs d’Henri de Régnier se réjouiront de la publication et de la redécouverte tout à fait opportunes de ces textes.

B. V.

___

Henri de Régnier, Histoires incertaines, préf. de Bernard Quiriny, estampes de James Whistler, coll. « L’Éveilleur », mars 2017, 206 p., 18 €

Ce recueil original de 1919 réunit trois nouvelles, « L’entrevue », « Le pavillon fermé », « Marceline ou la punition fantastique », qui comptent  parmi les chefs-d’œuvre vénitiens de d’auteur, et parmi les chefs d’œuvre du genre : ils atteignent à une poésie parfois fantastique que l’auteur appelait « le songe ». Cela n’exclut pourtant ni l’esprit, ni l’humour.

Dans la préface, Bernard Quiriny récuse avec beaucoup de justesse cette sorte de facilité qui amène à confondre un certain goût du passé avec une attitude misonéiste, voire réactionnaire : « Les bons esprits progressistes, majoritaires de nos jours, comprennent mal cette tournure d’esprit, qu’ils confondent avec du conservatisme. Ça n’a pourtant rien à voir. L’amour du passé n’est pas une déploration du présent ; c’est un sentiment esthétique, une façon d’appréhender le monde. » (p. 11)

Il faut donc  se réjouir de voir cette belle réédition contribuer à faire sortir Régnier du cercle des connaisseurs.

B. V.

____

Parutions 2016

Maria Benedetta Collini, Éclats de mythes dans la poésie symboliste, Milan,  coll. « Multiples », n° 5, Mimesis Edizioni, 2016, 252 p. [de nombreuses références à Régnier]

___

Juliette Le Gall, L’écriture vénitienne chez Henri de Régnier et le « premier Marinetti ». L’imaginaire de l’espace vénitien sous le signe du Symbolisme, prémices au Futurisme, dans Il Campiello, Revue électronique jeunes chercheurs d’études vénitiennes, Université Toulouse Jean Jaurès, 2016, n°1

http://blogs.univ-tlse2.fr/il-campiello/files/2016/05/Campiello_1_Le_Gall.pdf

___

Bertrand Vibert, « Roman moderne, qu’est-ce à dire ? Sur Le Divertissement provincial d’Henri de Régnier », Roman 20-50, n° 61 [Jean Cocteau], Lille3, Presses du Septentrion,  juin 2016, p. 101-117.

 

***

BIBLIOGRAPHIES

____

Bibliographie sélective sur Henri de Régnier (par genre)

Bibliographie sur Henri de Regnier par Bertrand Vibert

___

 

Bibliographie chronologique tendant à l’exhaustivité, comprenant notamment les contributions d’Henri de Régnier à la presse

Bibliographie sur Henri de Regnier par Pierre Lachasse

***