Tous les articles par plachasse

Compte-rendu de l’assemblée générale 2022

La huitième assemblée générale de la Société des lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue le samedi 14 mai 2022 au lycée Victor-Duruy, Paris 7e.

Membres présents : Bernard Barral, Patrick Besnier, Grégory Bouak, Alain Chevrier, Élodie Dufour, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Franck Javourez, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Ana Orozco, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

Membres représentés : Marc Béghin, Michaël Lugan, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Mireille Newmann, Marc Piguet et Gabriel Vibert.

Le président Bertrand Vibert a ouvert la séance à 10h. Dans le cadre de son bilan moral, il a rappelé les changements survenus dans l’organisation et la présentation de Tel qu’en songe dont le n° 6 était consacré à Régnier et le Théâtre : une nouvelle mise en forme sous la responsabilité de Marie Greget, la mise en place d’un comité de rédaction avec double lecture de chaque article et l’inscription du titre du dossier thématique sur la couverture de la revue. Il a évoqué aussi la possibilité de désigner un responsable tournant pour les prochains numéros. Celui de 2022, le n° 7, consacré à la Poésie, est préparé par Julien Schuh qui, grâce à un appel à collaboration réussi, a pu réunir de nombreux articles. Le sujet est, en effet, essentiel et la livraison pourrait faire date : on y lira des mises au point sur des questions générales et théoriques, sur les diverses éditions et sur les liens entre Régnier et Coppée notamment. Bertrand Vibert commencera un feuilleton sur la réception des œuvres.

En complément de la revue, la visibilité de la Société est aussi assurée par notre site, par notre adhésion au CL19 qui organise sa journée des associations le 24 juin prochain et surtout par l’abondant travail réalisé sur les Cahiers de Régnier, l’ENCHRE, dont l’inauguration en présentiel devrait avoir lieu à l’automne à Grenoble, sans doute le jeudi 29 ou le vendredi 30 septembre. Enfin la publication de deux ouvrages est annoncée à une date encore non fixée, tous deux aux Classiques Garnier, l’édition critique de La Double Maîtresse procurée par Franck Javourez et les actes du colloque de l’Institut consacrée aux Cahiers sous la responsabilité de Bernard Roukhomovsky.

Le bilan financier présenté par Julien Schuh montre une certaine stabilité de nos fonds. Après un déficit de 350, 93€ en 2020, dû essentiellement au coût des Cahiers Marcel Proust, et un bénéfice de 126€ en 2021, nous comptons en caisse à la date du 14 mai 2022 un avoir de 727, 20€. Pour nous permettre de financer sans crainte la nouvelle livraison de Tel qu’en songe, nous adressons en cours d’année plusieurs rappels à nos adhérents.

Les deux bilans sont votés à l’unanimité et le bureau est reconduit dans son intégralité sans changement. Il se réunira à nouveau à l’occasion du salon de la revue le samedi 15 octobre 2022.

La séance est levée à 12h.

Pierre LACHASSE

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE LE 14 MAI 2022

Chers amis lecteurs d’Henri de Régnier, nous vous invitons à participer à notre septième Assemblée générale qui se déroulera

le samedi 14 mai 2022 de 10 h à 12 h (accueil à partir de 9 h 45)

au Lycée Victor-Duruy, 33 boulevard des Invalides, 75007 PARIS

(métro Saint-François-Xavier, bus 28, 82, 86, 92)

Ordre du jour :

1 Bilan moral.

2 Bilan financier (Êtes-vous à jour de cotisation ?)

3 Tel qu’en songe dont la septième livraison sera consacrée à Régnier poète même en vers

4 Les Cahiers d’Henri de Régnier : les actes du colloque de juin 2021 à l’Institut seront publiés aux Classiques Garnier. À l’automne (date à préciser) le site sera inauguré à Grenoble pour les cahiers IV à VII au cours d’une journée en présentiel et en visioconférence

5 Questions diverses

Après l’Assemblée générale, ceux qui le souhaitent se réuniront autour d’un déjeuner dans un restaurant du quartier.

Le secrétaire, Pierre LACHASSE

 

PROCES-VERBAL DE LA SEPTIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA SOCIETE DES LECTEURS D’HENRI DE regnier

 

La septième assemblée générale de la SLHDR s’est réunie le samedi 2 octobre 2021 au lycée Victor-Duruy, Paris 7e à 10h.

ADHERENTS PRESENTS : Patrick Besnier, Pierre Lachasse, Bernard Quiriny, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

ADHERENTS REPRESENTES : Bernard Barral, François Broche, Christophe Carrère, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Christophe Imperiali, Adeline Leguy-Pringault, Jean-Louis Meunier, Henry de Paysac et Marc Piguet.

Bertrand Vibert a présenté le bilan moral. Il s’est réjoui que les projets concernant la tenue du colloque consacré aux Cahiers et la composition de la sixième livraison de Tel qu’en songe aient été réalisés, malgré l’obstacle constitué par l’épidémie de COVID. Le colloque s’est tenu pour l’essentiel en ligne et ses actes seront publiés aux Classiques Garnier, ce qui est un double succès. Tel qu’en songe a, cette année, pour thème Régnier et le Théâtre. Il prend en compte à la fois la création (L’Homme et la Sirène, Les Scrupules de Sganarelle) et la critique (revues symbolistes, Journal des Débats) auxquelles s’ajoute une étude de Patrick Besnier sur les relations entre Régnier et Rostand. Notre revue s’achève comme de coutume par une rubrique Varia avec des invités et la Promenade de Bernard Quiriny. En ce qui concerne notre prochaine livraison, elle traitera la question essentielle de Régnier, poète en vers. Des appels de propositions d’articles seront lancés sur notre site dès la fin de novembre. Les propositions devront nous être communiquées pour le 15 février 2022 et les tapuscrits nous parvenir pour le 15 juin 2022. Nous avons lancé cette année un nouveau protocole de double lecture par le bureau des articles reçus qui  sera renouvelé à l’avenir. Enfin nous avons confié à Marie Gréget la mise en page de Tel qu’en songe qui s’accompagnera de quelques changements de détail. Nous reprendrons aussi la rubrique Echos. Pour l’exercice 2022, outre notre revue, nous prévoyons l’inauguration officielle du site de l’ENCHRE (édition numérique des Cahiers), encore limité aux  cahiers IV, V et VI, pour le printemps. En revanche notre relation avec le CL19 destiné à fédérer les revues d’amis est restée en panne en raison de l’épidémie qui en a réduit l’activité.

Julien Schuh a, à son tour, présenté le bilan financier. Nous devons déplorer le retard des cotisations qui met en cause notre budget de financement du n° 6 de Tel qu’en songe. L’exercice 2020 s’achevait sur un déficit de 350 euros et à la date du 2 octobre 2021 nous n’avions que 737 euros en caisse. Seuls 23 adhérents ont renouvelé leur abonnement à la date du 20 octobre (y compris les bibliothèques). Un rappel a été lancé dès le 3 octobre qui a commencé à porter ses fruits. Un autre sera nécessaire d’ici quelques semaines pour que l’on puisse prévoir le nombre d’exemplaires à imprimer. Il serait souhaitable qu’à l’avenir la cotisation soit réglée dès le 1er janvier.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité et l’équipe du bureau a été reconduite aussi à l’unanimité.

Pierre Lachasse.

 

SIXIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA slhdr

SIXIÈME ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES LECTEURS D’HENRI DE RÉGNIER (SLHDR)

Paris, Lycée Victor-Duruy, samedi 3 octobre 2020

La sixième assemblée générale ordinaire de la SLHDR s’est déroulée au Lycée Victor-Duruy, Paris VIIe, de 10 h à 12 h.

12 personnes étaient présentes : Patrick Besnier, Grégory Bouak, Damien Gonnessat, Franck Javourez, Pierre Lachasse, Christophe Langlois, Adeline Leguy, Gilbert Michler, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

14 membres, empêchés, avaient donné leur procuration : Bernard Barral, Marc Béghin, François Broche, Christophe Carrère, Anne-Marie Decottignies, Vincent Gogibu, Nelly Houdement, Liana Nissim, Marc Piguet, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Virginie Roukhomovsky, Gabriel Vibert et Michel Viegnes.

            Nous saluons le retour de Bertrand Vibert, président de la SLHDR, qui, après deux ans d’absence pour raisons de santé, a ouvert la séance en accueillant chaleureusement le petit nombre d’adhérents présents. Il a présenté le bilan moral d’activité en centrant son propos sur les dossiers essentiels qui témoignent de la vie de l’association : notre revue Tel qu’en songe, le projet ENCHRE, notre site Internet et notre implication dans le CL19.

            Pour cette année, la Revue d’études proustiennes, qui consacre une livraison aux relations entre Régnier et Proust, sous la direction de Franck Javourez, se substitue à Tel qu’en songe. Elle sera adressée à nos adhérents à jour de cotisation selon des modalités qui seront précisées plus bas. En 2021, Tel qu’en songe n° 6 sera consacré aux rapports de Régnier avec le théâtre selon trois axes : l’écrivain de théâtre, le critique dramatique et la théâtralité dans ses œuvres narratives. Pour l’année suivante, nous songeons à un numéro sur les préfaces données par Régnier à ses œuvres et aux œuvres des autres. Dans tous les cas, la participation n’est pas réservée au seul bureau et la contribution de chacun est la bienvenue. Sur le plan matériel, des aménagements de présentation, par exemple l’inscription du titre du dossier sur la première de couverture et du sommaire sur la quatrième, peuvent être envisagés. Sur un plan plus fondamental, nous souhaitons que le comité de rédaction relise l’ensemble des textes proposés, y compris les varia, afin d’éviter que ne subsistent des erreurs de détail, voire des contre-vérités factuelles.

            Le projet ENCHRE, sous la responsabilité de Bernard Roukhomovsky, se développe et trouve sa voie grâce aux efforts conjoints d’une équipe dévouée. Le travail sur les cahiers IV et V, qui sert en quelque sorte de patron à l’ensemble, est en voie d’achèvement : il réunit la transcription (fac-simile et transcriptions semi-diplomatiques et linéarisées donnés en simultanée), le paratexte (notices générales et annotations contextuelles) et la présentation (notices liminaires) du texte. Le travail sur le cahier VI est déjà en chantier. Une chronologie et une bibliographie ont également été rédigées. Mais l’ensemble ne pourra pas être connu avant le colloque international de l’Institut, fixé aux 10, 11 et 12 juin 2021, qui sera l’occasion de son inauguration publique officielle.

            Notre site Internet continue d’être alimenté grâce à Franck Javourez qui publie chaque mois de nouveaux textes et à Julien Schuh qui le supervise sur le plan technique. Il assure la visibilité de la SLHDR, c’est pourquoi nous sollicitons la vigilance de chacun pour y collaborer en diffusant toute actualité concernant Régnier dont il aurait connaissance.

            Enfin, le renforcement des liens entre la SLHDR et le CL19, qui a mission de fédérer les petites associations centrées sur l’étude et la diffusion des écrivains du tournant du siècle, ouvre d’intéressantes perspectives. Vincent Gogibu doit défendre ces positions à l’AG du CL19 qui aura lieu le 14 novembre prochain par zoom. Il s’agit de créer une banque de sujets de master pour les étudiants et d’ouvrir une boite à idées en concert avec les universités.

            Ensuite, notre trésorier Julien Schuh a présenté son rapport financier. Nous transférons le compte entre deux agences du Crédit mutuel afin de mutualiser les accès, le compte de la Société des amis d’Alfred Jarry étant dans la même agence. Nous pourrons aussi avoir accès aux comptes en ligne. Le Crédit mutuel attend encore la signature de documents par notre président pour finaliser ce transfert. L’assemblée générale vote à l’unanimité pour autoriser Julien Schuh et son adjoint, Patrick Besnier, à obtenir des procurations pour agir sur les comptes au nom du président. Les dépenses de 2019 s’élèvent à 785, 86 euros. À la date du 1er juin 2020, nous avions 834, 99 euros en caisse. Nous ne vivons que grâce aux cotisations de nos adhérents, toujours lentes à nous parvenir et plus que jamais indispensables au moment où nous devons régler la facture de Garnier.

            La Revue d’études proustiennes ne pourra, en effet, être servie qu’aux membres à jour de cotisation. La livraison nous est concédée à prix d’auteur, soit 27 euros (contre 39 au prix de vente), auxquels il faudra ajouter le coût de l’envoi. Nous invitons les retardataires à nous faire parvenir leur cotisation et à nous indiquer la manière préférentielle dont il souhaite recevoir le volume (envoi postal ou retrait direct à la librairie Garnier) avant le 25 octobre. Après cette date, Garnier nous fournira un devis.

            Avant de se séparer, l’assemblée générale a voté à l’unanimité le rapport moral, le rapport financier et la reconduction du bureau dans son intégralité.

Pierre Lachasse

 

CINQUIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA SLHDR

La cinquième assemblée générale de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue le samedi 18 mai 2019 au lycée Victor-Duruy.

Membres présents : Bernard Barral, Patrick Besnier, Grégory Bouak, François Broche, Damien Gonnessat, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Jean-Louis Meunier, Henry de Paysac, Bernard Quiriny et Géraud Sajust de Bergues.

Membres excusés et/ou représentés : Elodie Dufour, Franck Javourez, Michael Lugan, Gilbert Michler, Mireille Newman, Marc Piguet, Joan Rosasco, Bernard Roukhomovsky, Virginie Roukhomovsky, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

Le secrétaire, Pierre Lachasse, a d’abord présenté le rapport moral de l’exercice écoulé. Il s’est appliqué à présenter l’actualité de l’association, les diverses activités réalisées autour de Régnier et les projets. Sur le plan de l’association, signalons la démission de notre trésorier, Patrick Besnier, qui sera remplacé dans cette fonction par Julien Schuh, déjà trésorier adjoint. Sur celui des activités, relevons quelques nouvelles publications : l’édition Besnier de L’Altana chez Bartillat en poche et L’Amour et le Plaisir à la Part commune présenté par Franck Javourez. Jean-François Perrin publie dans La Revue d’Histoire littéraire de la France (2019, n° 1) un article sur La Double Maîtresse intitulé “La Scène de réminiscence comme instrument compositionnel”. Il est aussi question de Régnier dans les souvenirs d’Anne de Lacretelle, Tout un monde. Jacques de Lacretelle et ses amis (éditions de Fallois, 2019). Moins sérieux, mais sans doute plus médiatique, le film de Lou Jeunet, Curiosa, revient sur le trio Henri-Marie-Louÿs, tourné pour une large part à la bibliothèque de l’Arsenal. Jean-Louis Meunier nous en a présenté un compte-rendu riche en couleurs et objectif. Pour revenir à des choses plus savantes, rappelons les colloques et journées d’études consacrés entièrement ou partiellement à Régnier : Le Musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926) avec la communication de Franck Javourez, “Imaginer le visage absent de la déesse”, au Louvre avec Henri de Régnier” (Louvre, 20 juin 2018) ; Du style des idées : Nationalisme et Littérature (1870-1920) avec la communication d’Elodie Dufour, “Henri de Régnier, l’imposteur. Français, mais pas nationaliste : un autre investissement imaginaire du style classique dans les années 1890-1920” (Esch-sur-Alzette, 28-29 juin 2018) ; Une édition numérique des Cahiers d’Henri de Régnier. Pourquoi ? Comment ? (Grenoble, 28-29 novembre 2018). Le travail de l’équipe des Cahiers autour de Bernard Roukhomovsky se poursuit en effet activement et fera l’objet d’un premier bilan lors du colloque qui sera organisé à l’Institut du 19 au 21 novembre 2020.

La visibilité de notre société est surtout sensible grâce à notre revue, Tel qu’en songe. Le numéro 5 sera consacré aux journées d’études de novembre 2018 sur les Cahiers avec plusieurs articles et la rubrique Varia. L’assemblée générale a beaucoup discuté des deux possibilités qui semblent se présenter pour le numéro 6. D’un côté, une livraison consacrée à Régnier et le théâtre. De l’autre, le projet de contribuer à la Revue d’études proustiennes de Luc Fraisse consacrée au premier semestre 2020 à Régnier et Proust. Quoi qu’il en soit, notre revue a été acquise par la Médiathèque de Honfleur, la ville natale du poète, qui s’est procurée les quatre premiers numéros. On s’en félicite et on attend des nouvelles de Paray-le-Monial.

En ce qui concerne le rapport financier présenté par Patrick Besnier, nous sommes satisfaits de le savoir en équilibre grâce à la fidélité de nos membres qui ne doivent pas relâcher leur soutien. Au cours de l’exercice 2018, les dépenses dues à la fabrication et à l’envoi de Tel qu’en songe se montent à 834, 80 euros et les recettes à 850 euros : 650 euros d’adhésions et 200 euros de ventes au numéro. Faites le calcul ! Depuis le début 2019, l’apport des adhésions permettent d’envisager l’année avec sérénité.

Les deux rapports ont été votés à l’unanimité.

P. L.

QUATRIEME ASSEMBLEE GENERALE

La quatrième assemblée générale de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue au Lycée Victor-Duruy, le 2 juin 2018.

14 membres étaient présents : Patrick Besnier, Grégory Bouak, Aurélie Briquet, François Broche, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Silvia Rovera et Géraud Sajust de Bergues.

10 membres étaient représentés : Hélène Albagnac, Jean-Louis Backès, Bernard Barral, Jean-Marc Canonge, Anne-Marie Decottignies, Elodie Dufour, Christiane Javourez, Adeline Leguy-Pringault, Marc Piguet et Julien Schuh.

Frank Javourez, vice-président, a ouvert la séance à 10 heures devant un auditoire certes clairsemé, en raison de la grève des chemins de fer, mais fervent et assez nombreux pour valider les votes. Il remercie d’abord Philippe Tournier, proviseur du lycée Victor-Duruy, qui nous accueille à nouveau dans son prestigieux établissement, et excuse ensuite l’absence du président Bertrand Vibert, souffrant, en lui souhaitant au nom de tous de recouvrer au plus tôt la santé. Puis il enchaîne sur le bilan moral de l’année écoulée. Il rappelle la brillante soutenance de thèse d’Elodie Dufour (Université de Grenoble-Alpes, 24 novembre 2017), consacrée à la représentation et à l’imaginaire classiques chez Henri de Régnier, Anatole France et René Boylesve, et la réédition en mars 2017 des Histoires incertaines, chez L’Eveilleur (Bordeaux), préfacée par Bernard Quiriny. Il annonce aussi la parution, le 30 mai 2018, aux Classiques Garnier de l’importante édition critique de Choses et autres, par Bernard Roukhomovsky, qui réunit toute l’oeuvre aphoristique de Régnier. Dans les mois qui viennent, doivent paraître la réédition de L’Amour et le Plaisir à la Part commune (Rennes) et les actes de la journée d’études sur Proust et Versailles (octobre 2017) prévus à l’automne prochain chez Hermann. Rappelons que Frank Javourez a participé à cette journée en abordant la question sous l’angle de Régnier.

Patrick Besnier présente à son tour le bilan financier. La fabrication et l’envoi de Tel qu’en songe n° 3 ont coûté très cher, car nous n’avons jamais reçu le subvention qui nous avait été promise à l’occasion de la journée d’études du Mans. Nous ne pouvons vivre que grâce aux cotisations des adhérents et nous comptons à la date de juin 2018 à peine 1000 euros en caisse, ce qui ne suffit pas tout à fait pour financer le prochain numéro. Aussi demandons-nous à tous les retardataires de penser au bon fonctionnement de la SLHDR et de s’acquitter au plus tôt de leur oubli. Nous avons aussi décidé quelques mesures drastiques : un volume moins épais, une réduction du tirage et une économie sur le coût de la maquette. L’assemblée générale s’est montrée attentive au sujet et a exprimé par le voix de quelques-uns de ses membres des idées intéressantes qu’il s’agit de creuser.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité.

La dernière partie de la séance a été consacrée aux perspectives. Le numéro 4 de Tel qu’en songe sera une anthologie d’articles de Régnier sur l’Histoire. Pierre Lachasse, qui s’en est chargé, a présenté les raisons de son choix, en tout 19 textes révélateurs de  l’intérêt porté à l’Histoire par l’auteur du Passé vivant. Il est bon que, d’une année à l’autre, notre revue se diversifie et alterne essais critiques consacrés à l’oeuvre et textes méconnus ou inédits de l’auteur. De même elle doit accueillir de nouveaux collaborateurs et ne pas se limiter au cercle étroit des happy few. Parmi les autres perspectives, la plus importante concerne la préparation de l’édition numérique des Cahiers qui réunit maintenant 14 collaborateurs. Une journée d’études consacrée au pourquoi et au comment de cette édition se déroulera à l’université de Grenoble-Alpes les 28 et 29 novembre prochain. Ses travaux, qui bénéficient d’une subvention, feront l’objet du n° 5 de Tel qu’en songe. Signalons enfin la participation de Frank Javourez le 20 juin prochain à la journée d’études “Le Musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926)”, qui aura lieu au Hall Napoléon. Il parlera des visites de Régnier au Louvre : “Imaginer le visage absent de la déesse”.

Le dernier point abordé concerne la vie du site dont le nombre de visiteurs oscille, semble-t-il, entre 400 et 500 personnes par mois. Le tourbillonnant Frank Javourez en est le fécond animateur et il invite chacun à y collaborer, ne serait-ce que pour y rédiger des résumés des oeuvres de Régnier.

Avant de nous séparer, une bonne douzaine d’entre nous se sont retrouvés au Domaine de Lintillac, 20 rue Rousselet, juste face à l’immeuble où s’éteignit Barbey d’Aurevilly. En somme, d’une année à l’autre, nous sommes passés des Humbles aux Diaboliques

P. L.

3ème ASSEMBLEE GENERALE

TROISIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA  SOCIETE DES LECTEURS D’HENRI DE REGNIER

Lycée Victor-Duruy, samedi 13 mai 2017

20 membres étaient présents : Hélène Albagnac, Valérie Bajou, Bernard Barral, Renaud Collard, Elodie Dufour-Magot, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Henry de Paysac, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh, Didier Van Moere et Bertrand Vibert.

8 membres avaient donné leur procuration : Jean-Louis Backès, Patrick Besnier, Grégory Bouak, Jean-Marc Canonge, Anne-Marie Decottignies, Luc Fraisse, Marc Piguet et Nathalie Prince.

Bertrand Vibert, président de la SLDHR, a ouvert l’assemblée générale à 10 heures. Il a procédé au bilan moral de l’exercice écoulé, se réjouissant de voir notre effectif stabilisé à 56 adhérents.  Il a évoqué notre principale activité, la publication de notre revue, Tel qu’en songe, dont le n° 2 était consacré à la réception de l’oeuvre de Régnier en France et à l’étranger. Certains membres ont souhaité en voir l’encrage renforcé. Sur le plan des travaux sur notre auteur, Bertrand Vibert a rappelé les soutenances de thèse de Frank Javourez et de HDR  de Bernard Roukhomovsky, la première portant sur le libertinage, la seconde sur  l’écriture aphoristique. Frank Javourez, très actif, a également publié les éditions critiques de La Double Maîtresse et du Bon Plaisir chez Siren éditions et il prépare la publication  enrichie de sa thèse, Libertinage et Erotisme pour les classiques Garnier. Bernard Roukhomovsky publiera, quant à lui, l’édition critique de Choses et autres. Par-ci, par-là… suivi de Donc… et de Demi-Vérités, soit l’ensemble de l’oeuvre aphoristique de Régnier, aux classiques Garnier.

Pierre Lachasse a ensuite présenté le bilan financier en l’absence du trésorier Patrick Besnier, souffrant. Les comptes sont en équilibre et l’année 2016 s’achève avec 40 euros d’excédent. La société ne vit qu’avec l’aide des adhérents et les frais de composition, d’impression et de port de Tel qu’en songe sont  juste couverts par leurs cotisations.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité.

Bertrand Vibert a ensuite repris la parole pour présenter le n° 3 de Tel qu’en songe qui publiera les actes de la journée d’études organisée à l’université du Maine le 24 mars dernier par Nathalie Prince, Patrick Besnier et lui-même. Cette journée était consacrée à deux romans de Régnier, La Double Maîtresse et Le Passé vivant, qui ont chacun donné lieu à quatre communications.

Puis ce fut le tour des perspectives.  Plusieurs travaux sont en cours : la thèse d’Elodie Dufour sur le classicisme dont la soutenance aura lieu à Grenoble en novembre, une édition par Pierre Lachasse de la Correspondance entre Régnier et Edmond Jaloux et, à long terme, l’édition scientifique des Cahiers pilotée par Bernard Roukhmovsky et à laquelle collaborent plusieurs de nos membres. Pour les autres projets, aucune décision n’est encore prise. On songe toujours à une journée à Versailles et le sujet du n° 4 de Tel qu’en songe n’est pas encore fixé, même si plusieurs idées ont été énoncées : suite de la réception, études sur La Pécheresse, sur les écrits de Jeunesse, les illustrateurs de l’oeuvre, les voyages…? Bertrand Vibert a rappelé enfin l’existence de notre site et l’opportunité de créer une rubrique bibliophilique qui serait confiée à Damien Gonnessat.

Pour finir, la parole a été confié à Bernard Roukhomovsky qui a présenté son édition critique de Choses et autres. Par-ci, par-là... suivi de Donc… et de Demi-Vérités. Cet ouvrage prolonge son travail d’habilitation et annonce celui de l’édition scientifique des Cahiers qu’il dirige.

La séance a été levée à 12 heures et s’est poursuivie pour une bonne partie d’entre nous autour d’un repas convivial.

Pierre LACHASSE

SECONDE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES LECTEURS D’HENRI DE RÉGNIER (SLHDR)
Paris, Lycée Victor-Duruy, samedi 28 mai 2016
La seconde assemblée générale ordinaire de la SLHDR s’est déroulée au Lycée Victor-Duruy, Paris VIIe, de 10 h à 12 h.
18 personnes étaient présentes : Hélène Albagnac, Bernard Barral, Bruno Blasselle, Grégory Bouak, François Broche, Christophe Carrère, Élodie Dufour, Damien Gonnessat, Georges Gontran-Turpin, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Adeline Leguy, Jean-Louis Meunier, Henry de Paysac, Bernard Quiriny, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues et Bertrand Vibert.
14 membres, empêchés, avaient donné leur procuration : Joseph Aromatario, Jean-Louis Backès, Marc Béghin, Anne-Marie Decottignies, Filippo Fonio, Luc Fraisse, Pascale Gautier, Nelly Houdement, Mikaël Lugan, Gilbert Michler, Nathalie Prince, Bernard Roukhomovsky et Didier Van Moere.
Bertrand Vibert, président de la SLHDR, a d’abord accueilli l’assistance en saluant le dynamisme de notre société qui réunit désormais 55 membres. Puis il a présenté le bilan moral d’activité en sollicitant les avis et les témoignages des adhérents présents.
Le premier point a porté sur les publications de l’année écoulée qui montrent que Régnier et son œuvre continuent d’être présents dans notre culture et dans la recherche universitaire. Nous avons donné fin décembre le premier numéro de notre revue, Tel qu’en songe, dont il est encore trop tôt pour connaître l’impact réel, même si une première recension a paru dans la dernière livraison de la Revue du Collège de Pataphysique. Le format, inspiré des « petites revues » fin de siècle, entre autres des Entretiens politiques et littéraires, a satisfait les lecteurs bien que certains exemplaires aient pu souffrir d’une moins bonne qualité de papier. Nous avons salué ensuite la brillante soutenance de thèse de Frank Javourez à l’EHESS le 16 décembre 2015. Son travail, intitulé Henri de Régnier, écriture et libertinage, doit devenir un essai qui élargit le sujet au-delà des « romans libertins » aux différents aspects de la sensualité régniérienne sous le titre : Henri de Régnier, érotisme et libertinage. Frank Javourez, décidément très actif, a également publié chez Syren, la structure de notre amie Irène Salas, une édition critique du Bon Plaisir. Chez Garnier-Flammarion, dans la collection « Les Impertinents », a paru un recueil d’aphorismes préfacé par Bernard Quiriny dont le titre un peu racoleur, L’Égoïste est celui qui ne pense pas à moi, malencontreusement imposé par l’éditeur, est en fait une citation empruntée à Labiche, dont le rapport avec Régnier ne saute pas aux yeux. Ceci dit, l’ouvrage a le mérite de donner à lire aux amateurs des textes quasiment introuvables. Dans un autre domaine, il faut signaler le CD Les Musiciens et la Grande Guerre publié chez Hortus où se trouvent quatre odelettes des Jeux rustiques et divins mises en musique par Guy Ropartz et interprétées par Cyrille Dubois et Tristan Raës. Enfin, grâce à Bruno Blasselle, que nous remercions chaleureusement, la Bibliothèque de l’Arsenal a acquis le manuscrit des « Inscriptions pour les treize portes de la ville », le premier texte de Régnier publié à la Revue des Deux Mondes (15 janvier 1896). Dans l’année qui vient, signe de la vitalité de l’œuvre, doivent paraître d’autres éditions critiques, chez Syren celles de La Double Maîtresse et du Passé vivant par Frank Javourez, aux Classiques Garnier celle de Donc par Bernard Roukhomovsky. Cette édition publiée avec les strates antérieurs du texte fait l’objet de sa soutenance de l’Habilitation à diriger les recherches prévue à l’automne qui va mettre en évidence l’existence chez Régnier d’un véritable projet qui s’inscrit dans la lignée des moralistes du Grand Siècle dont Bernard Roukhomovsky est spécialiste.
Le bilan moral a été voté à l’unanimité.
Le bilan financier a été présenté par Bertrand Vibert, en l’absence de Patrick Besnier, notre trésorier, qui lui avait confié ses comptes. Pour l’exercice 2015, les recettes exclusivement constituées de la cotisation des adhérents s’élèvent à 1280 euros et les dépenses consacrées à l’inscription obligatoire au Journal officiel (44 euros) et à Tel qu’en songe (composition, impression, envoi) à 1272 euros. Restent donc au 31 décembre 2015 8 euros. Bien heureusement, les cinq premiers mois de 2016 ont permis de recueillir un peu moins de 1200 euros, ce qui est fort encourageant, mais ne suffit pas tout à fait pour financer la publication de la seconde livraison de Tel qu’en songe. Il faut donc que les retardataires règlent au plus tôt leur cotisation pour que nous puissions envisager sereinement l’avenir.
L’assemblée générale a réfléchi sur des économies possibles, notamment sur les frais d’envoi. Faut-il préférer des enveloppes kraft, grouper nos envois avec ceux d’autres sociétés, réaliser des dépôts chez un libraire ? Quel dommage que les galeries de l’Odéon n’existent plus… ! D’autant qu’obtenir une subvention du CNL relève de la gageure.
Le bilan financier a été voté à l’unanimité.
Le moment était venu d’évoquer les projets. Le second numéro de Tel qu’en songe à paraître en décembre sera consacré à la réception critique de l’œuvre de Régnier. Huit articles sont prévus, deux sur la France (Régnier et les « petites revues » d’avant 1914, Régnier reçu par le groupe de Gide 1898-1912), six sur l’étranger (Italie, Russie, Espagne, Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne et États-Unis) avec des études et des traductions. On pourra lire en fin de volume la suite des « Promenades régniériennes » de Bernard Quiriny. Le 24 mars 2017, l’université du Maine organise en union avec celle de Grenoble-Alpes une journée d’études sur deux romans de Régnier, La Double Maîtresse et Le Passé vivant. Nous prévoyons huit interventions et nos adhérents sont invités à y participer. Cette journée fournira le sujet de la troisième livraison de Tel qu’en songe, à paraître en décembre 2017.
Dans une perspective plus lointaine, signalons la thèse d’Élodie Dufour sur Régnier, France, Boylesve : la représentation et l’imaginaire classiques, et le projet par Pierre Lachasse d’une édition de la correspondance de Régnier avec Edmond Jaloux s’il parvient à rassembler assez de textes… Nous sommes aussi sollicités par Luc Fraisse pour participer à des activités proustiennes : une journée à Versailles et une collaboration à la Revue d’études proustiennes. Nous rêvons aussi de sorties à Aix, pour découvrir les jardins d’Albertas sur les traces de La Pécheresse, à Paray-le-Monial, à Venise…
Le projet qui tient le plus au cœur de la SLHDR concerne la numérisation des Cahiers qui s’accompagnerait d’une édition papier et qui pourrait être pilotée par Bernard Roukhomovsky et François Broche, qui avait travaillé sur le volume initial. Mais il s’agit d’un travail de longue haleine qui nécessite une équipe nombreuse et intergénérationnelle.
Pour clore l’assemblée générale, Bertrand Vibert a tenu à rappeler l’existence de notre site hébergé par le CNRS et articulé sur le CL 19 (comité de liaison des dix-neuvièmistes). Chacun peut y participer pour le faire vivre. Ses rubriques sont évolutives. On y trouvera, outre les séquences d’actualité, une biographie en voie de construction et un important onglet bibliographique.
La parole a enfin été donnée à Christophe Carrère, spécialiste d’Albert Samain dont il publie actuellement l’œuvre chez Champion, qui cherche à réunir une souscription destinée à financer une plaque à poser sur l’immeuble habité par le poète 16 rue Saint-Martin.
L’assemblée s’est alors séparée et douze chanceux se sont retrouvés pour déjeuner à la brasserie Le François Coppée.
Pierre Lachasse, secrétaire de le SLHDR