Tous les articles par bvibert

RÉGNIER CRITIQUE : LE RETOUR ?

Ce n’est pas certes pas d’abord pour son activité de critique qu’Henri de Régnier a laissé un souvenir dans l’histoire littéraire. Il est d’autant plus frappant de voir revenir son nom en ce domaine.

Brièvement d’abord, au dos de la réédition d’un roman de Drieu la Rochelle, Drôle de voyage, datant de 1933. Après un résumé, l’éditeur a choisi deux citations pour appâter le lecteur de 2016, l’une de Bernard Frank et l’autre, concise, de Régnier : « Le meilleur roman de l’auteur de Blèche et du Feu follet ». Dans son feuilleton du Figaro du 15 août 1933 Régnier a effectivement rendu compte de deux livres : La Réponse du Seigneur d’Alphonse de Châteaubriant (qui le faisait penser à l’Axël de Villiers de l’Isle-Adam) – et Drôle de voyage. Il apprécie le roman de Drieu, mais son éloge est plus nuancé que ne le laisse entendre cette citation en forme de slogan.

Plus remarquable encore, la réédition du Saint-Cendre de Maurice Maindron. Paru en 1898 aux éditions de la Revue blanche et dédié à Heredia, ce solide roman historique se situe à l’époque des guerres de religion. Maindron, on s’en souvient, était l’époux d’Hélène de Heredia. Pour les membres de la SLHDR, l’intérêt se trouve dans la préface choisie par l’éditeur, constituée par le bel article de Régnier sur son beau-frère, texte recueilli en 1933 dans De mon temps…

Pierre Drieu la Rochelle, Drôle de voyage, Le Castor astral.Maurice Maindron, Saint-Cendre, Éditions de l’Arbre vengeur (reprise d’une édition illustrée de 1943).

P. B.

Soutenance d’Habilitation à diriger les recherches de Bernard Roukhomovsky

Bernard Roukhomovsky, membre de la SLHDR,  soutiendra son HDR sur le sujet suivant :

LE SILLAGE MORALISTE (XVIIe-XXe SIÈCLES)

De La Rochefoucauld à Henri de Régnier : allers et retours

Samedi 10 décembre à 14 heures, Université Grenoble Alpes, Maison des Langues et des Cultures – Salle Jacques Cartier – 1141, Avenue Centrale – Domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères

Accès (prévoir 30 minutes en tout depuis la gare de Grenoble) : tramway B direction Bibliothèques Universitaires ; puis 1 minute à pied vers la gauche sur l’avenue perpendiculaire au tramway (premier bâtiment)

Cette HDR prolonge les travaux antérieurs, consacrés d’une part aux moralistes du Grand Siècle et des Lumières (d’abord à l’esthétique de La Bruyère, ensuite à l’incidence des questions d’optique et des savoirs du corps sur le discours moral xviisiècle-xviiisiècle), de l’autre à la poétique des formes brèves et du discours discontinu (abordée dans une perspective diachronique et sur la longue durée).

Elle comporte un inédit qui s’inscrit dans ce double sillage. Il s’agit d’une édition critique (à paraître chez Garnier) de trois recueils de pensées détachées tardivement publiés par Henri de Régnier (Choses et autres [1925], Donc… [1927], Demi-vérités [1928]). Largement tirés des cahiers intimes de l’auteur (demeurés inédits de son vivant), ces textes ont fait l’objet d’une étude génétique (rendue possible par la mise au jour de leurs états successifs), mais aussi d’une analyse des résonances intertextuelles tant internes qu’externes, à travers lesquelles on reconnaît la plume d’un écrivain nourri de l’histoire, des représentations et de la littérature de l’âge classique, et singulièrement de la lecture des moralistes.

Ce travail ouvre la voie à la mise en chantier – dans le cadre de l’axe « Nouvelles philologies et humanités numériques » de l’UMR LITT&ARTS – d’une édition scientifique des Cahiers : projet de longue haleine qui intéresse le domaine des études sur l’œuvre de Régnier (dont lesdits Cahiers constituent la matrice), mais aussi, parmi d’autres perspectives, la poétique des genres, d’autant que l’écriture au fil des jours du diariste et le genre des pensées détachées y sont dans un rapport de fécondation réciproque.

Le jury sera composé de :

Monsieur Jean-Louis BACKÈS (Université Paris-Sorbonne)

Madame Dominique BERTRAND (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

Monsieur Patrick BESNIER (Université du Maine)

Madame Aurélia GAILLARD (Université Michel de Montaigne, Bordeaux)

Madame Christine NOILLE (Université Grenoble Alpes)

Monsieur Bertrand VIBERT (Université Grenoble Alpes), garant

Autres journées du patrimoine 2016 : Abbaye de Blanche Couronne

L’Abbaye de Blanche Couronne sera exceptionnellement ouverte pour les journées du patrimoine samedi après-midi et dimanche 16 et 17 septembre (visites guidées). En cours de restauration depuis 1978, elle a vu son accès réduit, puis interdit par arrêté préfectoral en 2015. C’est donc une occasion unique qui est offerte cette année au public.

Rappelons que l’ancienne abbaye, qui fut la propriété du peintre Auguste Toulmouche entre 1871 et 1917, a accueilli de nombreux artistes, notamment Heredia et sa famille. Elle est à ce titre un lieu de villégiature de Régnier. Il y séjourna notamment en août 1895, durant ses fiançailles avec Marie. Celles-ci faisaient de Régnier le rival « heureux » de Pierre Louÿs : sur l’épisode du mariage de Régnier,  voir P. Besnier, Henri de Régnier, De Mallarmé à l’Art déco, Fayard, 2015, p. 178-182.

A. P.-L. et B. V.

http://www.abbaye-blanche-couronne.com

Journées du patrimoine 2016 : Hôtel de Béhague

 

On sait que Martine de Béhague fut une des grandes amies du couple Régnier qu’elle invita entre autres en 1906 à la croisière sur le Nirvana, source de tant de pages des Escales en Méditerranée. Son hôtel est maintes fois évoqué dans les Cahiers de Régnier.

Les amateurs du poète pourront cette année encore profiter des Journées du Patrimoine pour visiter ce magnifique hôtel où Martine de Béhague donna tant de dîners et de fêtes, ainsi que des concerts dans l’étonnante « Salle Byzantine » aménagée au sous-sol. Si ses nombreuses collections de peintures et de meubles ne l’ornent plus, l’ancien hôtel de Béhague, devenu le siège de l’ambassade de Roumanie, conserve toute sa beauté.

P. B.

 

Les 17 et 18 septembre. Ambassade de Roumanie, 123 rue Saint-Dominique, Paris 75007

 

http://icr.ro/paris/zilele-patrimoniului-weekend-piano-21-de-ore-21-de-pianisti/fr

La correspondance entre Marcel Coulon et Henri de Régnier

C’est pour ses travaux sur Rimbaud que le nom de Marcel Coulon demeure dans notre histoire littéraire, mais il avait bien d’autres centres d’intérêt. Ainsi le numéro 11 du Bulletin de la société des Amis de Marcel Coulon est-il entièrement consacré à ses rapports avec Henri de Régnier. Une substantielle introduction présente leurs rapports. Entre 1910 et 1935, vingt lettres et billets de Régnier soigneusement annotés forment le cœur du dossier[1]. Ils sont suivis des fragments de feuilleton consacrés par Régnier à Marcel Coulon. Si elle n’a rien de central dans sa vie, cette amitié épistolaire (Coulon a d’abord vécu à Charleville, puis à Nîmes) témoigne du sérieux avec lequel Régnier assumait ses responsabilités dans le monde des lettres, en l’occurrence le Prix de poésie institué par Jean Moréas. L’ensemble du numéro est conçu et rédigé par Jean-Marc Canonge (par ailleurs membre de notre société).

P.  B.

 

Société des Amis de Marcel Coulon, Jean-Marc Canonge, Les Pins d’Alep A, 18 bis rue Antoine de Saint-Exupéry, 30900 Nîmes.

 

[1] Les lettres de Coulon n’ont pas encore été retrouvées.

Parution

Bernard Fournier, Histoire de l’Académie Mallarmé, Brissac-Quincé, Le Petit Pavé, mars 2016.

Voir le site de l’éditeur

http://www.petitpave.fr/petit-pave-histoire-academie-mallarme-627.html

 

Convocation AG 2016

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2016

Société des lecteurs d’Henri de Régnier

 

le 30 avril 2016,

 CONVOCATION

Chers amis lecteurs d’Henri de Régnier, nous vous invitons à participer à notre seconde Assemblée générale qui se déroulera

le samedi 28 mai 2016 de 10 h à 12 h

au Lycée Victor Duruy

33 boulevard des Invalides

75007 PARIS

(métro Saint-François-Xavier, bus 28, 82, 87, 92)

Ordre du jour :

1 Bilan moral

2 Bilan financier

3 Présentation du second numéro de Tel qu’en songe consacré à la réception de l’œuvre d’Henri de Régnier

4 Perspectives : journée d’études à l’université du Maine sur Régnier romancier

5 Questions diverses

Après l’Assemblée générale, ceux qui le souhaitent se réuniront autour d’un déjeuner à la brasserie François Coppée, place Léon-Paul-Fargue (métro Duroc).

Au cas où vous ne pourriez être présent, veuillez remplir le pouvoir ci-joint et me le retourner par courriel ou par courrier postal.

Le secrétaire, Pierre LACHASSE                                                                                                                             374 rue de Vaugirard, 75015 PARIS                                                                                                         (pierre.lachasse@orange.fr)

Je soussigné——————————————————-membre de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier

donne tout pouvoir à—————————————————————————–pour me représenter à l’AG du 28/05/2016

Bon pour pouvoir, date et signature

RÉGNIER MIS EN MUSIQUE PAR GUY ROPARTZ

Signalons la parution récente d’un CD de nature à intéresser les amateurs de Régnier : il présente les Quatre odelettes composées par Guy Ropartz sur des poèmes tirés des Jeux romanesques et divins. Né comme Régnier en 1864, le musicien breton fut l’élève de Massenet et de César Franck. La création de ce petit cycle eut lieu le 28 novembre 1915. Régnier avait été dûment invité par le compositeur, mais nous ignorons s’il se rendit salle Gaveau ce soir-là.

Le CD comprend aussi « Clairières dans le ciel » de Lili Boulanger, sur treize poèmes d’un ami de Régnier, Francis Jammes, tirés de son recueil Tristesse. L’excellent ténor Cyrille Dubois accompagné au piano par Tristan Kaës interprète en outre des œuvres de musiciens moins connus : Pierre Vellones, Georges Migot et Jacques de la Presle. Toutes ces mélodies ont en commun de dater des années 1914-1918, ce disque appartenant à une passionnante série des éditions Hortus, « Les Musiciens et la grande guerre ». (P. B.)

RÉGNIER MIS EN MUSIQUE PAR GUY ROPARTZ

Signalons la parution récente d’un CD de nature à intéresser les amateurs de Régnier : il présente les Quatre odelettes composées par Guy Ropartz sur des poèmes tirés des Jeux romanesques et divins. Né comme Régnier en 1864, le musicien breton fut l’élève de Massenet et de César Franck. La création de ce petit cycle eut lieu le 28 novembre 1915. Régnier avait été dûment invité par le compositeur, mais nous ignorons s’il se rendit salle Gaveau ce soir-là.

Le CD comprend aussi « Clairières dans le ciel » de Lili Boulanger, sur treize poèmes d’un ami de Régnier, Francis Jammes, tirés de son recueil Tristesse. L’excellent ténor Cyrille Dubois accompagné au piano par Tristan Kaës interprète en outre des œuvres de musiciens moins connus : Pierre Vellones, Georges Migot et Jacques de la Presle. Toutes ces mélodies ont en commun de dater des années 1914-1918, ce disque appartenant à une passionnante série des éditions Hortus, « Les Musiciens et la grande guerre ».  (P. B.)

Acquisition d’un manuscrit de Régnier par la BnF

Après signalement par la SLHDR de la vente, la BnF Arsenal a acquis le 17 novembre 2015 le manuscrit autographe des Inscriptions pour les treize portes  de la ville. Nous remercions M. Bruno Blasselle, Directeur de la bibliothèque de l’Arsenal et membre d’honneur de la Société, d’avoir manifesté l’intérêt de la BnF pour les manuscrits de Régnier et de nous avoir encouragés à lui signaler les manuscrits mis en vente.

Ci-dessous la description du lot (dont on goûtera le commentaire) :

26 novembre-4 décembre 189[5]. 26 p. in-8, demi-maroquin brun à coins (Kieffer).

Manuscrit corrigé, signé par Henri de Régnier.
Ces poèmes sont écrits à l’époque de la publication d’Aréthuse et seront publiés dans Les Jeux rustiques et divins en 1897.
La lumière du symbolisme y est toujours éclairante, une légèreté embuée et désuète que l’on ne saurait oublier…
« Pour la Porte des Marchands. […]
Le soir, comptait et recomptait sa pile d’or,
En partant, et chacun, pour qu’à l’ombre des haies
Les détrousseurs d’argent qui guettent les monnaies
Ne nous attendent point sur la route déserte,
Ô porte ! et pour qu’un dieu fasse nos pas alertes,
Chacun, sans regarder celui qui va le suivre,
Cloue à ton seuil de pierre une pièce de cuivre. »

Voir le lien :

http://www.auction.fr/_fr/lot/henri-de-regnier-inscriptions-pour-les-treize-portes-de-la-ville-manuscrit-8823083#.VkNzb8ri5Jl

 

 

Appel à contributions : Tel qu’en Songe n° 2

La réception d’époque de l’œuvre d’Henri de Régnier, en France et à l’étranger (1885-1936)

Le dossier thématique du deuxième numéro de Tel qu’en Songe (Cahiers publiés par la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier) portera sur la réception d’époque de l’œuvre d’Henri de Régnier (en France et à l’étranger), laquelle comprend aussi bien la réception critique que les traductions. Pour l’étranger, les propositions peuvent concerner les États-Unis, l’Angleterre, La Belgique, l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne, sans exclusive d’autres suggestions à étudier.

Les propositions sont à soumettre avant le 30 avril pour remise des articles avant le 15 septembre 2016 (délais de rigueur) et parution avant la fin de l’année 2016.

Contact : bertrand.vibert@orange.fr