Tous les articles par bvibert

les voeux du président

Au seuil de cette nouvelle année qui hésite entre espoir et inquiétude, j’adresse pour commencer à tous et à chacun(e) mes vœux de santé ferme et imperturbable. Au-delà, puisse chacun être épargné par les maux auxquels nous ne pouvons rien, et trouver pour soi-même les meilleures déclinaisons de l’art d’être heureux. Vaste sujet de méditation pour Régnier, qui lui faisait écrire en 1888 : « Vivre serait jouir de chaque heure, de chaque instant, de les considérer, de les vérifier, de les soupeser avec des soins de lapidaire. » Voilà au moins une proposition.

Concernant les activités de la SLHDR, le numéro 6 de Tel qu’en Songe a dû arriver à bon port, avec sa maquette revue (notamment grâce aux soins de Marie Greget qui remplace désormais Diane Schuh), et son dossier sur « Régnier et le théâtre ». Nous espérons que chacun le lira avec intérêt et plaisir. Le numéro 7, consacré à « Régnier poète (en vers) », est en cours, et l’appel à contributions a été lancé sur Fabula (voir le site de la SLHDR). L’autre grande échéance de 2022 sera l’inauguration du site ENCHRE pour les premiers cahiers (IV, V et VI), qui seront présentés à la fois en fac-similé, en transcription semi-diplomatique – laquelle imite la présentation du fac-similé –, et en transcription linéarisée. L’ensemble est richement présenté et annoté, et sera mis à la libre disposition du public. Vous serez informé des événements de l’inauguration, prévue pour le printemps, dès que les dates auront pu être arrêtées. Que le « bonheur » soit donc cet « équilibre entre le désir et sa réalisation » (août 1888).         

Avec mes sentiments les plus cordiaux,

Bertrand Vibert

Président de la SLHDR

(Société des Lecteurs d’Henri de Régnier)

les vœux du président

Chers lecteurs d’Henri de Régnier,
 
J’adresse à tous et à chacun(e) des vœux de grande santé, au seuil de cette nouvelle année qui a au moins le mérite de se savoir incertaine.
 
En ce qui concerne Régnier, l’année sera marquée par la préparation et la publication du numéro 6 de Tel qu’en Songe  consacré au théâtre, mais aussi par l’important Colloque d’ENCHRE qui, après avoir été reporté, aura lieu les 10-11-12 juin à l’Institut de France, colloque qui verra l’inauguration en ligne du site de l’édition numérique des Cahiers.
Cela fait un riche programme pour l’association, qui est partenaire du colloque et y investit une part importante de ses forces.
 
À titre de sujet de méditation, voici ce qu’écrivait Régnier il y a tout juste cent ans (transcription littérale du manuscrit) :
 
Samedi 10 Janvier.
L’année a recommencé et cette année c’est ma cinquante sixième..
je n’ai rien écrit sur ces feuillets durant ces dix premiers jour [sic], mais j’ai l’intention de moins négliger ces notes, d’ailleurs bien inutiles, car je ne les relirai peut être jamais et qui intéressent-elles ? mais puisque mon métier est d’écrire.
 
Pour tous  les amphisbènes,  en somme… ceux qui avancent et reculent en même temps (du nom du roman paru sous ce titre en 1912), et qui, comme le prouve assez Régnier, tracent quand même un chemin qui en vaut la peine.  Mais l’humour morose d’un écrivain sur sa pratique est-il jamais malséant ?

 

Bertrand Vibert
Président de la SLHDR
(Société des Lecteurs d’Henri de Régnier)

Figures du temps passé

Les Annales Politiques et littéraires du 12 février 1911 font à Régnier l’honneur de leur couverture et publient cinq poèmes extraits du recueil de vers publié en 1900, Les Médailles d’argile.

__________

Un grand merci à Monsieur Jeangette, lecteur savant et vigilant, qui a l’amabilité de regarder ce qui se passe un peu sur ce site!

Henri de Régnier et le théâtre – Tel qu’en songe n°6

Tel qu’en Songe, la revue de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier (SLHDR : https://slhdr.hypotheses.org/) consacrera le dossier thématique de son numéro 6 (2021) à « Régnier et le théâtre ». La réflexion sera menée dans trois directions : 1° le théâtre de Régnier, des tentatives symbolistes de La Gardienne (Tel qu’en songe, 1892) et  L’Homme et la Sirène (Aréthuse, 1895 ; Les Jeux rustiques et divins, 1897) à la tentative de renouer avec l’écriture classique que sont  Les Scrupules de Sganarelle (1908) ; 2° le regard critique sur le théâtre, du feuilleton de « La Semaine dramatique » dans Le Journal des débats (1909-1911) aux jugements épars dans Les Cahiers ou les Correspondances ; 3° enfin, la présence du théâtre en dehors du théâtre et principalement dans le roman, qu’il s’agisse de L’Illusion héroïque de Tito Bassi (1916), de « Marceline ou la Punition fantastique » (Histoires incertaines, 1919), ou encore de ces « figures » de théâtre d’ombre ou de théâtre de marionnettes qui peuplent l’ensemble de ses romans.

Les propositions, avec titre (de 2.000 signes maximum) sont à adresser à Bertrand Vibert  (bertrand.vibert@univ-grenoble-alpes.fr), Bernard Quiriny (bernard.quiriny@gmail.com) ou Franck Javourez (franck.javourez@orange.fr) pour le 15 décembre 2020.

 

Edmond Jaloux. Correspondance avec Henri et Marie de Régnier (1896-1939)

Edmond Jaloux. Correspondance avec Henri et Marie de Régnier (1896-1939)

Édition de Pierre Lachasse, Paris, Classiques Garnier,

coll. « Correspondances et mémoires », n° 35, 2019

Spécialiste de Gide et de Régnier, Pierre Lachasse est l’un des meilleurs connaisseurs de la vie littéraire qui va du Symbolisme à la Deuxième Guerre mondiale. Il a déjà édité plusieurs volumes de correspondance d’Henri de Régnier, dont celle avec Francis Vielé-Griffin chez Champion (2012) et celle avec Francis Jammes chez Garnier (2014). Il propose aujourd’hui celle d’Edmond Jaloux avec Henri de Régnier, mais aussi avec son épouse Marie – pour un nombre non négligeable de lettres, du reste principalement de la part de Jaloux. Or, même en s’en tenant à l’échange entre Jaloux et Henri de Régnier, il s’agit d’une correspondance d’une toute autre sorte que celle avec Vielé-Griffin, l’ami intime de la jeunesse avec qui Régnier a partagé les rêves et les ambitions littéraires – avant qu’une brouille définitive ne rompe leurs relations. Dans le cas de Jaloux au contraire, on assiste à la naissance puis au devenir d’une amitié fondée sur l’admiration fervente d’un disciple revendiqué envers son maître, – Jaloux est né en 1878, soit quatorze ans après Régnier. Amitié que seule la mort de Régnier interrompra, mais sans porter atteinte à une fidélité qui vivra autant que Jaloux lui-même, lequel meurt en 1949, soit treize ans après Régnier.

Un texte très enrichi

Cette édition critique s’ouvre par une introduction ferme et substantielle de quelque 70 pages – « Les quatre temps d’une amitié » –, et elle se referme avec 117 pages d’annexes, constituées des principales critiques rédigées par chacun sur les œuvres de l’autre en fonction de l’actualité des parutions, mais incluant aussi, de Jaloux à Régnier, des articles de synthèse dont la longue et belle étude intitulée « Henri de Régnier » parue dans La Vie intellectuelle le 15 février 1912 (annexe V1). Avec l’introduction, ce dossier occupe environ la moitié des 398 pages de l’ouvrage. Assurément, il faut saluer en cette correspondance une pièce nouvelle, en soi d’un grand intérêt, à verser au dossier Régnier ; mais plus encore la qualité de l’édition qui en fait tout le prix. Outre le soin qui lui a été apporté dans le souci d’offrir au lecteur un texte impeccable, l’introduction est un modèle du genre, aussi riche et savante qu’on peut le souhaiter, mais toujours accessible et jamais vainement érudite. Celle-ci permet de situer les trois « personnages » et de comprendre les enjeux de leurs relations au fil des années, tout en les replaçant dans la vie littéraire de leur temps et dans leur vie tout court, dont la seconde est largement partie prenante. De même, l’annotation sait être précise sans être jamais pléthorique. Enfin, le choix de proposer en annexe des critiques croisées apporte plus qu’un éclairage. Car dans les lettres comme dans les critiques, ce sont d’abord des écrivains qui prennent la plume, et qui entretiennent une relation privilégiée entre eux comme avec l’œuvre de l’autre. Ainsi, l’écriture critique prolonge et dit tout autant que la correspondance la relation d’affinité littéraire et de consanguinité intellectuelle qui fut la leur.

Une correspondance en pointillés ?

Pierre Lachasse ne le cache pas. Il y a une sorte de gageure à éditer une correspondance fortement lacunaire. La première vraie lettre dotée d’un contenu non purement formel dont nous disposions est celle de Jaloux du 9 août 1905 : très belle lettre, tout à la fois exaltée et raisonnée, qui confesse et analyse une passion littéraire née du « caractère presque intime de [son] admiration pour [l’] œuvre » de Régnier (p. 87) : soit sept ans après sa première lettre, et six ans encore après la découverte par Jaloux, en 1892, de Tel qu’en songe qui fut une révélation pour l’apprenti-poète d’alors, âgé de seulement 14 ans. C’est en 1907 que se rencontrent pour la première fois les deux écrivains, qui se fréquenteront régulièrement à partir du moment où Jaloux vient s’installer à Paris2, sans oublier les séjours à Venise où les deux écrivains se retrouveront plusieurs années de suite, de 1911 à 1913, avec certains de ceux qui forment avec eux le désormais fameux « club des longues moustaches3 ». Cette fréquentation régulière n’entre évidemment pas pour rien dans leur amitié, même s’il est tentant d’en voir les jalons dans la correspondance, qu’elle peut aussi paradoxalement contribuer à espacer.

Correspondance lacunaire, certes, mais non point lâche. Car si les lettres ne se suivent pas toujours, elles se répondent néanmoins en raison de la continuité d’une relation fondée sur la permanence d’un objet principal, la littérature : à savoir pour chacun les œuvres de l’autre, lues dans leurs constantes et leurs évolutions. Et cette relation est entretenue avec un zèle ardent par Jaloux, autour des années 1910 principalement, y compris dans les lettres échangées avec Marie à partir de 1907. Ainsi, on peut situer l’acmé de cette activité épistolaire à trois voix distinctes entre 1909 et 1914, années où les lettres recueillies sont les plus nombreuses, celles aussi où elles se suivent et se répondent le mieux. Le choc de la guerre, sans altérer la fidélité, bouleversera les modes de vie et affectera la correspondance. Le ton devient plus grave et les lettres sont plus rares : on n’en compte aucune en 1916, 1918 et 1919. Au changement de monde issu de la guerre correspond aussi un changement d’âge pour les protagonistes. Jaloux s’est marié en 1916, et l’échange avec Marie s’est dès lors tari pour ne reprendre que de façon ponctuelle, surtout à l’occasion de la mort de Régnier. Au-delà des événements, on sent que Jaloux est devenu un homme mûr, et que dans sa relation à Régnier il est désormais plus sûr de lui. Tous deux détiennent bientôt une solide position à la tête d’un journal de premier plan, Régnier au Figaro (1920-1936), Jaloux aux Nouvelles littéraires (1923-1940) ; et comme l’écrit Pierre Lachasse, « Jaloux, avec la maturité, a bien compris qu’il amorçait à son tour le chemin qui mène à l’Académie. » (p. 63) Bien qu’il n’y ait pas lieu de rien renier, Jaloux n’est plus à l’école d’Henri – ni de Marie – de Régnier.

Edmond Jaloux et Henri de Régnier ; et Marie ?

Revenons au début. Si la relation de Jaloux à Régnier n’est pas comparable à celle avec Vielé-Griffin, elle ne l’est pas davantage à celle avec Francis Jammes, qui dura jusqu’à la mort de Régnier. C’est qu’entre Régnier et Jaloux s’est instaurée d’emblée une relation d’estime réciproque mais non de parité, dans laquelle l’attitude de respect sans doute exagéré de Jaloux a pu contribuer à maintenir longtemps – sinon à renforcer – une triple distance : celle due à la différence de génération, celle due au tempérament réputé froid de Régnier, et celle enfin entretenue par les professions de foi d’admiration que, pendant de nombreuses années, le plus jeune voue à son aîné4. Leurs lettres, écrit Pierre Lachasse, donnent à voir l’« écriture d’une amitié née des livres et des rêves de création entre un jeune homme sous influence et un poète déjà célébré par ses pairs, disciple préféré de Mallarmé et maître du vers libre […] » (p. 73) D’une façon générale, Jaloux, qui se reproche d’écrire fort mal et laborieusement, a, contrairement à Régnier, la correspondance aisée : alors que le premier écrit des lettres longues et ne ménage, ni son temps, ni ses déclarations d’affectueuse amitié, ni ses éloges littéraires, le second se montre longtemps plus réservé malgré les éloges qu’il décerne en retour. De fait, à lire ses réponses, non point sèches, mais nettement plus brèves, on le sent moins demandeur, et ses formules d’amitié finales semblent longtemps relever davantage d’une bienveillante condescendance. Ainsi, aux « sentiments bien affectueux » de Jaloux (lettre 16, p. 109) répond encore, probablement en février 1909, un « Mon cher ami » assorti de « Cordialement votre5 Henri de Régnier » (lettre 17, [26 février ? 1909], p. 110). Il est vrai que Régnier finit par se rendre aux démonstrations d’amitié de Jaloux : parce que l’envoi du Reste est silence6 et surtout le contenu de l’ouvrage touchent Régnier, il lui prodigue en retour des compliments, mais aussi cette bizarre formule d’entre-deux : « très affectueusement et très cordialement votre7 » ([mardi 16] mars 1909, lettre 21, p. 114). Souvent, du reste, Régnier tempère le « cordialement » assez formel des années 1910-1912 en y joignant les « affectueux souvenirs » de madame de Régnier (quelquefois plus simplement « ma femme »), ou encore de… Gérard d’Houville, le pseudonyme d’auteur de Marie. Il faudra l’article cité de La Vie intellectuelle pour que Régnier soit presque bouleversé au point d’écrire : « Merci encore, mon cher ami, de la joie que vous m’avez donnée et croyez-moi très affectueusement votre Henri de Régnier » (lettre 53, février 1912, p. 156). Dès lors un pas est franchi dans leur relation et le ton ne sera plus le même. On ira jusqu’à lire sous la plume de Régnier plusieurs très belles professions de foi d’amitié, et qui plus est inouïes de sa part8.

Or, depuis 1907, Marie est entrée dans le jeu, à la fois comme épouse d’Henri de Régnier et comme auteur. Sans aucun doute, Jaloux voue à la seconde une sorte de révérence amoureuse – « Et je pense à vous comme à une belle et mystérieuse princesse à qui une fée, à sa naissance », etc. (lettre 12, 9 avril 1908, p. 99) –, et Marie se laisse adorer, non sans entretenir quelque ambiguïté. À ce sujet, Pierre Lachasse fait justice des rumeurs qui ont pu courir sur une improbable relation entre Edmond et Marie, si brève soit elle. C’est que, en l’absence de preuves avérées, rien en telle matière ne saurait être affirmé sans imprudence. À lire la correspondance, il semble à l’auteur de ces lignes que, pour d’évidentes raisons, l’épouse d’Henri de Régnier ait été d’emblée barrée pour Jaloux, mais qu’en revanche, de façon unilatérale et sur le terrain de l’imaginaire pur, il ait adressé ses hommages passionnés à la femme écrivain. C’est pourquoi, tandis que Jaloux adresse à Henri des lettres où l’admiration ne faiblit pas, mais signe des recensions qui n’excluent ni la nuance, ni les réserves, en revanche, lorsqu’il s’agit de Marie, l’éloge devient dithyrambique. À preuve l’analyse du Séducteur, roman signé Gérard d’Houville : sous l’intitulé « Le Poète de la nostalgie » (Le Gaulois, 26 juin 1914, annexe VI, p. 305), Jaloux se livre à un éloge manifestement excessif de l’auteur. De même, on est frappé par la dissymétrie entre les lettres de bonne amitié que Marie lui adresse – « Mon cher vieux Jaloux » lui écrit-elle en 1913 (lettre 76, [décembre 1913], p. 191) –, et les confidences dont il lui fait part en homme énamouré, sinon amoureux. Plus rien de tel après son mariage avec Germaine Koiré, qui fut un mariage d’amour.

Jaloux et Régnier : regards réciproques d’écrivains

Ne serait-ce pas en écrivant l’un sur l’autre comme écrivains que Jaloux et Régnier s’adressent le mieux l’un à l’autre par écrit ? Poussons l’hypothèse et le paradoxe : les recensions réciproques ne tiennent-elles pas lieu des lettres qu’ils ne se sont pas écrites, tout en reflétant de manière assez fidèle ce que fut leur relation ? On ne saurait faire abstraction, dans les écrits critiques que Jaloux et Régnier consacrent l’un à l’autre, des relations de respect ou d’admiration, puis de proximité, de confiance et d’amitié qui les unissent. Mais on ne peut pas les réduire non plus à ces sentiments, voire à de la complaisance ou de l’aveuglement. C’est pourquoi les critiques de Jaloux nous donnent envie de lire ou de relire sur nouveaux frais telle œuvre de Régnier un temps délaissée. Ce n’est pas leur moindre mérite, ni celui de l’édition. Ainsi l’étude de Jaloux déjà citée et consacrée à Régnier poète (annexe V). La mécompréhension y est fort rare. On s’étonne d’autant plus qu’un esprit fin et profond comme Jaloux, et qui plus est lecteur averti de Régnier, ait pu rabattre l’« apologie emblématique du Soi » de Régnier sur « le culte du moi » de Barrès (p. 282, 285 et 287) : la morale à principes du second, qui vise à exalter le moi pour le défendre des « Barbares », est comme on sait grosse d’une traduction politique entièrement étrangère à Régnier, tandis que pour celui-ci le « culte de Soi » – avec la grande capitale – est une ascèse purement intérieure et spirituelle. On voudrait croire que, en son temps, Jaloux a mal lu Barrès plutôt que Régnier, et que c’est en fait le premier qu’il pare des qualités usurpées au second. Du reste la chose ne fut pas relevée par l’intéressé.

Quant à Régnier, s’il remplit fort honorablement son contrat de critique, il écrit des articles d’un style plus convenu, certes impeccable mais un peu guindé, qui tend vers sa prose de commande. On y trouve de longs exordes : faut-il tirer à la ligne pour remplir le papier imprimé de la chronique ? Certes, les analyses touchent juste, mais telle l’image officielle de leur auteur, elles restent un peu sur leur quant à soi. C’est que, même amical, Régnier ne se livre guère que dans ses lettres à de très rares correspondants d’élection – dont Jaloux au premier chef, ou comme fut Vielé-Griffin –, ou bien encore, sur un autre plan, par le truchement de ses personnages de roman. Et chez cet amateur d’occupations inutiles9, l’activité critique, quels qu’en soient les objets, est pénible dès lors qu’elle obéit à la nécessité d’un travail10. (Serait-ce parce que la correspondance fait d’abord partie des devoirs mondains que Régnier se constate épistolier piètre et paresseux ?) Cela peut expliquer que ses commentaires critiques sur Jaloux sentent parfois la prose critique d’époque et qu’ils soient moins personnels et moins chaleureux que ceux de son cadet à son égard. On perçoit aussi çà et là des agacements feutrés et des jugements néanmoins sévères, comme à propos des Barricades mystérieuses : « Chez M. Jaloux, le romancier surpasse l’écrivain. » (annexe VII, p. 312) Comprenons le styliste. Le mot est d’autant plus cruel, sous la plume de Régnier, que rien ne devait pouvoir affecter davantage Jaloux, qui souffrait assez déjà d’être persuadé de mal écrire…

Car c’est bien Régnier le grand écrivain des deux, même s’ils ne semblent jamais avoir été en situation de rivalité. Pourtant, comme à fronts renversés, nous intéressent davantage les articles critiques que Jaloux consacre à ceux de son aîné, plutôt que l’inverse, et finalement Jaloux plutôt que Régnier, et comme épistolier (du moins avant 1910), et comme critique. C’est que le premier est inspiré par son objet et par la relation fervente qu’il entretient avec son correspondant. En revanche, si les lettres de Régnier à Jaloux s’épanouissent avec le temps et quittent un style et un ton formels, ses recensions critiques sur les romans de Jaloux, si estimables soient ces derniers, sonnent de façon quelque peu désuète – à l’unisson de leurs objets ? C’est pourquoi elles ne piquent guère notre curiosité à l’égard des amours contrariées et des désirs obscurs qui tourmentent les personnages de Jaloux, en proie à quelque fatalité intérieure ou en butte à un réel qu’ils fuient. C’est aussi que, le concernant, ce sont précisément ses lettres et ses articles critiques qui nous requièrent davantage.

Il n’empêche : un tel volume de correspondance, entre Edmond Jaloux d’une part, Henri et Marie de Régnier d’autre part, sans oublier la plume de l’éditeur qui les réunit pour la postérité littéraire, invite le lecteur à un entretien vivant et de haute tenue, et ce qui compte tout autant, en fort bonne compagnie.

Bertrand Vibert

1 Si l’on excepte l’article biographique intitulé « Souvenirs sur Henri de Régnier » (Le Temps, 19 juin 1936, annexe XIX), il faut mentionner l’autre étude majeure, « L’Esprit des livres : Henri de Régnier conteur » (Les Nouvelles littéraires, n° 711, 30 mai 1936, annexe XVIII).

2 Voir Edmond Jaloux, Souvenirs sur Henri de Régnier, Lausanne, Librairie F. Rouge &Cie, 1941, p. 31 et 33.

3 Michel Bulteau, Le Club des longues moustaches, Paris, Quai Voltaire, 1988. Outre Régnier et Jaloux, il s’agit de Jean-Louis Vaudoyer, Émile Henriot, Charles du Bos, Francis de Miomandre et Abel Bonnard.

4 Edmond Jaloux (1878-1949) nomme Régnier « l’idole de [s]a jeunesse et l’ami de [s]on âge mûr. » (cité p. 61)

5 Régnier signe « votre Henri de Régnier », et non, sur deux lignes comme on pourrait s’y attendre, « vôtre / Henri de Régnier ».

6 L’ouvrage comprend le roman éponyme et une nouvelle, « Le Roi Cophetua ».

7 Sous la plume de Régnier, comme le montrent plusieurs autres exemples, le premier adverbe débarrasse le second de son caractère formel, tandis que le second semble tempérer le premier par une marque de pudeur.

8 La plus remarquable est celle-ci, après leur séjour à Venise d’où Régnier a dû partir le premier : «  […] rien n’a plus contribué à m’en rendre le séjour agréable que votre présence et votre amitié. Voilà déjà longtemps que nous nous connaissons et je crois que nous ne pourrions guère aller plus loin en confiance et en affection réciproques, car je sens entre nous, cher ami, un lien si solide et si fidèle que le temps n’y pourra plus rien changer. Et cette pensée, je vous assure, m’est bien douce au cœur. »

9 Voir la célèbre formule de l’« Avertissement » liminaire des Rencontres de monsieur de Bréot (1904) : « […] je n’ai jamais, en écrivant, cherché quoi que ce soit d’autre que le plaisir délicieux et toujours nouveau d’une occupation inutile ».

10 On apprend néanmoins que Régnier écrit ses romans réalistes laborieusement et comme de pures besognes alimentaires, voire avec « dégoût », comme il le dit expressément de L’Amphisbène en 1911 (lettre 51, p. 152), puis de Romaine Mirmault, qu’il qualifie en 1913 de « cauchemar ». Mais tout est dit dès 1910, quand Régnier résume son esthétique avec bonheur, et en des termes beaucoup plus positifs qui manifestent à quel point l’auteur des Rencontres de monsieur de Bréot est fidèle à lui-même : «  Comme c’est plus amusant […] de se mouvoir dans l’imaginaire que de s’asservir au réel ! Au fond, rien n’est plus ennuyeux à écrire qu’un roman, même d’un réalisme inventé, comme nous l’aimons. Le vrai divertissement est de peindre des figures de fantaisie et de tracer des arabesques inutiles. » (lettre 43, p. 143)

La scène de réminiscence comme instrument compositionnel dans la Double Maîtresse

“La scène de réminiscence comme instrument compositionnel : La Double Maîtresse d’Henri de Régnier” par Jean-François Perrin.

 

  • Revue: Revue d’Histoire littéraire de la France
    1 – 2019, 119e année – n° 1
    . varia
  • Auteur: Perrin (Jean-François)
  • Résumé: Chez les grands romanciers, la scène de mémoire affective participe d’une chaîne donnant accès à l’histoire intérieure, secrète, voire inconsciente, des personnages. C’est ce qu’avait compris Proust lecteur de La Double Maîtresse où les séquences de mémoire affective structurent la composition générale en tant que péripéties, rimes compositionnelles et échangeur temporels.
  • Pages: 103 à 112
  • Voir le site de l’éditeur : https://classiques-garnier.com/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-1-2019-119e-annee-n-1-varia-la-scene-de-reminiscence-comme-instrument-compositionnel.html

 

Les ensablés parlent de Régnier

Beaucoup de choses inexactes dans ce compte rendu, et surtout la perspective en est fausse. S’il fallait recourir à l’évocation fort peu intéressante, concernant l’Altana, des déboires conjugaux de Régnier partout ressassés ad nauseamil était inutile de reprendre les considérations de Robert Fleury, et mieux valait s’appuyer sur la biographie moderne, scientifique et non romancée de Patrick Besnier (Fayard, 2015), par ailleurs éditeur non mentionné du présent ouvrage. Mais présenter longuement, et complaisamment, LAltana à la lumière de Marie de Régnier fausse tout. On s’étonne aussi que, dans un compte rendu passablement long, on ne trouve rien, ni sur la genèse, ni sur le projet, ni sur l’organisation profonde du livre en tant que tel (dont on rappellera au passage que le dernier chapitre s’intitule « La Maison du souvenir ») : bref presque rien qui permette vraiment de le comprendre et de l’apprécier pour ce qu’il a de singulier comme œuvre littéraire.
Qu’Antoine Cardinale se rassure : Il n’existe pas de «  Société des amis d’Henri de Régnier » , mais bien une «  Société des lecteurs d’Henri de Régnier ». Or la lecture critique est d’abord une affaire d’exactitude. C’est au moins en tout cas ce à quoi s’essaie Tel qu’en Songe, la revue annuelle de la Société.
 
B.V.
 

À lire donc:

https://www.actualitte.com/article/livres/les-ensables-l-altana-ou-la-vie-venitienne-1928-de-henri-de-regnier/96641

 

La Double Maîtresse (1900)

La Double Maîtresse, Paris, Mercure de France, 1900.

Le roman s’ouvre sur un prologue, qui situe l’action dans un xviiisiècle galant : un jeune officier, François de Portebize, se trouve hériter d’un oncle, le comte de Galandot, mort à Rome ; mais, comme personne ne semble s’intéresser au défunt, le jeune homme, par curiosité, s’informe de l’existence qui fut la sienne.

La Première Partie, intitulée « Pont-aux-Belles », expose pour commencer le climat de terreur et de violence sexuelle que fait régner Hubert de Mausseuil dans sa famille, poussant sa sœur, Jacqueline de Mausseuil, à épouser le comte de Galandot, du reste mieux loti dans le château voisin de Pont-aux-Belles. De cette union naît un fils, Nicolas, très tôt orphelin de père : c’est un enfant puis un jeune homme peu épanoui et renfermé, soumis par une mère rigoriste et possessive à l’éducation la plus sévère malgré les soins paternes du savant et gourmand abbé Hubertet. Au fil des années, Nicolas s’éprend de sa fort belle et provocante jeune cousine, Julie de Mausseuil, orpheline accueillie à Pont-aux-Belles pendant la saison d’été. Un après-midi orageux, la mère de Nicolas survient et interrompt violemment une scène érotique décisive : la jeune fille renversée à demi-nue sur une table, grappillant des grains de raisin dont elle jette en riant le dernier au visage de son cousin sidéré. À sa demande, Julie est bientôt mariée à un homme d’âge mûr et à bonnes fortunes, M. de Portebize, qui lui avait fait la cour et s’était employé à la corrompre. De leur union naîtra François. Après la mort de sa mère, Nicolas, en possession désormais d’une très grande fortune, décide au bout de quelques années d’aller à Rome étudier l’archéologie dont l’abbé lui avait enseigné les rudiments.

La Deuxième Partie, « Un souper avec l’abbé Hubertet », est plus brève et se situe dans la continuité du prologue. On y suit les amours de François de Portebize, sous l’œil indulgent et paternel de l’abbé Hubertet qui a recueilli une jolie pupille, Fanchon, dont le premier tombera bientôt amoureux. Fanchon éclipse ainsi la conquête à la mode de Portebize, la danseuse Mlle Damberville. Ce contrepoint narratif est l’occasion pour l’abbé de fournir à François quelques renseignements sur son oncle et sur son départ pour Rome, comme aussi celle de faire apparaître des personnages secondaires que nous retrouverons dans la Troisième Partie : le cardinal Lamparelli – qui n’est encore qu’un nom – et le truculent noble anglais, M. Tobyson de Tottenwood.

Dans, la Troisième Partie, « Galandot le Romain », le personnage, riche mais vivant en solitaire à Rome, s’occupe pendant quatre années à des activités archéologiques qu’il délaisse peu à peu pour une pure oisiveté : il a maintenant 55 ans. C’est alors qu’il tombe dans les rets d’une courtisane du plus bas étage, Olympia, aperçue alors que, durant une promenade de Galandot, elle le surplombe étendue sur une balustrade, à grappiller du raisin dans la même attitude de provocation sensuelle que Julie naguère. Avec l’aide de son ruffian d’amant, Angiolino, elle va aliéner progressivement toute volonté chez Galandot, qui ne saura même pas jouir de ses faveurs, jusqu’à le dépouiller progressivement de tout son bien. Trahi et maltraité, réduit aux plus basses besognes, celui-ci se laisse avilir sans chercher vraiment à secouer le joug dont il est l’objet, malgré l’intervention opportune de M. Tobyson (mais sans non plus y trouver de jouissances perverses). Même si Olympia et Angiolino ne parviennent pas à lui arracher de force une ultime signature, seule une mort de maladie et d’épuisement, au terme de sa déchéance, les empêche de le ruiner complètement.

Un épilogue plus riant donne une double détente au roman. Portebize a épousé Fanchon et coule avec elle des jours heureux. Il a l’occasion de recevoir deux anciens compagnons d’armes, avec lesquels il formait un trio d’« inséparables ». Répondant à une sollicitation de la point bégueule Fanchon, ils se livrent au récit d’une bonne fortune qui leur est arrivée lorsqu’ils durent chercher refuge à la fin d’une journée de manœuvres. Reçus par une belle veuve d’âge mûr, ils jouirent de sa table bien garnie, de sa conversation fort libre et enfin de ses charmes ravivés et opulents. Le lecteur comprend bien vite, et François de Portebize aussi, que la dame en question n’est autre que la mère de François, celle qui fut Julie de Mausseuil et l’épouse de Portebize. Le roman se termine ainsi sur une évocation galante et ironique qui donne à « la double maîtresse » une nouvelle signification.

Bertrand Vibert

Henri de Régnier, Il Ricordo e altri racconti inediti, éd. présentée par Angela Calaprice, Via del Vento, Pistoia, coll. “ocra gialla”, n° 72, 2017, 43 p.

Pour le lecteur italien désireux de se plonger dans un univers singulier où des personnages solitaires promènent leurs désirs et leurs souvenirs, Il Ricordo e altri racconti inediti, traduit par Angela Calaprice, est une occasion rêvée. Joli petit ouvrage à la portée de toutes les bourses, ce recueil nous introduit dans le monde d’Henri de Régnier par une couverture ocre où figure une xylographie de Pietro Parigi (1892- 1990) qui représente un homme perdu dans ses songes au milieu d’un bosquet.

Nous sommes invités à suivre son exemple et à nous plonger dans les contrées insolites où nous emmènent les quatre contes du récit, trois (« Il ricordo », « Il mistero di Fontefrède » et « Il ritorno dei re magi ») tirés des Bonheurs perdus (Mercure de France, 1924) et un (« Il segreto della felicità ») des Contes de France et d’Italie (Crès, 1912). Ainsi, nous pouvons parcourir d’abord le Sud de la France des villes thermales (« Il ricordo ») et des châteaux abandonnés (« Il mistero di Fontefrède ») et terminer notre périple dans l’Orient fabuleux des Rois Mages (« Il ritorno dei Re Magi ») et des califes (« Il segreto della felicità »). À travers ce vagabondage nous trouverons des personnages hantés par le souvenir d’un ancien bonheur ou préoccupés par un futur incertain. Il est question d’amour, dans ces contes de Régnier, de l’amour difficile et tourmenté qui fait sombrer Monsieur de Salude dans une innocente folie et qui pousse M. de Marvoisin à se venger de l’abandon de sa femme par un acte mystérieux et une mise en scène symbolique. Mais il est aussi question de pouvoir, celui sur lequel s’interrogent les trois rois mages de retour dans leurs pays après avoir rendu visite à l’enfant Jésus, et celui d’Akbar et d’Ali, délivrés de la tyrannie de leur père, le calife Hassan, mais pas pour autant plus heureux. Ces deux thèmes s’enchevêtrent, car tout amour est aussi une question de pouvoir et tout pouvoir une question de séduction.

Cette séduction est aussi celle que l’écriture de Régnier exerce sur le lecteur, car la traductrice a pris soin d’en conserver les parallélismes et les symétries, les paragraphes s’enchaînant l’un à l’autre par des rappels sémantiques et le souci d’un style à la lisière entre classicisme et modernité. De même, Angela Calaprice a réussi à préserver la fluidité de la période et le sentiment d’attente qui anime ces contes, soit en simplifiant certaines tournures, soit en postposant ou antéposant quelques mots ou propositions, comme on peut le lire dans ce passage tiré de « Il mistero di Fontefrède » (p. 10) : « Stavano distesi sul palco due corpi, uno vestito con un costume da pastorella, l’altro con un abito da Arlecchino ». (« Vêtus, l’un d’un costume de bergère, l’autre d’un habit d’arlequin, deux corps étaient étendus sur le plateau [de la scène] »). Il en résulte une prose qui conserve l’élégance de Régnier et une puissance évocatrice à même de rendre les mouvements d’une âme dans toutes les nuances de ses rêveries.

Silvia Rovera

En Espagne d’Henri de Régnier

En Espagne d’Henri de Régnier, préface de Patrick Besnier, édition établie, présentée et annotée par Carlota Vicens-Pujol, Berne, Peter Lang, 2017, 196 p.

Il faut saluer le projet d’éditer une partie méconnue des écrits de voyage d’Henri de Régnier, ceux qu’il a consacrés à l’Espagne. On connaît l’autre tropisme méditerranéen de Régnier, celui des Escales en méditerranée (1931), et surtout son attachement indéfectible à Venise dont porte notamment témoignage L’Altana, ou la vie vénitienne (1928). Mais l’Espagne, pays d’art, d’histoire et de souvenirs littéraires le hante également, et cette édition est l’occasion bienvenue d’en réévaluer la portée dans l’imaginaire de l’écrivain.

Celle-ci rassemble les quatre importantes livraisons d’un feuilleton publié dans La Revue des Deux Mondes entre novembre 1933 et octobre 1935, c’est-à-dire dans les toutes dernières années de la vie de Régnier, lequel devait disparaître l’année suivante. Or le statut de ces textes engage à les lire de façon particulière. La première livraison, certes, n’est qu’une approche de l’Espagne et renvoie à un séjour dans le sud-ouest de la France entre 1918 et 1922, c’est-à-dire plus de dix ans avant la publication, qui eut lieu le 1er novembre 1933. Mais, en matière littéraire, pour un écrivain qui, selon ses propres mots, ne « jouit[t] jamais qu’en souvenir », le mixte d’imagination et de mémoire peut suppléer l’expérience réelle. Il en va tout autrement  des deux autres livraisons. Issues de voyages effectués en Espagne au printemps et à l’automne 1930, elles sont publiées respectivement le 1er juin et le 15 août 1934, et enfin le 1er octobre 1935. Cette fois, la maturation du souvenir n’a pas opéré de la même façon, Régnier ayant surtout mis en forme des notes prises à chaud. L’état non définitif du texte ainsi que l’âge et l’état de santé dégradé de l’écrivain peuvent expliquer que, contrairement à son habitude, il n’ait pas recueilli ces textes en volume. À preuve supplémentaire, l’existence d’un texte inédit portant sur un dernier voyage effectué en 1932, que cette édition livre pour la première fois au public. L’édition apporte donc une plus value indéniable pour la connaissance de l’écrivain.

Si la préface tout comme l’introduction insistent sur le caractère moins abouti de ces textes que d’autres récits de voyage de Régnier, il n’en s’agit pas moins de textes d’un écrivain, avec ses goûts et son regard singuliers, et nullement dénués d’intérêt. Les amateurs de récits de voyage, les curieux de ce qui concerne les richesses artistiques des cités espagnoles, et bien sûr les lecteurs d’Henri de Régnier se réjouiront de la publication et de la redécouverte tout à fait opportunes de ces textes.

B. V.

 

https://www.peterlang.com/abstract/title/61859?rskey=oOrE0X&result=2

 

Henri de Régnier, Histoires incertaines, préf. de Bernard Quiriny, estampes de James Whistler, coll. « L’Éveilleur »

Henri de Régnier, Histoires incertaines, préf. de Bernard Quiriny, estampes de James Whistler, coll. « L’Éveilleur », mars 2017, 206 p.

Ce recueil original de 1919 réunit trois nouvelles, « L’entrevue », « Le pavillon fermé », « Marceline ou la punition fantastique », qui comptent  parmi les chefs-d’œuvre vénitiens de d’auteur, et parmi les chefs d’œuvre du genre : ils atteignent à une poésie parfois fantastique que l’auteur appelait « le songe ». Cela n’exclut pourtant ni l’esprit, ni l’humour.

Dans la préface, Bernard Quiriny récuse avec beaucoup de justesse cette sorte de facilité qui amène à confondre un certain goût du passé avec une attitude misonéiste, voire réactionnaire : « Les bons esprits progressistes, majoritaires de nos jours, comprennent mal cette tournure d’esprit, qu’ils confondent avec du conservatisme. Ça n’a pourtant rien à voir. L’amour du passé n’est pas une déploration du présent ; c’est un sentiment esthétique, une façon d’appréhender le monde. » (p. 11)

Il faut donc  se réjouir de voir cette belle réédition contribuer à faire sortir Régnier du cercle des connaisseurs.

B. V.