Proust dans La Vie littéraire 8 (Le Figaro – 1926)

Essai sur Marcel Proust, par Georges Gabory (1 vol., Le Livre).

L’été n’est-il pas la saison que j’appellerais volontiers celle des « grandes lectures », non de la lecture d’un plus ou moins grand nombre de volumes d’auteurs divers, mais de la lecture ou de la relecture d’une « œuvre » au moins en ses parties principales et les plus significatives ? N’est-il pas tentant, en effet, de profiter des loisirs que nous fait la solitude du Paris estival ou de la liberté que nous offre la vie de campagne, pour refaire connaissance avec l’un ou l’autre des grands écrivains que nous aimons ? Quel plaisir, par exemple, de se redonner le spectacle des deux prodigieuses comédies humaines que sont les romans de Balzac et les Mémoires de Saint-Simon, de rendre visite à Hugo dans les parties presque inconnues de son formidable labeur où s’accumulent des chefs-d’œuvre injustement délaissés ! Que penseriez-vous d’une saison chez George Sand ? Cela ne vous intéresserait-il pas de savoir où en est l’œuvre d’un Zola et en quel état de durée ou de délabrement se trouve son imposante masse romanesque, de chercher à prévoir le sort qui attend les charmantes et délicates constructions livresques d’un Anatole France où, déjà, quelques fissures se laissent apercevoir ?

J’ai eu plus d’une fois, je l’avoue, le désir de consacrer une de ces investigations d’été à l’œuvre encore proche de Marcel Proust. Certes, l’auteur de A la Recherche du temps perdu connaît une très légitime gloire posthume après en avoir goûté, de son vivant, de très satisfaisantes prémices. Ses livres sont justement célèbres en eux-mêmes, mais l’agencement de leur ensemble, leur articulation dans « l’œuvre » qu’ils constituent et le sens général de cette œuvre, son arrière-fond, sa philosophie ont été le sujet de maintes controverses. Sommes-nous en présence d’une forme nouvelle du roman, d’un emploi nouveau de l’observation intérieure, au début de nouveautés qui pourront avoir d’importantes conséquences pour la littérature romanesque de demain ou bien n’avons-nous à admirer en Marcel Proust qu’un phénomène isolé, à la fois génial et morbide, un cas exceptionnel dû à une extraordinaire combinaison intellectuelle où coexistent un don remarquable de romancier et un encore plus rare don de mémorialiste, joints à des conditions de vie très particulières ?

Certes, il serait fort intéressant de résoudre par soi-même des questions, mais pourquoi ne point, plus simplement, en attendre la réponse de la critique qui, d’ailleurs, s’est déjà expliquée abondamment sur Marcel Proust ? Ne nous a-t-elle pas déjà éclairés sur certains points ? N’avons-nous pas le très curieux ouvrage de Mme la duchesse de Clermont-Tonnerre sur les rapports de Marcel Proust avec Robert de Montesquiou qui exerça sur lui une forte influence et qui participa par son propre personnage à la composition d’un des principaux acteurs de la « Comédie proustienne » ? A côté de la contribution documentaire et anecdotique de Mme la duchesse de Clermont-Tonnerre se place l’excellent livre où M. Maurice [sic] Pierre-Quint nous a présenté une vue clairvoyante et raisonnée de l’œuvre de Marcel Proust et a su définir très heureusement son architecture et son ornementation. A ces études d’intention et de portée différentes, vient s’ajouter un fort intéressant « essai » de M. Georges Gabory.

Cet Essai sur Marcel Proust de M. Georges Gabory est d’un esprit fort subtil et fort distingué. M. Gabory a beaucoup à dire, mais il met à nous le dire quelque confusion et quelques obscurités. Sa pensée ne suit pas une direction déterminée. Elle s’égare en digressions, revient sur elle-même et, pour regagner « le temps perdu » se fait elliptique et contournée. Aussi M. Gabory a-t-il recours à de nombreuses notes. Pour nous parler de Marcel Proust, M. Gabory a emprunté à Marcel Proust quelque chose de sa propre manière. Néanmoins son livre est fort agréable à lire, mais il y faut une patience qu’on lui accorde très volontiers, puisque, de page en page, on y retrouve les héros de Proust et, avec eux, l’auteur lui-même qui n’en est pas le moins intéressant. Ainsi est-ce une sorte de « revue » commentée que M. Gabory nous fait passer de ce monde mi-imaginaire, mi-réel, dont Marcel Proust s’est fait le créateur et l’historiographe. M. Georges Gabory nous donne l’impression d’avoir fait une de ces « relectures » que je souhaitais plus haut et au cours de laquelle il nous confie maintes précieuses indications et maintes utiles remarques d’une juste finesse critique à qui il ne manque que d’être mieux ordonnées, mais il fallait « prendre un parti », et c’est à quoi M. Gabory ne s’est pas décidé. « j’en ai pris plusieurs, constate loyalement M. Gabory. Je n’ai pas voulu choisir, soutenir une thèse, réduire mes arguments à un commun dénominateur, ramener l’œuvre de Proust à une mesure définitive et empruntée. L’artiste a le droit de se contredire. Le critique aussi. »

Ces raisons sont fort valables, d’autant plus que M. Gabory reconnaît que son livre est un livre « inachevé », mais tous les critiques ne s’en tiendront pas là. L’œuvre de Marcel Proust comporte encore de nombreuses recherches. Elle soulève bien des questions, ne fût-ce que celle de ses « clés ». Marcel Proust n’en a pas tout dit dans la si curieuse note inscrite sur un exemplaire de Du côté de chez Swann, appartenant à M. Jacques de Lacretelle et dont M. Gabory reproduit le fac-simile. Il y aurait aussi à examiner les origines littéraires de cette œuvre et les influences qui s’y marquent. Pour ma part, j’ai été très vivement frappé, en relisant Volupté, de Sainte-Beuve, des ressemblances de ton, des similitudes de subtilité analytique, de délectation psychologique que présentent certains passages de ce si singulier roman avec certaines pages de l’auteur du Temps perdu. N’y aurait-il pas aussi à déterminer ce que Marcel Proust doit aux romanciers anglais ? La « saga » des Forsyte de M. Galsworthy est-elle sans rapports avec la « saga » des Guermantes ? N’oublions pas que Marcel Proust, traducteur de la Bible d’Amiens, de Ruskin, possédait fort bien la langue anglaise et, de par son existence sédentaire et cloîtrée, était grand liseur et curieux de toutes les littératures.

Henri de Régnier

de l’Académie française

« La Vie littéraire », Le Figaro, 10 août 1926.