Proust dans La Vie littéraire 7 (Le Figaro – 1925)

Marcel Proust, par Léon Pierre-Quint (1 vol., Editions du Sagittaire).

(…) M. Léon Pierre-Quint nous offre sur Marcel Proust une très intelligente et très instructive étude biographique et critique. La partie biographique de M. Léon Pierre-Quint me semble tout particulièrement opportune, car il est bien difficile de comprendre et de pénétrer l’œuvre de l’auteur de Du côté de chez Swann si l’on n’est pas au fait de certaines particularités de sa vie et de la singularité qu’il porte dans sa manière de vivre. L’existence en apparence paradoxale de Marcel Proust lui fut imposée par les nécessités d’une santé cruellement et prématurément névrosée. Avec ses habitudes nocturnes, ses rites de malade, ses manies, qui faisaient de lui un reclus, Marcel Proust n’essaya jamais de se fabriquer un personnage exceptionnel. Il le devint par force et s’y accommoda. De son mal, de sa réclusion, il tira parti courageusement et subtilement. Réduit à lui-même en de longues heures de souffrances et de réflexion, il peupla sa solitude de figures vivantes par la réalité qu’il leur donnait en leur attribuant tout ce que son esprit d’observation si perspicace et si aigu lui avait enseigné de la société et de l’individu ; mais ces données objectives il les approfondissait et les nuançait en ne les séparant pas de ses expériences personnelles et en les enrichissant de ses adjonctions intimes, en un mot en les doublant de sa propre personnalité.

C’est ce procédé, d’ailleurs plus instinctif que raisonné, qui donne à l’œuvre de Marcel Proust son caractère si particulier. En même temps que les nombreux personnages de A la recherche du temps perdu vivent de leur vie, l’auteur les mêle à la sienne en se substituant à la leur pour la vivre, en dessous, si l’on peut dire, avec une intensité et une finesse psychologiques qui lui permettent de les juger en moraliste et en critique tout en participant à leurs sentiments, à leurs passions, à leurs idées. De telle sorte que le vaste roman de Marcel Proust est à la fois le roman de son observation et de son imagination, mais aussi l’histoire de sa vie, de son intelligence et de sa sensibilité. Ainsi s’est constituée d’éléments de réalité externe et de vérité intérieure cette œuvre d’un genre unique en notre littérature romanesque que M. Léon Pierre-Quint a étudiée avec une parfaite conscience critique et dont il a suivi avec beaucoup d’ingéniosité la formation, le développement, les détours, les ramifications si complexes et si curieuses.

Henri de Régnier

de l’Académie française

« La Vie littéraire », Le Figaro, 19 août 1925.