Nos Rencontres par Edmond Pilon (Le Divan – 1931)

Henri de Régnier : Nos Rencontres. Mercure de France

 

Voici un livre dédié aux Muses des lettres et de la poésie. Les figures qui le composent, si peu éloignées de nous dans le temps, et dont la plupart furent celles de vivants illustres, reparaissent ici sous forme d’ombres. Toutes ne connurent pas la même gloire, mais elles sont bien grandes toujours, les ombres d’un Verlaine ou d’un Heredia. Ici, fort justement, Mallarmé domine, fixé par les traits harmonieux, ressemblants, de notes cursives ; et Leconte de Lisle, et Barrès, et le grand Villiers ! Sully-Prudhomme, que la postérité néglige, un peu trop peut-être, est présent lui aussi ; enfin, à côté de ces figures principales, il en est d’autres en qui se fait voir, outre la valeur du talent, un intérêt anecdotique singulier ou rare : un Laforgue, un Schwob, un Louis Ménard, un Paul Adam, un Mikhaël, un Quillard. Avec un art tout de charme, de mesure et qui ne va pas sans mélancolie, l’auteur parle des uns et des autres. Il le fait avec ce don d’évocation vraiment remarquable et dont tels ouvrages similaires : Figures et caractères, Sujets et paysages, Portraits et souvenirs, Proses datées présentèrent l’antérieur témoignage. Après les Rencontres de M. de Bréot, imaginaires et romanesques, il était bien que M. Henri de Régnier nous ménageât ces rencontres-là, toutes harmonieuses, sensibles et dont nous gardons un beau souvenir.

Ed. P.

Le Divan, « les Chroniques », novembre 1931, p. 421.