QUATRIEME ASSEMBLEE GENERALE

La quatrième assemblée générale de la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier s’est tenue au Lycée Victor-Duruy, le 2 juin 2018.

14 membres étaient présents : Patrick Besnier, Grégory Bouak, Aurélie Briquet, François Broche, Vincent Gogibu, Damien Gonnessat, Frank Javourez, Pierre Lachasse, Jean-Louis Meunier, Gilbert Michler, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Silvia Rovera et Géraud Sajust de Bergues.

10 membres étaient représentés : Hélène Albagnac, Jean-Louis Backès, Bernard Barral, Jean-Marc Canonge, Anne-Marie Decottignies, Elodie Dufour, Christiane Javourez, Adeline Leguy-Pringault, Marc Piguet et Julien Schuh.

Frank Javourez, vice-président, a ouvert la séance à 10 heures devant un auditoire certes clairsemé, en raison de la grève des chemins de fer, mais fervent et assez nombreux pour valider les votes. Il remercie d’abord Philippe Tournier, proviseur du lycée Victor-Duruy, qui nous accueille à nouveau dans son prestigieux établissement, et excuse ensuite l’absence du président Bertrand Vibert, souffrant, en lui souhaitant au nom de tous de recouvrer au plus tôt la santé. Puis il enchaîne sur le bilan moral de l’année écoulée. Il rappelle la brillante soutenance de thèse d’Elodie Dufour (Université de Grenoble-Alpes, 24 novembre 2017), consacrée à la représentation et à l’imaginaire classiques chez Henri de Régnier, Anatole France et René Boylesve, et la réédition en mars 2017 des Histoires incertaines, chez L’Eveilleur (Bordeaux), préfacée par Bernard Quiriny. Il annonce aussi la parution, le 30 mai 2018, aux Classiques Garnier de l’importante édition critique de Choses et autres, par Bernard Roukhomovsky, qui réunit toute l’oeuvre aphoristique de Régnier. Dans les mois qui viennent, doivent paraître la réédition de L’Amour et le Plaisir à la Part commune (Rennes) et les actes de la journée d’études sur Proust et Versailles (octobre 2017) prévus à l’automne prochain chez Hermann. Rappelons que Frank Javourez a participé à cette journée en abordant la question sous l’angle de Régnier.

Patrick Besnier présente à son tour le bilan financier. La fabrication et l’envoi de Tel qu’en songe n° 3 ont coûté très cher, car nous n’avons jamais reçu le subvention qui nous avait été promise à l’occasion de la journée d’études du Mans. Nous ne pouvons vivre que grâce aux cotisations des adhérents et nous comptons à la date de juin 2018 à peine 1000 euros en caisse, ce qui ne suffit pas tout à fait pour financer le prochain numéro. Aussi demandons-nous à tous les retardataires de penser au bon fonctionnement de la SLHDR et de s’acquitter au plus tôt de leur oubli. Nous avons aussi décidé quelques mesures drastiques : un volume moins épais, une réduction du tirage et une économie sur le coût de la maquette. L’assemblée générale s’est montrée attentive au sujet et a exprimé par le voix de quelques-uns de ses membres des idées intéressantes qu’il s’agit de creuser.

Les deux bilans ont été votés à l’unanimité.

La dernière partie de la séance a été consacrée aux perspectives. Le numéro 4 de Tel qu’en songe sera une anthologie d’articles de Régnier sur l’Histoire. Pierre Lachasse, qui s’en est chargé, a présenté les raisons de son choix, en tout 19 textes révélateurs de  l’intérêt porté à l’Histoire par l’auteur du Passé vivant. Il est bon que, d’une année à l’autre, notre revue se diversifie et alterne essais critiques consacrés à l’oeuvre et textes méconnus ou inédits de l’auteur. De même elle doit accueillir de nouveaux collaborateurs et ne pas se limiter au cercle étroit des happy few. Parmi les autres perspectives, la plus importante concerne la préparation de l’édition numérique des Cahiers qui réunit maintenant 14 collaborateurs. Une journée d’études consacrée au pourquoi et au comment de cette édition se déroulera à l’université de Grenoble-Alpes les 28 et 29 novembre prochain. Ses travaux, qui bénéficient d’une subvention, feront l’objet du n° 5 de Tel qu’en songe. Signalons enfin la participation de Frank Javourez le 20 juin prochain à la journée d’études « Le Musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926) », qui aura lieu au Hall Napoléon. Il parlera des visites de Régnier au Louvre : « Imaginer le visage absent de la déesse ».

Le dernier point abordé concerne la vie du site dont le nombre de visiteurs oscille, semble-t-il, entre 400 et 500 personnes par mois. Le tourbillonnant Frank Javourez en est le fécond animateur et il invite chacun à y collaborer, ne serait-ce que pour y rédiger des résumés des oeuvres de Régnier.

Avant de nous séparer, une bonne douzaine d’entre nous se sont retrouvés au Domaine de Lintillac, 20 rue Rousselet, juste face à l’immeuble où s’éteignit Barbey d’Aurevilly. En somme, d’une année à l’autre, nous sommes passés des Humbles aux Diaboliques

P. L.