« Je suis très ami de Régnier… »

Les lecteurs de la Correspondance de Proust savent combien souvient y apparaît Régnier, à qui Proust a écrit, et qu’il a cité à ses correspondants comme l’une de ses influences en littérature – jusque dans les détails, comme le format et la typographie de son livre qu’il voudrait proches de ceux de la Double maîtresse… On ne s’étonnera pas que Régnier apparaisse – certes fugacement, et sans qu’il soit jamais le sujet principal – dans la correspondance de Proust avec Louis de Robert (1871-1937), l’auteur du Roman d’un malade, qui conseilla et soutint Proust au moment décisif où ce dernier cherchait un éditeur pour Swann. Publiée initialement par Robert en 1926 dans un petit livre intitulé Comment débuta Marcel Proust, cette correspondance est rééditée aujourd’hui par l’Eveilleur, avec une préface de Jérôme Bastianelli. On y voit Proust se réclamer de son amitié avec Régnier afin de persuader Robert de prendre langue pour lui avec Ollendorff (« Je suis très ami d’Hermant, de Barrès, de Régnier »)… Ces lettres intéresseront directement les admirateurs de Proust, indirectement ceux de Régnier ; elles permettent en tous cas de se replonger dans les coulisses de l’industrie littéraire des années 1910 qu’a connue Régnier, et ressuscitent le nom bien oublié de Louis de Robert, à qui son amitié et ses services offerts à Proust avaient valu le surnom de « premier ami de Swann ».

B.Q.

« Comment débuta Marcel Proust », de Louis de Robert (L’Eveilleur, 130 p., 9,50 €)