Henri de Régnier naturiste

En 1922, sous l’égide de la revue Les Marges (fondée en 1903) et de son directeur Eugène Montfort, paraît sous forme de fascicules d’une trentaine de pages, devant former deux tomes complets, un « tableau de la vie littéraire de 1895 à 1920 » intitulé Vingt-cinq ans de littérature française*. La place prédominante qui est faite au mouvement « naturiste » éclaire l’histoire littéraire d’un point de vue à la fois original et peu connu.
___

 

Nés à la vie littéraire vers 1880, les symbolistes avaient été aussitôt attaqués et ridiculisés par les boulevardiers de l’époque. On leur avait jeté à la tête d’homériques épithètes auxquelles d’ailleurs ils répondirent gaillardement. Plus que Rimbaud, dont l’influence ne se fera sentir vraiment que vers 1910, plus que Verlaine même, leur véritable maître fut Stéphane Mallarmé, leur aïeul Baudelaire. (…) Mais Mallarmé et les symbolistes avec lui tentèrent de supprimer tous les développements explicatifs que leurs prédécesseurs jusqu’alors avaient crus nécessaires pour étayer leurs poèmes ; ils demandaient à ceux qui les lisaient d’entrer en état lyrique de façon à brûler les étapes et à saisir l’idée poétique dans le ciel d’images changeantes où elle glisse débarrassée des entraves du discours.

Un tel idéal faisait bon marché du sens commun et de la « claire raison » si prisés en France. Les symbolistes devaient forcément susciter des colères et des railleries. En outre, quelques-uns des leurs : Verhaeren, Stuart Merrill, Francis Vielé-Griffin, étaient d’origine étrangère. Les symbolistes admiraient Wagner, les grands lyriques anglais, la dramaturgie scandinave. Quoi d’étonnant à ce que leurs œuvres soient indéchiffrables, écrivaient de spirituels journalistes.

Puis quelques années passèrent, on découvrit peu à peu que plusieurs symbolistes avaient du talent et, en 1895, leur cause était définitivement gagnée. Jean Moréas et Vielé-Griffin étaient décorés et l’on chuchotait qu’Henri de Régnier qui naguère exigeait la tête de Coppée, ne réclamait plus que son habit vert.

(…)

Le mouvement naturiste, qui avait commencé à se dessiner en 1895, répondait si bien aux secrètes aspirations de l’époque que, dès 1898, il avait bataille gagnée en dépit de certaines résistances.

Et les poètes de 1880 dont quelques-uns furent assez violemment pris à partie par les jeunes naturistes, témoignèrent bientôt qu’un changement rapide s’était opéré en eux et qu’ils avaient eu la révélation d’une beauté nouvelle.

En 1897, Henri de Régnier publie Les Jeux rustiques et divins. Le somptueux rêveur de Tel qu’en Songe (1892), qui disait mélancoliquement à son âme, au carrefour des routes de la forêt :

O mon âme, le soir est triste sur hier

O mon âme, le soir est morne sur demain,

O mon âme, le soir est grave sur toi-même.

maintenant contemple ébloui :

Le tourbillonnement des forces de la vie.

Cette vision plus large et plus émouvante de la vie, nous la retrouverons, bien que toujours un peu décorative, dans les livres postérieurs d’Henri de Régnier : Les Médailles d’argile (1900), La Sandale ailé (1906).

(…)

Rien qu’aux titres de ces divers ouvrages poétiques dont les auteurs ont tous participé, de loin ou de près, au mouvement symboliste, on se rend compte que les mots « vie », « clarté », prédominent. Certes ! les poètes sont avant tout des intuitifs et il n’est pas étonnant qu’ils aient deviné la métamorphose en train de s’accomplir dans les esprits et dans les cœurs. C’est curieux tout de même, cette orientation subite des lyres tournées jusqu’alors vers l’ombre.

 

Vingt-cinq ans de littérature française, publié sous la direction de M. Eugène Montfort, Tome I, La Poésie, par Paul Æschimann, Fascicule 1, p. 4-18.

[* Nous devons une fois de plus à la sagacité du béni M.V.G. cette belle redécouverte]