Céline dans la Vie littéraire (Le Figaro – 1933)

Voyage au bout de la nuit, par Louis-Ferdinand Céline, 1 vol. (Denoël et Steele).

Une invitation au voyage est toujours tentante, même si ce voyage doit nous conduire « au bout de la nuit », et c’est celui-là que nous propose M. Louis-Ferdinand Céline. Avant de nous mettre en chemin, nous savons que la route sera longue et que pour arriver où M. Céline s’offre à nous mener il faudra traverser six cent vingt-trois pages d’un texte serré… Encore, paraît-il, M. Céline nous a fait grâce d’autant, car son livre, tel qu’il l’avait conçu, ne comptait pas moins de quinze cents feuillets. M. Louis-Ferdinand Céline est donc un écrivain abondant. C’est une mode qui se porte volontiers en ce moment chez les romanciers, mode qui nous vient d’Angleterre, d’Amérique et d’Allemagne. J’avoue que le roman français ne me semble pas gagner beaucoup à adopter ces dimensions démesurées. En tout cas, celui de M. Céline ne contribuera pas à m’en donner le goût. J’ai éprouvé à le lire un lourd ennui, et j’ajoute que ce n’est pas seulement de l’ennui que j’en ai retiré…

Je n’y ai trouvé, en effet, ni sujet ni composition, et la structure en est d’une assez grossière simplicité. C’est ce que l’on pourrait appeler un récit « à tiroirs » sans intrigue, sans action et qui consiste en une suite de tableaux et d’épisodes destinés à nous donner des vues sur la vie, les êtres et sur le narrateur de cette fastidieuse, morne et répugnante confession qui pourrait se continuer indéfiniment, qui commence sans raison et se termine de même. Le narrateur est un sombre bavard et raseur impitoyable dont il nous faut écouter l’intarissable monologue. Nous y apprenons qu’il répond au nom harmonieux de Bardamu, que, durant la guerre, il a su devenir « définitivement lâche », que, la guerre finie, il a occupé en Afrique un poste commercial, qu’ensuite, de retour à Paris, après un séjour aux États-Unis, il a achevé ses études de médecine et qu’il s’est établi médecin dans « la zone ». Durant ces années, il a fréquenté de vilaines gens, il a vu beaucoup de misère, respiré beaucoup de mauvaises odeurs et pris une idée peu avantageuse de l’humanité. L’homme lui est apparu bas et vil dans une société pourrie. À ce spectacle, il a contracté une sorte de pessimisme anarchique, rageur, désespéré, sans illusion et sans foi. Partout il n’a rencontré que la nuit, une nuit grouillante et puante, peuplée de larves humaines et ordurières. Et c’est à travers ce cloaque que nous conduit le Bardamu de M. Céline. Pour le suivre en ce « voyage au bout de la nuit », mettons des bottes d’égoutier et bouchons-nous le nez.

Georges Bernanos et M. André Rousseaux ont successivement étudié ici même, en de très intéressants articles, ce que M. Rousseaux a appelé « le cas » de M. Céline, et ont défini la signification morale de son livre et l’état d’esprit qu’il représente en son pessimisme anarchique. Je ne reviendrai donc pas sur ce point, de même que je n’insisterai pas sur la prédilection maniaque de M. Céline-Bardamu pour les termes scatologiques et pour les images fécales. C’est une forme particulière du « cas » de M. Céline, mais j’aurais quelque dégoût à m’y attarder, s’il est indispensable de la signaler. Si elle a valu des lecteurs à M. Céline, je veux bien croire qu’il n’y a mis nulle intention et que l’emploi de ces vocables fonctionnels et de ces termes organiques a pour excuse que leur usage fait partie d’une « esthétique ».

Cette « esthétique » se rattache à l’esthétique du Naturalisme de 1880 que M. Céline continue et à celle des satiristes de tous les temps. À ces derniers on a toujours concédé une certaine liberté et une certaine crudité de langage. Nous le constatons chez Rabelais comme chez Mathurin Régnier et nous l’avons admiré plus récemment chez un Jules Vallès ou un Octave Mirbeau. Il est convenu, en effet, que le satiriste a droit à son franc-parler et que nous devons accepter l’expression de ses violences, aussi bien que l’exagération de ses haines et de ses invectives, mais M. Céline n’a ni la verve ironique de Voltaire ni la tragique éloquence d’un Agrippa d’Aubigné. Sa satire est déplorablement dépourvue d’esprit et de lyrisme. M. Céline s’en tient à un réalisme bassement terre à terre que ne relève ni l’originalité de l’observation ni la qualité du style, et cette remarque me mène où je voulais en venir avec M. Céline. Sans chercher à déterminer si son œuvre est un signe des temps et l’indice d’un état moral actuel, je voudrais simplement me rendre compte de sa valeur littéraire.

Disons, tout d’abord, qu’elle est un sous-produit ou un sur-produit, comme l’on voudra, du naturalisme d’antan, sa reviviscence informe et son prolongement difforme. Certes, l’art naturaliste peut prêter à bien des critiques, mais il a cependant sa façon d’utiliser les documents humains qui lui servent de base. Il a ses règles de composition, sa technique, son style, ses trucs. De cet ensemble, les romans de Zola nous offrent l’exemple le plus complet. Zola a réalisé avec une certaine grandeur ce qu’il a voulu. Il a créé une forme de roman et ce que l’on nomma jadis une « écriture ». Une page, une phrase de Zola portent sa marque et sont reconnaissables. Zola, certes, ne fut pas en style un puriste. Il écrit gros, comme il voit, mais il écrit une langue en somme correcte en sa lourdeur et en sa crudité. Or, cette langue de Zola, je la retrouve chez M. Céline, mais tournée en jargon, devenue parfois presque inintelligible et transformée par un bas apport argotique en une sorte d’affreux langage « populo », dont la vulgarité fabriquée sonne d’ailleurs faux et dont la platitude ne se révèle que par les scatologies ordurières sur lesquelles on marche à chaque pas.

C’est dans cet idiome fétide et truqué que le sieur Bardamu nous prodigue ses confidences au cours de ce « Voyage au bout de la nuit ». Écoutez-le nous dire : « Au moment où j’allais pour prendre mon billet », ou : « Bon, que je me décidai », ou : « Tania, qu’elle s’appelait ma nouvelle copine », ou : « Pour boire, il n’arrivait pas non plus », et nous serons édifiés sur la langue courante qu’emploie le héros du roman de M. Céline et sur la grâce des tours dont il use. Parfois, cependant, il nous offre des tableaux « soignés ». Il y en a de diverses sortes : nuits d’Afrique, vues de la zone. L’Amérique lui en a fourni un qui mérite de devenir célèbre, mais d’une célébrité spéciale. On le trouve à la page 245 de l’ouvrage, et il y en a d’autres disséminés çà et là dans cet énorme fatras qui est vraiment une sorte de pot-pourri où l’auteur a jeté, pêle-mêle, ses rancunes contre la vie, ses dégoûts, ses colères, les déchets de ses tristes expériences et aussi ses dures pitiés pour l’éternelle misère humaine, sinon les siens et les siennes, puisqu’il nous dit que ce voyage est entièrement « imaginaire », mais ceux et celles de son Bardamu. C’est donc une « histoire factice » que nous offre M. Céline, et, ajoute-t-il, « tout le monde en peut faire autant », ce qui n’est pas tout à fait vrai, car M. Louis-Ferdinand Céline n’est pas tout à fait dépourvu de tout talent. S’il en manquait complètement, j’aurais abandonné en cours de route Bardamu et sa déplaisante compagnie.

Henri de Régnier

de l’Académie française

 

« La Vie littéraire », Le Figaro, 3 janvier 1933.