Henri de Régnier par René Ghil

Durant ce temps, aux Mardis de Mallarmé étaient venus deux poètes nouveaux, en qui tout de suite quelque chose de discret et de presque distant, artiste, avertissait de particulière valeur : Henri de Régnier et Francis Vielé-Griffin. Ils venaient de la Rive gauche, connaissaient l’impassible Leconte de Lisle et avaient écouté au Quartier les discours avisés, délicats, grandiloquents et argotiques de Verlaine, et ils cherchaient selon quel mode extérioriser les puissances latentes en eux. Mallarmé deviendrait leur Maître, et sa pensée les révélerait à eux-mêmes : de Régnier gardant davantage l’empreinte, mais l’art et l’enseignement Mallarméen devant singulièrement s’élargir en le possédé de l’esprit de Vie qu’était Vielé-Griffin.

Fin et long, d’un doux penchement des roseaux qu’il aimait en ses vers parmi le miroir des eaux, charmant de l’exquis esseulement des choses anciennes, chaudement pâle, le sourcil légèrement crispé sur le monocle et davantage de la rumeur et de l’agitation modernes, Henri de Régnier apportait son premier recueil de poèmes, LES LENDEMAINS. La nostalgie, désir, regret, de temps et de toutes choses qu’il aime d’être le passé que l’on peut rêver selon soi-même, comme intacts hors de l’aheurtante et complexe vibration de vie, – ces premiers poèmes tenaient latent tout le devenir d’art lointainement évocateur du pur poète des POÈMES ANCIENS ET ROMANESQUES, de TEL QU’ON SONGE [sic], des JEUX RUSTIQUES ET DIVINS, des MÉDAILLES D’ARGILE, pour ne dire que les témoignages de sa plus impeccable gloire… Une sorte d’idéo-naturisme où des aspects restreints et le moins matériels de la nature et des êtres ne lui sont que prétextes à émouvoir de personnels états d’âmes s’évadant des réalités, de nuance en nuance annihilées. Et certes, Henri de Régnier venait-il tout naturellement à Mallarmé et pour être le plus près de lui : le Symbolisme – dira R. de Gourmont, en son livre le CHEMIN DE VELOURS, 1902 – n’étant, après tout, qu’un succédané de l’Idéalisme.

René Ghil, Les Dates et les Œuvres, Symbolisme et poésie scientifique, Paris, Crès, 1923, p. 39-40.

 

[Aux bons soins de La Belle Meunière]