Bernanos dans La Vie littéraire (Le Figaro – 1936)

Journal d’un Curé de campagne, par Georges Bernanos, 1 vol. (Plon).

C’est un livre d’une puissance singulière que ce Journal d’un Curé de campagne, par Georges Bernanos. D’où vient cette puissance ? Les événements relatés par ce pauvre jeune prêtre en leur modestie, leur pauvreté de chaque jour, la lutte qu’il soutient contre une maladie qui le dévore, l’incompréhension méfiante de ceux qui l’entourent, ses efforts qu’il qualifie lui-même « d’une maladresse surnaturelle » pour comprendre certaines âmes et les ramener vers la vérité, dégagent ce don mystérieux de force spirituelle qui ne ressemble à aucun autre. Elle attire et elle effraie : elle subjugue. Elle a parfois le balbutiement d’un être possédé. Le héros et narrateur de ces passages, tout jeune, orphelin humble, étonné de se voir déjà à la tête d’une paroisse, qui est une paroisse comme les autres, et « dévorée par l’ennui », n’est pas, lui, un homme comme les autres. Seuls, le comprennent le bon et paternel curé de Torcy, et l’ami, camarade de séminaire, chez lequel il se réfugiera pour mourir, ami qui a renoncé à la prêtrise et vit à Lille d’une petite place quelconque en compagnie d’une jeune maîtresse – et aussi un brave et bizarre docteur qui mourra bientôt d’un accident ressemblant fort à un suicide. Les autres êtres auxquels il brûle de se dévouer, pauvres gens qu’il visite et tente de secourir malgré sa propre pénurie, femme de ménage hargneuse et méprisante qui bientôt le laisse se débrouiller seul en son sordide petit ménage, le « comte » et la « comtesse », habitants du château, leur fille Chantal, l’institutrice, ses petites catéchumènes, les jeunes garçons qu’il essaie d’instruire, tous ont de lui une sorte de peur, éprouvent en face de lui ce recul devant une grandeur qui les menace de leur ouvrir la connaissance de leur propre cœur, connaissance dont ils ne veulent pas, tapis dans leur médiocrité quotidienne.

Ce qu’il y a de vraiment original dans ce livre étrange et sombre, c’est la lutte que soutient sans fin en ce jeune prêtre l’âme contre le corps, l’âme contre la vie terrestre. Non point la lutte contre la « chair »… avec ce que ce mot comporte de sous-entendus. Non : contre les conditions humaines. Cet homme est tout âme, toute flamme avec une pureté totale, magnifique, candide. Cette candeur va jusqu’à lui faire ignorer ses puissances intérieures. Il souffre tout autant lorsqu’il essaie, malhabile et inconscient, inspiré par un souffle secret, de pénétrer dans les âmes de ses ouailles, de les convaincre et de les vaincre lorsqu’elles sont en proie à cette force du mal dont M. Bernanos sait si bien nous faire sentir la poigne violente depuis ce Soleil de Satan qui l’a rendu célèbre. Ce prêtre ne peut comprendre la matière. Sa maladie, ses navrants repas, – il ne peut supporter que du pain rassis dans du vin, ce qui le fait passer pour ivrogne, et quelques fruits, – les calculs imposés par ses ressources dérisoires, le nettoyage de sa maison, les tentures de deuil qu’il doit lui-même accrocher en son église, ses petites dettes chez l’un ou l’autre de ses fournisseurs, ses fatigues, ses misères, ses jours arides où le pouvoir de prier se retire de lui comme une mer laissant à nu les sables, tout cela le torture et il ne le comprend pas. Il n’est pas fait pour subir ce corps, ses besoins, ses maux, pour s’adapter aux exigences de l’existence corporelle. L’âme, en lui, toujours réclame, sans qu’il ose s’en douter, tant il est humble, la liberté, l’évasion. Il était fait sans doute pour la vie contemplative du moine, – et ne s’en est pas jugé digne, – il était peut-être fait de cette étoffe qui revêt la sainteté. Mais, ainsi que le lui dit un des interlocuteurs, dont il nous rapporte les propos – propos qui ne sont pas un des moindres intérêts de ce livre : « Dieu nous préserve aussi des saints ! » La multitude n’admet pas les saints et l’Eglise ne les reconnaît pas d’emblée… Ou très rarement. En leur vie de réformateurs, d’initiateurs, ils troublent, ils épouvantent, car le troupeau humain préfère les médiocrités, qui rassurent.

Le curé de Torcy dit à ce jeune curé de campagne – ou à peu près : « Vous vous promenez avec, au poing, une torche que vous imaginez être une houlette… » Et en effet, le feu qu’il porte enflamme ceux-là qui l’approchent. Une scène admirable est son entrevue « au château » avec la femme triste et délaissée du comte, ce propriétaire coureur de bêtes et de filles. Leur fille, Chantal, que la comtesse n’aime pas, est ivre de haine. Elle accuse son père d’être l’amant de l’institutrice, déteste sa mère qui s’oppose au renvoi de cette aventurière et qui supporte avec indifférence les fredaines d’un mari sans la jalousie que Chantal connaît pour le père. Les parents, irrités par les révoltes et les reproches perpétuels de Chantal, veulent l’expédier en Angleterre. Chantal est venue parler à l’abbé. On sent qu’elle se juge chassée et qu’elle ne reviendra jamais. A la suite de cette entrevue, déjà étrange, saisissante, frappante, du prêtre maladroit et de Chantal, arrogante et diabolique, l’abbé va au château pour parler à la mère, l’inciter à l’indulgence, à l’amour, lui démontrer des responsabilités qu’elle semble ignorer profondément. Cette scène est d’une angoisse et d’une grandeur étonnantes. A cette femme qui, depuis la mort d’un petit garçon qu’elle adorait, a vécu sans avoir un reproche à se faire, sans un péché, mais dans le refus d’espérer, et le refus aussi d’aimer les siens, tout entière concentrée en son deuil, et en sa seule noire tendresse, il apporte, peu à peu, la vérité, celle du mal qu’elle a fait en s’abstenant de vivre. Il faut lire ces pages d’une persuasion, d’une ardeur excessives, où l’âme parle par la bouche du malheureux petit prêtre maladroit et timide, devenu, puisqu’il le faut, éloquent, compréhensif, enflammé, voyant jusqu’au fond de cette autre âme en vain cachée, lui révélant son mal, sa peine, son erreur. C’est très beau et d’une irrésistible violence. Mais cette femme délivrée meurt dans la nuit qui suit cette entrevue. La famille accuse sourdement l’abbé de lui avoir infligé des émotions au-dessus de ses forces. Le petit curé sent qu’on l’éloignera. D’ailleurs, une hémorragie affreuse lui révélant la gravité du mal dont il souffrait, il décide d’aller à Lille voir un médecin. Et il se trouve, par une suite de hasards et de malentendus, chez un homme à qui nul ne l’avait recommandé, qui ne savait rien de lui et qui lui révèle brutalement et son cancer et la certitude de sa proche mort. Là encore, le corps du curé se révolte, n’admet pas d’emblée, et l’âme ne dit pas les mots qu’il voudrait dire, ceux-là qui prouveraient qu’il ne craint point la mort et accepte avec joie et résignation la délivrance. Mais ces mots, il ne les dit pas et il ne les entend en lui que plus tard. Il se réfugie chez son ami, y est affectueusement recueilli, soigné, et c’est là qu’il meurt en murmurant : « Tout est grâce », ayant compris sans doute, avant de quitter l’univers hostile et son corps si peu fait pour cette âme enfin libérée, le mystère de l’union de ce corps et de cette âme, de la solitude fraternelle de toutes les créatures, l’unité de la vie et de la mort. Ce livre étrange est plein de beautés, de grands éclairs, de sombre amour… et de foi. Que de belles pages sur la pauvreté, sur la pitié, sur le don d’enfance, sur l’amour même. « Si j’allais ne plus aimer ! » s’exclame un moment cet homme que tout torture et qui chérit obscurément cette torture même. C’est toujours le martyre de l’être vivant, obtenant le ciel par ses douleurs : « Tout est grâce… »

 

Henri de Régnier
de l’Académie française
« La Vie littéraire », Le Figaro, 25 avril 1936.