D’Henri à Henry, et d’Henry à Fanny

On croise fugacement Henri de Régnier dans deux livres récents, le premier de Frédéric Vitoux sur le poète Henry J.-M. Levet, l’autre de Sylvain-Christian David sur Fanny Zaessinger. Le premier, né comme Jean de Tinan en 1874 et mort tuberculeux en 1905, est connu pour sa carrière express de diplomate et pour ses somptueuses Cartes postales, onze poèmes modernistes aux saveurs d’exotisme qu’ont publiés Léon-Paul Fargue et Valery Larbaud après sa mort. Fasciné depuis sa jeunesse par cette figure énigmatique et filante, Vitoux lui consacre un portrait qui est, aussi, un autoportrait en creux, et une plongée dans le monde des cafés et petites revues des années 1890 que fréquentait Régnier, plusieurs fois cité. Fanny Zaessinger, elle, fut comédienne au Théâtre de l’œuvre de Lugné-Poe, et fréquenta tous les cercles littéraires de l’époque. On croise sans cesse son nom dans les journaux, les correspondances, et jusque dans des poèmes que leurs auteurs lui dédient. Spécialiste de Jarry, Sylvain-Christian David est parti à sa recherche à travers la presse et la littérature, reconstituant dans son livre admirablement documenté un univers bohème et littéraire où, à côté de Tinan, Gide, Jarry, Levet ou du peintre Léandre, on croise deux ou trois fois Régnier. L’histoire ne dit pas si Régnier a connu personnellement Levet ni Fanny Zaessinger (ni l’un ni l’autre n’apparaissent dans l’index de son Journal), mais on peut se plaire à penser qu’il les a forcément rencontrés dans les fumées d’un café, ou dans les coulisses de l’œuvre, au milieu des années 1890. Ne manquez pas ces deux livres captivants, à la tonalité très différente, mais qui, chacun à sa manière, font revivre la même époque, les mêmes personnages et les mêmes lieux, tels des machines à remonter le temps.

B.Q.
« L’Express de Bénarès. A la recherche d’Henry J.-M. Levet » de Frédéric Vitoux (Fayard, 264 p., 19 €)
« Fanny. Histoire de Fanny Zaessinger, qui disparut » de Sylvain-Christian David (Editions du Sandre, 330 p., 22 €)