Reynaldo Hahn dans La Vie littéraire (Le Figaro – 1933)

Notes, Journal d’un Musicien, par Reynaldo Hahn, 1 vol. (Plon).

 

Il est aussi question de villes dans les Notes de M. Reynaldo Hahn. L’auteur de ces Notes, qui forment le « Journal d’un musicien », nous conduit successivement à Rome, à Londres, à Berlin, à Bucarest, à Venise. Je retrouve dans ses pages sur Venise le souvenir d’une soirée de promenade en gondole par les petits canaux, dont j’ai parlé jadis dans mon Altana, soirée où M. Reynaldo Hahn nous enchanta de ses mélodies chantées par lui dans le sonore silence nocturne ; mais le très intéressant volume de M. Reynaldo Hahn n’est pas seulement composé de ses pittoresques impressions de voyageur, car, en voyage, jamais M. Reynaldo Hahn n’oublie son art. Le musicien est toujours présent dans le touriste infiniment curieux des monuments, des musées, des paysages, curieux aussi des êtres et de lui-même et qui nous fait part de ses sentiments, de ses observations et de ses goûts.

Si la musique, et tout ce qui s’y rapporte, est la principale préoccupation de M. Reynaldo Hahn, ce ne sont pas des remarques et des réflexions techniques qu’il consigne au jour le jour, mais maints propos du plus vif intérêt sur telles œuvres, tels maîtres ou tels confrères. Ces notes qui, comme je le disais plus haut, nous conduisent en diverses capitales, nous ramènent souvent à Paris. A Paris, M. Reynaldo Hahn fréquente les milieux les plus divers, milieux mondains, milieux artistiques. Partout, il observe et sait retenir de tout et de tous ce qui peut enrichir son expérience de la vie. Il n’est indifférent à rien de ce qui se passe autour de lui et il est très subitement attentif à en retenir les enseignements. Musicien, M. Reynaldo Hahn a l’oreille fine, mais il a aussi l’œil d’un peintre.

Aussi son livre abonde-t-il d’amusants croquis pris sur le vif, de rapides esquisses de gens et de choses où le trait est toujours juste, d’anecdotes significatives. Ses notes sont bien celles d’un musicien, mais elles pourraient être aussi celles d’un romancier qui se documenterait sur son époque. Elles nous font comprendre l’amitié qui unit M. Reynaldo Hahn à Marcel Proust. Je constate en eux des curiosités similaires, d’indéniables rapports d’esprit. Cependant, le livre de M. Reynaldo Hahn n’a rien de « proustien ». Il n’est pas une « recherche du temps perdu », il est le reflet du temps qui passe. Celui auquel nous ramène les Notes du Journal d’un Musicien est le temps d’avant guerre et nous apprenons comment y a vécu l’auteur de L’Ile du Rêve, des Etudes latines et de tant de mélodies charmantes, qu’il a enlacées délicieusement aux strophes de ses poètes préférés.

Henri de Régnier de l’Académie française
« La Vie littéraire », Le Figaro, 19 juillet 1933.