Régnier dans le Club des Longues moustaches

Paru pour la première fois en 1988 chez Quai Voltaire, honoré à l’époque du prix Oscar-Wilde, réédité en 2006 au Rocher, Le Club des longues moustaches de Michel Bulteau était devenu introuvable, ou à peu près. Il reparaît aujourd’hui en poche dans la belle collection « Petite vermillon » de La Table Ronde, pour le plus grand plaisir des lecteurs de Régnier. Ces derniers savent en effet que les « longues moustaches » du titre sont une expression de Paul Morand dans Venises pour désigner quelques écrivains français des années 1920, amoureux de la Sérénissime, qui s’y retrouvaient souvent : Henriot, Jaloux, Vaudoyer et bien sûr Régnier, leur aîné et maître. Bulteau se promène à travers leur vie et leur œuvre avec la désinvolture érudite qu’on lui connaît, s’autorisant aussi quelques incursions du côté d’autres écrivains cousins, tels Charles du Bos et Francis de Miomandre. Il est question de Venise, bien sûr, du passé, du XVIIIe siècle, de la mélancolie, des bibelots, de la Provence et de l’Italie, tous thèmes et décors chers à l’auteur du Passé vivant et à ses lecteurs. Ces derniers ne manqueront pas de lire, s’ils ne l’ont jamais fait, ce petit joyau d’essai littéraire, et de l’offrir autour d’eux comme une invitation à découvrir Régnier et son époque.

B.Q.
Le Club des longues moustaches de Michel Bulteau, La Table Ronde, coll. « La Petite Vermillon », 208 p., 7,30 €.