SIXIEME ASSEMBLEE GENERALE DE LA slhdr

SIXIÈME ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES LECTEURS D’HENRI DE RÉGNIER (SLHDR)

Paris, Lycée Victor-Duruy, samedi 3 octobre 2020

La sixième assemblée générale ordinaire de la SLHDR s’est déroulée au Lycée Victor-Duruy, Paris VIIe, de 10 h à 12 h.

12 personnes étaient présentes : Patrick Besnier, Grégory Bouak, Damien Gonnessat, Franck Javourez, Pierre Lachasse, Christophe Langlois, Adeline Leguy, Gilbert Michler, Silvia Rovera, Géraud Sajust de Bergues, Julien Schuh et Bertrand Vibert.

14 membres, empêchés, avaient donné leur procuration : Bernard Barral, Marc Béghin, François Broche, Christophe Carrère, Anne-Marie Decottignies, Vincent Gogibu, Nelly Houdement, Liana Nissim, Marc Piguet, Bernard Quiriny, Bernard Roukhomovsky, Virginie Roukhomovsky, Gabriel Vibert et Michel Viegnes.

            Nous saluons le retour de Bertrand Vibert, président de la SLHDR, qui, après deux ans d’absence pour raisons de santé, a ouvert la séance en accueillant chaleureusement le petit nombre d’adhérents présents. Il a présenté le bilan moral d’activité en centrant son propos sur les dossiers essentiels qui témoignent de la vie de l’association : notre revue Tel qu’en songe, le projet ENCHRE, notre site Internet et notre implication dans le CL19.

            Pour cette année, la Revue d’études proustiennes, qui consacre une livraison aux relations entre Régnier et Proust, sous la direction de Franck Javourez, se substitue à Tel qu’en songe. Elle sera adressée à nos adhérents à jour de cotisation selon des modalités qui seront précisées plus bas. En 2021, Tel qu’en songe n° 6 sera consacré aux rapports de Régnier avec le théâtre selon trois axes : l’écrivain de théâtre, le critique dramatique et la théâtralité dans ses œuvres narratives. Pour l’année suivante, nous songeons à un numéro sur les préfaces données par Régnier à ses œuvres et aux œuvres des autres. Dans tous les cas, la participation n’est pas réservée au seul bureau et la contribution de chacun est la bienvenue. Sur le plan matériel, des aménagements de présentation, par exemple l’inscription du titre du dossier sur la première de couverture et du sommaire sur la quatrième, peuvent être envisagés. Sur un plan plus fondamental, nous souhaitons que le comité de rédaction relise l’ensemble des textes proposés, y compris les varia, afin d’éviter que ne subsistent des erreurs de détail, voire des contre-vérités factuelles.

            Le projet ENCHRE, sous la responsabilité de Bernard Roukhomovsky, se développe et trouve sa voie grâce aux efforts conjoints d’une équipe dévouée. Le travail sur les cahiers IV et V, qui sert en quelque sorte de patron à l’ensemble, est en voie d’achèvement : il réunit la transcription (fac-simile et transcriptions semi-diplomatiques et linéarisées donnés en simultanée), le paratexte (notices générales et annotations contextuelles) et la présentation (notices liminaires) du texte. Le travail sur le cahier VI est déjà en chantier. Une chronologie et une bibliographie ont également été rédigées. Mais l’ensemble ne pourra pas être connu avant le colloque international de l’Institut, fixé aux 10, 11 et 12 juin 2021, qui sera l’occasion de son inauguration publique officielle.

            Notre site Internet continue d’être alimenté grâce à Franck Javourez qui publie chaque mois de nouveaux textes et à Julien Schuh qui le supervise sur le plan technique. Il assure la visibilité de la SLHDR, c’est pourquoi nous sollicitons la vigilance de chacun pour y collaborer en diffusant toute actualité concernant Régnier dont il aurait connaissance.

            Enfin, le renforcement des liens entre la SLHDR et le CL19, qui a mission de fédérer les petites associations centrées sur l’étude et la diffusion des écrivains du tournant du siècle, ouvre d’intéressantes perspectives. Vincent Gogibu doit défendre ces positions à l’AG du CL19 qui aura lieu le 14 novembre prochain par zoom. Il s’agit de créer une banque de sujets de master pour les étudiants et d’ouvrir une boite à idées en concert avec les universités.

            Ensuite, notre trésorier Julien Schuh a présenté son rapport financier. Nous transférons le compte entre deux agences du Crédit mutuel afin de mutualiser les accès, le compte de la Société des amis d’Alfred Jarry étant dans la même agence. Nous pourrons aussi avoir accès aux comptes en ligne. Le Crédit mutuel attend encore la signature de documents par notre président pour finaliser ce transfert. L’assemblée générale vote à l’unanimité pour autoriser Julien Schuh et son adjoint, Patrick Besnier, à obtenir des procurations pour agir sur les comptes au nom du président. Les dépenses de 2019 s’élèvent à 785, 86 euros. À la date du 1er juin 2020, nous avions 834, 99 euros en caisse. Nous ne vivons que grâce aux cotisations de nos adhérents, toujours lentes à nous parvenir et plus que jamais indispensables au moment où nous devons régler la facture de Garnier.

            La Revue d’études proustiennes ne pourra, en effet, être servie qu’aux membres à jour de cotisation. La livraison nous est concédée à prix d’auteur, soit 27 euros (contre 39 au prix de vente), auxquels il faudra ajouter le coût de l’envoi. Nous invitons les retardataires à nous faire parvenir leur cotisation et à nous indiquer la manière préférentielle dont il souhaite recevoir le volume (envoi postal ou retrait direct à la librairie Garnier) avant le 25 octobre. Après cette date, Garnier nous fournira un devis.

            Avant de se séparer, l’assemblée générale a voté à l’unanimité le rapport moral, le rapport financier et la reconduction du bureau dans son intégralité.

Pierre Lachasse