Un amoureux de Régnier : Alain Bonnand

Parmi les nombreux écrivains qu’évoque amoureusement Alain Bonnand dans son livre récemment paru, La Valse seconde (Albert Caraco, Henri Calet, René Fallet…), il y a Henri de Régnier, qui l’enchante : le Régnier des Cahiers, tout comme celui des romans (avec une préférence, semble-t-il, pour Les Vacances d’un jeune homme sage) et celui des contes (Couleur du temps). Régnier n’aurait pas été insensible, du reste, à la forme originale et au ton volontiers sarcastique de ce joli livre rose qui mélange des aphorismes, des notations, des extraits, des remarques au fil des jours, des courriers (à l’éditeur Roland Jaccard, à l’écrivain David Di Nota…), en petits blocs d’une ou deux phrases maximum – comme des textos littéraires, si l’on veut. Du même auteur paraît aussi Arthur Cauquin au Yémen, badinage sensuel par ordinateur interposé, à l’époque (2006) où expédier dans l’univers numérique des vidéos privées n’était pas si dangereux qu’aujourd’hui.

B.Q.

« La Valse seconde » (La Bibliothèque, 170 p., 16 €) et « Arthur Cauquin au Yémen » (Serge Safran éditeur, 220 p., 17,90 €) d’Alain Bonnand.