Régnier dans le Bréviaire du journalisme – 1936

Henri de Régnier, personnage de type crevard et distingué, aux yeux chavirés et qui, en dépit d’un certain talent poétique, et de l’abondance d’une prose romanesque imitée du XVIIIe siècle, a toujours gagné sa croûte avec difficulté. La raison en est qu’il est ennuyeux, ennuyeux comme une pluie à Tolède, qui empêche de se promener, comme une brume en mer, alors que la sirène est détraquée, comme une conférence au Louvre… et toujours ce menton de galoche ! Henri de Régnier finit par entrer au Journal, où, n’ayant aucun sens critique, il trifouilla vaguement dans la critique littéraire, comme il le fait maintenant au Figaro. Il y fait surtout à chaque instant, l’éloge des productions du gentil Jean-Louis Vaudoyer, lequel, avec une douzaine d’autres, au moins, s’est « mis » sur la ville d’Aix-en-provence, comme la mouche sur un morceau de sucre. Le sucre d’Henri de Régnier, c’est Venise. Il a localisé, chez les Doges, une foule d’aventures don juanesques, pareilles à des limaces entre des fleurs artificielles. 

Léon Daudet, Bréviaire du journalisme, Paris, Gallimard, 1936, p. 38-39.

[Le livre de Léon Daudet sort en librairie au mois de mars, trois mois avant la mort de Régnier.]