Régnier dans la revue protos – 1936

La revue Protos est le bulletin officiel de la Société fraternelle et de l’Association des protes des imprimeries typographiques de Paris et de la région parisienne – elle a paru entre 1933 et 1959.

Henri de Régnier

En sa jeunesse, qu’il assistât aux soirées de Mallarmé ou qu’il prît part aux réunions amicales du café d’Orient, Henri de Régnier restait souvent silencieux. Enfermé dans son rêve, il se laissait cependant pénétrer peu à peu par les doctrines qu’élaborait le maître en son langage prestigieux et que les disciples exaltaient dans leurs discussions avec un très juvénile enthousiasme.

Le rêve de Henri de Régnier ! Une Arcadie heureuse, un séjour de poésie si pure en ses élégiaques mélancolies, que Démocrite lui-même s’en fût émerveillé. Formes divines des vieux mythes grecs, faunes, nymphes, sylvains, centaures, habitants d’une région fabuleuses où les plus ardentes voluptés alternent avec des jeux d’une suave rusticité, tels sont les êtres qui peuplaient la rêverie de l’élève de Mallarmé et auxquels il donna une vie tantôt lumineuse comme l’éclat du soleil sur les neiges de l’Olympe, tantôt nostalgique comme les accents d’une flûte agreste.

Les émois de la chair enamourée, les illusions du matérialiste et les amertumes de la satiété, voilà ce qui compose l’existence du commun des hommes. Par-delà les tristesses de cette existence, par-delà les tromperies de l’apparence, il y a le mystère des réalités. Et les joies charnelles, ces pauvres frénésies qui s’éteignent sitôt que nées, dissimulent les angoisses de l’esprit toujours en quête d’un bonheur idéal, d’une félicité que seul le poète peut connaître, car seul il possède des ailes qui lui permettent de quitter la terre et ses labeurs douloureux pour se lancer au sein des béatitudes refusées au troupeau lugubre qui ne veut que des satisfactions.

Le mystère des réalités, c’est-à-dire le mystère de ce qui est éternel, la félicité des grands rêves où l’âme oublie les peines terrestres, ce furent toujours les thèmes de la poésie.

Mais, pour travailler sur ces thèmes, pour traduire ce qui demeure sous ce qui s’écoule, pour exhaler l’anxiété qui ronge l’esprit en ses profondeurs lors même qu’il se grise de fugitifs et décevants plaisirs, il fallait autre chose que l’ordre logique conservé par les classiques jusqu’en leurs plus enflammés poèmes.

La faculté raisonnante, l’intelligence, veut élucider toute chose, mais ne peut rendre les visions du rêve intérieur, de ce flux de pensées extra-terrestres par où se révèle l’éternel.

Apparaît le symbole mallarméen, cette image que l’intelligence n’a pas cherchée, qui a surgi spontanément du fond de l’âme et qui exprime l’émotion poétique. La vraie poésie est celle qui – partant de la sensibilité du poète – va rencontrer la sensibilité du lecteur. Toutes deux vibrent par l’effet du symbole, suggestion de l’objet que le poète redoute de nommer, car il ne doit pas donner de nom au mystère. Cet art qui ne procède que par suggestions se transforme bientôt en une véritable musique. Selon le mot de Henri de Régnier lui-même, la poésie « ne chante plus, elle incante ». De vocale, si l’on peut dire, elle devient musicale.

Henri de Régnier fut plus symboliste par l’esprit que par l’expression. Sa pensée, si elle est fluide, si elle s’estompe dans les brumes chères à Mallarmé, se traduit cependant en formes harmonieuses et d’une toute classique brièveté. Il n’eut pas de ces obscurités qui, nous devons l’avouer, font de la lecture de certains poèmes du maître un travail à la fois pénible et vain. Ses premiers recueils : Les Lendemains, Les Jeux rustiques et divins, sont nettement symboliques par la pensée, mais n’ont pas l’absconsitéétonnante des vers mallarméens ou des vers de Retté.

Il ne se complut pas seulement, pour l’expression de son chant intérieur, à l’évocation des divinités rustiques ou sylvestres, mais de ses souvenirs vénitiens fit le cadre de rêves où une sensualité raffinée se mêle à des essors vers l’infini. La lagune torpide, la fleur mouvante et la femme qui tremble de désir, il les chanta en des accents tantôt pleins de la nostalgie des cieux, tantôt frissonnant de la ferveur d’une très amoureuse passion.

Pur chevalier de haute noblesse, par le détachement du temporel que révèle son œuvre, il fut grand comme le plus hautain des philosophes, dédaignant les bas appétits de l’homme grégaire pour se vouer au culte de la seule chose incorruptible, la poésie libérée de toute tendance matérialiste. Dans les vers qui disent l’abandon de Versailles frémissent des sanglots aussi beaux que des plaintes de harpe. C’est l’âme du prêtre apollinien qui, devant les laideurs actuelles, pleure le passé embelli par l’éloignement.

Julien Buat

M. A. Oxford.

Protos, n°15 – 4e année, juillet 1936, p. 3-4.

[Le dossier de béatification de M. V. G. suit son cours – il subit néanmoins un retard dû à l’intervention du R. P. Eugène Trifouillard, prêtre officiant à Sauveterre de 1963 à 1992, qui reçut un rapport de l’abbé Munier (les noms ont été changés afin de préserver l’anonymat des acteurs de ce dossier) affirmant avoir entendu le dit M. V. G. prononcer, à plusieurs reprises, le mot « Morbieu ! » lors de récréations. Mgr Woittonbled, évêque de Nîmes, est soupçonné de collusion académique avec l’abbé Munier – le dossier a été par conséquent transféré à l’archidiocèse d’Avignon.]