Le trèfle blanc par tristan klingsor – lA VOGUE 1899

Henri de Régnier : Le Trèfle blanc

Il serait tard pour parler du Trèfle blanc, s’il était de ces œuvres déjà surannées au bout de quatre mois, caduques après huit, et ensevelies dans l’oubli le plus poussiéreux au bout de douze. Mais le petit livre de M. de Régnier est au contraire de ces livres fortunés qu’on classe au bon coin des bibliothèques pour les y reprendre et les y relire souvent. C’est un recueil de trois nouvelles, comme son aîné le Trèfle noir, et il a le charme des œuvres courtes. On n’a pas besoin pour le goûter du courage et de la persévérance, si rarement récompensés, qu’il faut pour lire un roman fastidieux : on se laisse aller au fil des pages pleines de la douceur des souvenirs d’enfance, intitulées Jours heureux, et l’on jouit d’une heure délicieuse, n’est-ce pas ? L’aventure est commune ; la perte d’un vieux parent au fond d’une province ; n’avons-nous pas été presque tous dans une circonstance analogue et n’en sommes-nous pas d’autant plus touchés ? M. de Régnier a su animer les vieilles pierres des rues d’une petite ville, les murs lézardés, les portes du coin desquelles poussent des touffes d’orties, les vastes chambres aux meubles un peu sévères : et dans ce cadre, il a évoqué la sensibilité exquise d’un enfant qui s’éveille aux premières émotions de la vie. Puis, si l’on passe aux Petits Messieurs de Nèvres, c’est un charme tout autre qui nous séduit. Pour conter cette historiette, M. de Régnier nous a donné quelques lettres imaginaires de ses personnages. C’est l’abbé Bautour qui écrit au médecin M. le Tilleul les détails de la perte de son élève, malingre et souffreteux. M. le Comte, le fils aîné du duc de Nèvres, que son père à force d’exercices physiques a exposé au trépas dans une chasse à courre ; c’est M. le Tilleul qui, chargé par le duc puni une première fois, de réprimer l’exubérance de santé du cadet M. le chevalier de Nèvres fait savoir à l’abbé comment, grâce aux soins énergiques qu’il lui prodigue, ce malade malgré lui devient bientôt si réellement malade que la missive éplorée de Mme la duchesse de Nèvres n’aura plus qu’à nous apprendre la triste conclusion. Il y a une comédie de tendresse bouffonne et mélancolique dans l’opposition des traitements qu’on fait subir aux deux frères, et quelle malice dans le récit de la consultation, où M. le chevalier complètement déshabillé pour être examiné par quatre docteurs, est prié d’uriner dans une ampoule de verre, n’y consent qu’une fois affublé du bonnet carré et des lunettes de l’un d’eux, et soudain pisse au nez du pauvre savant qui laisse choir la cornue, pendant que le héros s’échappe, « tout nu, les bésicles au nez, et bonnet en tête ». Il semble que pour cette jolie nouvelle, M. de Régnier ait retrouvé le secret du style à la fois familier et de grand air de la fin du XVIIe siècle ; sa phrase est d’un tour léger et parfois d’une impertinence adorable, et sa syntaxe d’une élégance et d’une distinction de race ; quelque chose en elle rappelle la grâce mutine des petits abbés, et sa période d’une harmonie incomparable sait faire des courbettes comme une marquise. Son style a perdu l’allure un peu compassée qu’il avait encore en de précédents contes ; l’esprit fin et délicat de M. de Régnier s’y trouve plus à l’aise, et tout cela joint à l’heureuse invention l’anecdote, me paraît faire des Petits Messieurs de Nèvres une sorte de petit chef-d’œuvre et du Trèfle blanc l’un de ses meilleurs livres.

T.K.

La Vogue, nouvelle série n°8, 15 août 1899, p. 141-142.

[Le dossier de béatification de M. V. G. a été déposé auprès des autorités ecclésiastiques – nous vous informerons de l’avancée de son traitement.]