Henri de Régnier par Adolphe Retté

En ces temps héroïques du symbolisme, nous étions presque tous d’intrépides noctambules. Je me rappelle, par exemple, une nuit de juillet 89 où Henri de Régnier et moi, sortant d’une soirée passée chez Gustave Kahn qui habitait alors près de l’avenue d’Antin, nous arpentâmes les Champs-Elysées de la place de la Concorde à l’Arc-de-Triomphe et vice-versa de deux heures du matin à quatre heures et demie du matin. Nous trouvions tant de plaisir à parler de notre art et à nous réciter mutuellement des vers que nous ne parvenions pas à nous séparer.

 

Adolphe Retté, La Basse-Cour d’Apollon, Mœurs littéraires, Paris, Albert Messein éditeur, 1924, p. 217-218.