Poème publié dans L’Art jeune

 

Vers

 

Ta vie est vieille de toutes ses heures !

 

L’heure d’enfance avec son rire clair

A travers les branches des jardins et l’aurore,

Celle d’après, avec sa voix haute et sonore,

Et ses mains tièdes sur ta chair,

Celle d’ensuite, grave et belle encore,

Et l’autre, avec à ton oreille et triste son rire amer

Qui dit l’heure enfantine et l’autre rire clair

Elle folle et lui lointain et mort.

 

Toutes les heures sont vieilles de ta vie !

 

Ta vie avec l’aurore et toutes deux passées,

Ta vie avec le jour ardente et radieuse,

Le soir pâle aux souriantes lèvres encore et déjà lassées

Et la nuit morne et son sursaut d’anxieuse

Aux tristes pensées

Qui s’éveillent et disent que les heures sont passées.

 

Henri de Régnier

 

L’Art jeune, 1ère année, n°6, 15 juin 1895, p. 113.