Régnier classique?

Élodie Dufour a soutenu le 24 novembre 2017 une thèse intitulée: Comment peut-on être classique au tournant des XIXe et XXe siècles ? Ces travaux, réalisés sous la direction de M. Bertrand Vibert, portent sur la représentation du classicisme à l’articulation des XIXe et XXe siècles. Ils prennent appui sur un corpus de récits d’Ancien Régime emprunté à l’œuvre d’Henri de Régnier, d’Anatole France et de René Boylesve, auteurs souvent jugés passéistes par la postérité. Au croisement des études littéraires et linguistiques, cette thèse interroge la paradoxale démarche d’auteurs qui, en pleine modernité, ont délibérément continué d’entretenir des liens avec le classicisme – avec toute la plasticité que recèle la notion –, un classicisme revenu au goût du jour certes, mais dont ils adaptent la formule et qui n’est ni celui de Paul Valéry, ni celui de la NRF, ni celui des maurrassiens. Un questionnement sur le classicisme, la modernité, la contemporanéité, l’héritage, la transmission et la postérité sous-tend donc ces travaux. Car au XXe siècle qui s’ouvrait sur les avant-gardes, miser sur le classicisme pour lutter contre « l’obsolescence programmée » de la littérature était sans doute une erreur d’appréciation à moyen terme. Mais avec un siècle de recul, il semble que notre relation aux avant-gardes soit en train de changer, qu’une certaine valeur patrimoniale du classicisme résiste aux sirènes tapageuses de la nouveauté absolue, et qu’il existe un espace original de création pour des écrivains qui se veulent aussi des passeurs.